Vous-êtes ici: AccueilPaysChronologie de l'histoire du C

Historique - Chronologie des événements importants

 Calendrier du Cameroun

Un aperçu chronologique des grands et petits événements de l'histoire du Cameroun.

500 av. J.-C. : L'explorateur Hanno de Carthage en Afrique du Nord (Tunisie) est le premier étranger qui rapporte avoir vu le Mont Cameroun. Au cours des siècles suivants, un commerce d'esclaves et de marchandises se développe du nord du Cameroun à travers le Sahara jusqu'en Afrique du Nord.

200-100 av. J.-C. : Les premières tribus bantoues immigrent au Cameroun en provenance du Nord (Nigeria). Les tribus parlant le bantou sont traditionnellement agricoles et ont besoin de beaucoup d'espace pour leurs terres agricoles. Les premiers habitants, les soi-disant "Pygmées", sont peu à peu forcés de s'enfoncer dans les forêts par les nouveaux venus. La culture de Sao se développe dans la région au sud du lac Tchad et plus de 150 groupes ethniques différents habitent le Cameroun (aujourd'hui il y a environ 250 groupes différents !).

Arrivée des  Européens 

1472 : Une expédition portugaise menée par Fernando Po est la première expédition européenne à atteindre les côtes du Cameroun. Ils atteignent Douala et remontent la rivière Wouri. Ils l'appellent "Rio dos Camarões - la rivière aux crevettes - d'où le nom du pays. Avec l'arrivée des Européens, la traite négrière se déplace vers les zones côtières. Les chefs locaux sur la côte augmentent leur pouvoir en concluant des accords avec les Portugais. Des transactions sont également conclues avec des négociants d'Angleterre, des Pays-Bas, de France et d'Allemagne. Les chefs servent d'intermédiaires entre les Européens et les tribus de l'arrière-pays qui ont quelque chose à vendre. La plupart des esclaves et de l'ivoire sont exportés du Cameroun. Les Européens apportent du tissu et des produits métalliques.

1520 : Quelques colons portugais commencent des plantations et la traite transatlantique des esclaves. Les nomades pastoraux continuent d'immigrer du Nigéria, poussant à nouveau les populations indigènes. La lutte constante pour le territoire produit des réfugiés vulnérables pour les marchands d'esclaves.

1600's : Les Hollandais prennent le contrôle de la traite négrière au Cameroun.

1700's : Les missionnaires britanniques commencent à protester contre la traite des esclaves. La London Baptist Missionary Society crée une colonie chrétienne à Victoria (aujourd'hui : Limbe). Les premiers habitants de Limbe sont des esclaves libérés de la Jamaïque, du Ghana et du Libéria. Les Africains qui se sont convertis au christianisme s'installent également à Victoria.

Alfred Saker et la fin de la traite négrière

1863 : L'esclavage est aboli en Amérique. Les nations européennes l'avaient fait plusieurs années auparavant, mais la traite illégale des esclaves s'est poursuivie pendant plusieurs années.

1845 : Le commerce entre le Cameroun et l'Europe évolue et se développe progressivement. Le premier grand établissement européen est fondé par l'ingénieur et missionnaire de la marine anglaise Alfred Saker. Saker commence à construire des écoles et des églises à Douala, à l'embouchure de la rivière Wouri.

 

1858 : Alfred Saker fonde les premiers établissements européens à Victoria. Il voit de grandes possibilités stratégiques/financières dans les colonies et essaie de convaincre le gouvernement anglais de faire de la région une colonie de la Couronne.

Lorsque l'esclavage s'éteint enfin, le commerce des ressources naturelles comme l'huile de palme, l'ivoire et l'or change. Les Européens commencent à s'enfoncer plus profondément dans le pays et les chefs de Douala perdent ainsi une partie de leur influence. Le roi de Douala (Douala Manga Bell) écrit à la reine Victoria pour inviter l'Angleterre à établir une relation officielle avec Douala, lorsqu'on lui parle du poste britannique de Lagos, au Nigeria.

La reine et le gouvernement britanniques ont les mains pleines au Nigeria, en Afrique de l'Est et ailleurs dans le monde. Ils hésitent à faire du Cameroun un protectorat britannique. En conséquence de cette hésitation, les Allemands "gagnent" le territoire.

Kamerun - colonie allemande

12 juillet 1884 : Gustav Nachtigal signe un traité avec les chefs de Doula au nom du Kaiser allemand Wilhelm. En échange d'avantages commerciaux, les chefs acceptent un protectorat allemand. Les noms des chefs (Bell, Akwa et Deïdo) sont toujours d'actualité au Cameroun.

1886 : Les puissances coloniales européennes divisent l'Afrique entre elles lors d'une conférence à Berlin. Les Européens s'accordent sur les nouvelles frontières pour l'ensemble du continent africain. Les frontières sont tracées sans tenir compte des différences de culture et de langue des habitants.

1885 : Le baron von Soden devient gouverneur de la nouvelle colonie allemande : "Kamerun". Sa plus grande tâche est de combattre les tribus rebelles à l'intérieur du pays.

1888 : L'explorateur Georg Zenker fonde la colonie allemande dans les montagnes qui deviendra plus tard la capitale de Yaoundé.

1907 : Le deuxième gouverneur allemand, Von Puttkamer, construit une voie ferrée dans le pays. Avec brutalité et travail forcé, il commence aussi à développer la colonie avec des routes, des écoles et des hôpitaux. La ville principale change de nom de Kamerunstadt à Douala.

1914 : Le chef Rudolph Douala Manga Bell et l'officier militaire Martin-Paul Samba, deux des premiers nationalistes résistant au pouvoir allemand, sont exécutés.

Cameroun britannique et français

1916 : La Première Guerre mondiale éclate, mettant un terme temporaire au développement de la colonie allemande. À la suite de la guerre et des batailles à Kamerun, la Grande-Bretagne et la France forcent finalement l'Allemagne à quitter le territoire.

1919 : Après la guerre, une déclaration divise le Cameroun entre la Grande-Bretagne et la France. La frontière est tracée grossièrement le long de la ligne des montagnes. Cette division administrative et linguistique du pays a été à l'origine de tensions et de problèmes jusqu'à aujourd'hui.

L'administration au Cameroun britannique arrête le recours au travail forcé (ce qui ralentit également le développement de la région). Le Cameroun français continue de recourir au travail forcé jusqu'en 1945.

1922 : Le Cameroun est maintenant officiellement partagé entre la Grande-Bretagne et la France. La France occupe maintenant la plus grande superficie et la Grande-Bretagne garde la région limitrophe de sa colonie au Nigeria. Le Cameroun britannique et le Nigeria sont maintenant administrés comme une seule colonie, mais la plupart de l'attention et des efforts britanniques vont au développement du Nigeria. Le Cameroun britannique est négligé et les colons allemands reviennent à Victoria pour faire des plantations privées. La colonie française continue de s'agrandir avec des infrastructures, un port plus grand à Douala et plus d'exportations. Mais la brutale règle française devient aussi de plus en plus impopulaire.

1924 : Le premier président du Cameroun, El Hajj Ahmadou Ahidjo, est né à Garoua, au nord du Cameroun.

1930s : De nombreux colons allemands rejoignent leurs plantations et leurs entreprises pour soutenir l'Allemagne nazie.

13 février 1933 : Le deuxième président du Cameroun, Paul Biya, est né à Mvomeka.

1939/1940 : Au début de la Seconde Guerre mondiale, toutes les plantations allemandes sont confisquées.

1945 : Les mandats britannique et français des colonies camerounaises sont renouvelés par l'ONU après la Seconde Guerre mondiale. Le Cameroun britannique continue d'être gouverné depuis le Nigeria.

1947 : Les plantations allemandes confisquées sont transférées à la Société camerounaise de développement. CDC reste aujourd'hui l'une des plus grandes entreprises du Cameroun.

Indépendance

Après la Seconde Guerre mondiale, des partis politiques commencent à apparaître dans les secteurs français et britannique du Cameroun. La plupart d'entre eux revendiquent l'indépendance et certains partis veulent que les deux parties du pays soient unies. D'autres mouvements au Cameroun britannique cherchent à rejoindre l'Etat nigérian (anglophone).

1955 : Une révolte éclate dans les grandes villes du Cameroun français. Le soulèvement est organisé par l'Union des Populations Camerounaises (UPC). La révolte est réprimée par les Français avec plusieurs centaines de morts et des destructions massives dans les villes. De toute évidence, ces événements ne font que déclencher plus de violence de la part de l'UPC et une demande croissante d'indépendance.

1956 : L'UPC est interdite par le gouvernement français. Le parti continue d'être un mouvement illégal pour la liberté.

1958 : Ahmadou Ahidjo forme le parti l'Union Camerounaise. Il devient Premier ministre de l'Assemblée législative du Cameroun. Il travaille en étroite collaboration avec le système français, mais appelle à l'indépendance complète et à la réunification des deux colonies.

1er janvier 1960 : Ahidjo proclame l'indépendance de la République du Cameroun dans l'ancien Cameroun français. Inauguré en tant que président, il commence à travailler à la réunification des territoires britannique et français.

Octobre 1961 : Un référendum unique au Cameroun britannique est organisé avec le soutien de l'ONU. La partie nord du Cameroun britannique vote pour rejoindre le Nigeria, tandis que le sud veut rejoindre le Cameroun francophone. La volonté du référendum est respectée, bien que des désaccords subsistent.

1961-1963 : Les émeutes et les soulèvements fréquents sont stoppés avec l'aide de l'armée française.

République Unie du Cameroun

20 mai 1972 : La structure fédérale est dissoute et une nouvelle constitution est élaborée avec la formation de la République Unie du Cameroun.

1973 : Le saxophoniste et chanteur Manu Dibango sort l'album "Soul Makossa". La musique est influencée par le jazz et la soul et n'a pas grand chose à voir avec les Makossa traditionnels du Cameroun. Mais l'album est un succès et cède la place à des rythmes de danse plus exportables du Cameroun.

1970's : Avec succès, Ahidjo développe l'agriculture au Cameroun et se concentre ensuite sur l'industrie. Ce développement, associé à la découverte du pétrole, ouvre la voie à la stabilité économique et politique. Le pays est riche en ressources naturelles (pétrole, cacao, café, bois) et possède un sol fertile. Le Cameroun fait mieux que la plupart des pays voisins et est l'un des favoris des gouvernements européens. Les violations des droits de l'homme et les arrestations politiques sont le plus souvent ignorées ou tolérées. Ahmadou Ahidjo, comme beaucoup d'autres présidents africains, commence à s'accrocher au pouvoir et refuse de faire place aux réformes et à une véritable démocratie. La corruption se développe au Cameroun.

Ahidjo se retire

Novembre 1982 : Sans préavis, Ahidjo quitte son poste de président. La raison est informée d'être en mauvaise santé. Le Premier ministre de 49 ans, Paul Biya, prend la présidence. Biya a travaillé en étroite collaboration avec Ahidjo et a une réputation d'honnêteté et de compétence.

1983 : La vieille ville coloniale de Victoria prend son nom actuel : Limbe.

1983 : Le peuple camerounais commence à voir une nouvelle facette de Paul Biya, qui émerge avec son pouvoir accru. Le premier ministre et plusieurs autres membres du gouvernement sont congédiés. Ils auraient comploté contre lui. Ahidjo s'installe en exil en France après des accusations similaires de la part du bureau présidentiel.

De son domicile en France, Ahidjo revient sur la scène politique. Il critique ouvertement le nouveau Président pour avoir fait du Cameroun un Etat policier. Ahidjo affirme maintenant qu'il a été contraint de quitter la présidence par Paul Biya. Les événements restent flous, mais selon de nombreuses sources, la raison de la critique est que Biya n'a pas permis à l'ex-président de prendre sa fortune géante hors du Cameroun. Ahidjo est condamné à mort par contumace !

1984 : Ahidjo est à nouveau pardonné par Biya. Un coup d'Etat militaire est tenté, mais échoue après trois jours de combats dans les rues de Yaoundé. Derrière la révolte se cachent des forces militaires toujours loyales à Ahidjo. Des membres du gouvernement soupçonnent la France d'avoir participé à la planification de la révolte. On estime à 1 000 le nombre de victimes de la tentative de coup d'État. La scène politique camerounaise est plus chaotique que jamais, mais après quelques mois tout s'est calmé. Le Cameroun a toujours une économie relativement bonne et stable avec un des PNB les plus élevés d'Afrique.

1984 : Une explosion de CO2 provenant du lac Monoun tue 37 personnes, mais l'accident passe presque inaperçu et le Cameroun n'est pas préparé pour la prochaine grande catastrophe en 1986.

1984 : Paul Biya obtient 99,98 % des voix lors d'une élection présidentielle où il est le seul candidat.

1985 : Le Président Biya effectue une visite en France. Il cherche à établir des liens meilleurs et plus forts avec l'Europe et les États-Unis.

1986 : Biya n'autorise toujours pas l'enregistrement des partis d'opposition, mais de petits changements démocratiques sont apportés. Le nom de son propre parti passe de UNC à Rassemblement Démocratigue du Peuple Camerounias (RDPC). Le nouveau nom devait probablement s'éloigner davantage de l'ex-président Ahidjo.

1986 : Le Cameroun devient le quatrième pays africain à établir des relations diplomatiques avec Israël. La raison de cet acte est probablement pour plaire aux USA.

Le 21 août 1986 : Près de 1 800 personnes sont tuées dans la catastrophe du lac Nyos, dans la province du Nord-Ouest. Un nuage de gaz mortels s'est soudainement échappé du lac, étouffant toute vie jusqu'à 25 km du lac. Pour plus d'informations, visitez le site : Dégazage de Nyos.

1987 : Le boom pétrolier est terminé. C'est l'un des événements qui a conduit à une crise économique pour le Cameroun.

1988 : La réalisatrice française Claire Denis crée le film Chocolat. Le film s'inspire de sa propre enfance au Cameroun et s'intéresse aux relations entre le noir et le blanc, l'homme et la femme, l'enfant et l'adulte.

24 avril 1988 : Élection présidentielle. Encore une fois, Paul Biya est le seul candidat. Cette fois-ci, il "gagne" avec 98,75 % des voix et continue pour un nouveau mandat.

Le 30 novembre 1989 : Ahmadou Ahidjo meurt.

Lutte pour la démocratie

En réaction à la crise, plusieurs mouvements pro-démocratiques se forment. Amnesty International publie un rapport sur la situation des droits humains au Cameroun. La torture et les arrestations politiques sont critiquées.

1er juillet 1990 : L'équipe nationale de football "Les Lions du Cameroun" atteint les quarts de finale de la Coupe du Monde. Seul le football est capable de détourner l'attention des problèmes politiques... pendant un certain temps.

1990 : De nouvelles ressources pétrolières sont découvertes au Cameroun.

26 mai 1990 : Le Front social-démocrate est formé sans autorisation du gouvernement. Environ 30 000 personnes participent à un rassemblement fondateur pacifique à Bamenda. La police essaie d'éloigner les gens de la rue. Des émeutes éclatent et des coups de feu sont tirés dans la foule, tuant 6 personnes et en blessant plusieurs autres.

Décembre 1990 : Un projet de système multipartite est élaboré par le président. Après quelques mois, plus d'une vingtaine de partis se sont enregistrés - tous en forte opposition au parti au pouvoir. Les projets d'un système multipartite sont rejetés lorsque le président voit ses opposants former des coalitions et se renforcer. 7 provinces du Cameroun sont placées sous tutelle militaire. Les rassemblements de l'opposition sont à nouveau interdits.

Juillet 1991 : Partout au Cameroun, une campagne d'obéissance civile est lancée sous le nom d'"Opération Ville Fantôme". La grève générale ferme effectivement les ports et arrête tous les transports en semaine. Les affaires s'arrêtent dans tout le Cameroun sauf le week-end, ce qui permet aux gens d'obtenir ce dont ils ont besoin. Plusieurs partis d'opposition sont interdits et leurs dirigeants arrêtés.

Novembre 1991 : la grève prend fin lorsque le gouvernement accepte d'appuyer les travaux d'un comité constitutionnel. Le comité est censé discuter de l'avenir politique du Cameroun. Tous les prisonniers politiques sont libérés et l'opposition est autorisée à se réunir.

Février 1992 : Elections législatives au Cameroun. Les partis d'opposition sont autorisés, mais certaines coalitions sont toujours refusées. Les journaux indépendants sont fermés et Paul Biya fait tout son possible pour assurer sa réélection.

Le 11 octobre 1992 : Election présidentielle. Paul Biya l'emporte avec 39,9 % des voix, mais le chef de l'opposition John Fru Ndi en obtient 35,9 %. Des observateurs des États-Unis font état de fraudes et de manifestations électorales. Bientôt, l'état d'urgence est déclaré dans les provinces de l'Ouest. Des milliers de personnes sont arrêtées et de nombreuses personnes meurent dans les émeutes. Des journalistes sont également arrêtés et torturés. John Fru Ndi et d'autres membres de l'opposition sont assignés à résidence.

Janvier 1993 : John Fru Ndi est libéré et se rend en Amérique. Il est invité pour l'investiture du président Clinton. Le nouveau gouvernement américain impose des sanctions économiques au gouvernement camerounais.

1994 : Tensions croissantes entre le Nigeria et le Cameroun dans les zones frontalières.

1994 : La crise économique entraîne une hausse des prix et une dévaluation du franc centrafricain.

1994 : Les Têtes Brulées sortent un CD de musique pop d'inspiration Bikutsi. Quelques tubes atteignent l'Europe lorsque le groupe tourne avec l'équipe nationale de football.

1995 : Le Cameroun est accepté à contrecœur dans le Commonwealth. L'Occident est préoccupé par la situation des droits de l'homme au Cameroun, mais comparé aux autres pays d'Afrique centrale et occidentale, le Cameroun reste un partenaire relativement stable et fiable.

1995 : Le Conseil National du Cameroun Sud (SCNC) est formé et revendique son indépendance du Cameroun.

1996 : Affrontements avec des troupes nigérianes autour de la frontière de la péninsule de Bakassi, riche en pétrole. Enfin, les pays acceptent une médiation de UN.

1997 : Élections législatives. Les partis d'opposition appellent au boycott des élections antidémocratiques, mais ils n'ont plus le soutien des Etats-Unis et de la France. L'opposition est divisée et Biya est réélu.

1998 et 1999 : L'organisation professionnelle Transparency International donne au Cameroun le classement peu flatteur de "pays le plus corrompu du monde".

1998 : Le Nigeria et le Cameroun acceptent d'échanger des centaines de prisonniers de guerre des conflits frontaliers.

Un nouveau siècle

L'état du Cameroun reste relativement sain sur le plan économique, mais le taux de criminalité violente augmente à mesure que la population est confrontée à d'énormes problèmes économiques et sociaux.

Juin 2000 : La Banque mondiale soutient le projet d'un oléoduc au Cameroun et au Tchad.

2000 : L'Eglise catholique du Cameroun critique le niveau élevé de corruption dans tout le pays.

2001 : Les organisations environnementales protestent contre le projet de gazoduc et la déforestation générale au Cameroun.

14 février 2003 : Le niveau de CO2 est critique dans le lac Monoun et un nouveau projet de dégazage démarre.