Vous-êtes ici: AccueilPaysDémocratie au Cameroun

Libéralisation

Le Président Biya a tenté de remédier progressivement aux maux créés par ses prédécesseurs en renouvelant complètement les cadres et les structures du parti unique et en le rebaptisant Mouvement démocratique populaire du Cameroun (RDPC) en 1985. Il a même réussi à gagner certains de ses adversaires à ses côtés. L'ouverture a également été marquée lors des élections municipales multipartites d'octobre 1987 sous l'égide du parti unique. Quelques mois plus tard, Biya a été réélu président, tandis que presque tous les députés ont été battus par de nouveaux venus au Parlement.

Cependant, avec les violents affrontements entre les étudiants et la police à Yaoundé en décembre 1987, la situation économique s'est aggravée et une série de troubles sociaux a éclaté en 1989. Le 5 décembre 1990, l'Assemblée nationale a adopté une série de lois visant à contrôler la création de nouveaux partis, alors que la Constitution prévoyait explicitement le multipartisme. Plusieurs partis "proches du pouvoir" ont été reconnus sans problème, mais la plupart des partis d'opposition dans le pays ou en exil, ont refusé de soutenir ce "multipartisme sous contrôle".

A partir du mois d'avril 1991, les opérations "villes mortes", les émeutes et les protestations se répandent dans tout le pays. Afin de résoudre la crise politique, le Président Paul Biya a rétabli le poste de Premier ministre, annoncé les élections et la réforme constitutionnelle. Face à cette situation de chaos, l'état d'urgence a été déclaré avec la création en mai 1991 de "commandants militaires opérationnels" pour pacifier le pays. Le Président Biya annonce les élections législatives du 16 février 1992, le Premier ministre Sadou Hayatou ouvre le 30 octobre 1991, la "tripartite" (gouvernement-opposition-population) destinée à définir le cadre électoral et l'accès aux conférences de presse publiques. L'opposition a été divisée en partisans avant une conférence nationale et en partisans d'une participation immédiate à la compétition électorale.

En 1992, des élections présidentielles multipartites ont eu lieu. Paul Biya a été réélu président (39,9%) de John Fru Ndi (35,9%), candidat du Front Social Démocrate (SDF). Les résultats ont été très compétitifs, suite aux protestations et incidents dans la région de Bamenda. En conséquence, l'état d'urgence a été déclaré. Les premières élections municipales multipartites ont eu lieu le 21 janvier 1996. Le RDPC a porté 65% du district urbain mais a perdu les grandes villes stratégiques comme Douala au profit du SDF. Le 10 février 1996, le peuple Sawa Douala a protesté contre la nomination de maires non saouas dans les conseils de district, qui a été remportée par le SDF comme convenu.

Le 27 février 1996, un décret présidentiel a mis en place une douzaine des plus grandes villes du "régime spécial des quartiers urbains", dont la plupart ont été remportées par l'opposition pour prendre le pouvoir dans les mairies. L'opposition l'a fermement condamné et a lancé en mai 1996, les opérations de "villes mortes" n'ont pas été relativement suivies par la population.