Vous-êtes ici: AccueilBusinessEconomieHistoire du Franc CFA

Histoire du F CFA

 

Le franc CFA ouest-africain est la monnaie de huit États indépendants d'Afrique de l'Ouest, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Ces huit pays ont une population collective de 102,5 millions d'habitants (en 2013) et un PIB combiné de 78,4 milliards de dollars américains (en 2012). L'acronyme CFA désigne la Communauté Financière d'Afrique ou la Communauté Financière Africaine. La monnaie est distribuée par la BCEAO (Banque Centrale des États de l'Afrique de l'Ouest), dont le siège se trouve  à Dakar, Sénégal, pour les membres de l'UEMOA (Union Économique et Monétaire Ouest Africaine). Le franc est théoriquement subdivisé en 100 centimes, mais aucune pièce centime n'a été émise.

De nombreux États d'Afrique centrale utilisent le franc CFA centrafricain, qui a la même valeur que le franc CFA ouest-africain.  Les deux francs CFA ont actuellement un taux de change fixe équivalent à l'euro dans la proportion suivante : 100 francs CFA = 0,152449 euro ; ou simplement 1 euro = 655,957 francs CFA exactement.

Bien que les francs CFA centrafricains et les francs CFA ouest-africains aient toujours été au pair et aient donc toujours eu la même valeur monétaire par rapport aux autres monnaies, ils sont en principe des monnaies distinctes. Les pièces et billets en francs CFA ouest-africains ne sont théoriquement pas acceptés dans les pays utilisant des francs CFA centrafricains, et vice versa. L'égalité durable des deux monnaies du franc CFA est largement supposée.

Les codes de devises ISO sont XAF pour le franc CFA centrafricain, alors que le code XOF est utilisé pour le franc CFA ouest-africain.

Nom

Entre 1945 et 1958, le CFA représentait les colonies françaises d'Afrique, puis la Communauté française d'Afrique entre 1958 (création de la Ve République française) et l'indépendance de ces pays africains au début des années 1960. Depuis l'indépendance, CFA signifie Communauté Financière Africaine, mais dans les faits, le terme peut avoir deux sens.

La création

Le franc CFA a été le 26 décembre 1945. Cette monnaie a été créée en raison de la faiblesse du franc français immédiatement après la Seconde Guerre mondiale. Lorsque la France a ratifié les accords de Bretton Woods en décembre 1945, le franc français a été dévalué afin de fixer un taux de change fixe avec le dollar américain. De nouvelles monnaies ont été créées dans les colonies françaises pour leur éviter la forte dévaluation, facilitant ainsi les exportations vers la France. Les responsables français ont présenté cette résolution en signe de générosité. René Pleven, ministre français des finances, avait déclaré : "Dans un geste de générosité et d'altruisme, la métropole n'a pas voulu imposer à ses filles éloignées les conséquences de ses propres carences, fixant ainsi des taux de change différents pour leur monnaie".

Taux de change

Le franc CFA a été créé avec un taux de change fixe par rapport au franc français. Ce taux de change n'a été modifié que deux fois : en 1948 et en 1994.

- Du 26 décembre 1945 au 16 octobre 1948 - 1 franc CFA = 1,70 franc français.

- Du 17 octobre 1948 au 31 décembre 1959 - 1 franc CFA = 2.00 FF (le franc CFA avait suivi la dévaluation du franc français par rapport au dollar américain en janvier 1948, mais le 18 octobre 1948, le franc français a de nouveau été dévalué et cette fois le franc CFA a été réévalué par rapport au franc français pour compenser presque toute cette nouvelle dévaluation du franc français ; après octobre 1948, le franc CFA ne s'est plus réévalué par rapport au franc français et a suivi toutes les dévaluations successives de ce dernier)

- Du 1er janvier 1960 au 11 janvier 1994 - 1 franc CFA = 0,02 FF (1er janvier 1960 : le franc français redénommé, 100 "vieux" francs devenant 1 "nouveau" franc)

- Du 12 janvier 1994 au 31 décembre 1998 - 1 franc CFA = 0,01 FF (forte dévaluation du franc CFA pour aider les exportations africaines)

- A partir du 1er janvier 1999 - 100 francs CFA = 0,152449 euro ou 1 euro = 655,957 francs CFA. (1er janvier 1999 : l'euro a remplacé le FF au taux de 6,55957 FRF pour 1 euro)

Les événements de 1960 et 1999 n'ont été que des changements dans la monnaie utilisée en France. La valeur relative du franc CFA par rapport au franc français / euro n'a changé qu'en 1948 et 1994.

La valeur du franc CFA a été largement critiquée au motif qu'elle était trop élevée, ce qui, de l'avis de nombreux économistes, favorisait l'élite urbaine des pays africains, qui pouvaient acheter des produits manufacturés importés à bas prix aux dépens des agriculteurs qui ne pouvaient pas facilement exporter leurs produits agricoles. La dévaluation de 1994 visait à réduire ces déséquilibres.

Institutions

Au sens strict, il y avait en fait deux monnaies différentes appelées franc CFA : le franc CFA ouest-africain (code monétaire ISO 4217 XOF) et le franc CFA d'Afrique centrale (code monétaire ISO 4217 XAF). Ils se distinguent en français par la signification de l'abréviation CFA. Ces deux francs CFA ont le même taux de change avec l'euro (1 euro = 655.957 XOF = 655.957 XOF) et sont garantis par le Trésor public français, mais le franc CFA ouest-africain ne peut être utilisé dans les pays d'Afrique centrale, et le franc CFA centrafricain ne peut être utilisé en Afrique de l'Ouest.

Afrique Centrale

Le franc CFA Afrique centrale (XAF) est connu en français sous le nom de Franc CFA, où CFA signifie Coopération financière en Afrique centrale. Il est émis par la BEAC (Banque des États de l'Afrique Centrale), dont le siège se trouve à Yaoundé, Cameroun, pour les 6 pays de la CEMAC (Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale) :

- Cameroun

- République centrafricaine

- Tchad

- République du Congo

- Guinée équatoriale

- Gabon

Ces six pays ont une population combinée de 45,0 millions d'habitants (en 2013) et un PIB combiné de 88,2 milliards de dollars américains (en 2012).

En 1975, les billets en francs CFA d'Afrique centrale ont été émis avec un envers unique à chaque pays participant et un revers commun, à l'instar des pièces en euros.

La Guinée équatoriale, seule ancienne colonie espagnole de la zone, a adopté le CFA en 1984.

Qu'est-ce que la zone franc CFA ?

La zone franc CFA comprend 14 pays d'Afrique subsaharienne, chacun affilié à l'une des deux unions monétaires. Le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo forment l'Union économique et monétaire ouest-africaine, ou UEMOA, fondée en 1994 pour construire sur les bases de l'Union monétaire ouest africaine, fondée en 1973. Les six autres pays - Cameroun, République centrafricaine, Tchad, République du Congo, Guinée équatoriale et Gabon - forment l'Union économique et monétaire centrafricaine, ou CEMAC.

Ces deux unions maintiennent la même monnaie, le franc CFA, qui signifie Communauté Financière Africaine au sein de l'UEMOA et Coopération Financière en Afrique Centrale au sein de la CEMAC. L'UEMOA et la CEMAC représentent 14 % de la population africaine et 12 % de son produit intérieur brut (PIB).

Tous ces pays, à l'exception de la Guinée-Bissau et de la Guinée équatoriale, étaient des colonies de la France et conservent le français comme langue officielle. La Guinée-Bissau était gouvernée par le Portugal, et aujourd'hui sa langue officielle est le portugais, tandis que la Guinée équatoriale était gouvernée par l'Espagne, et aujourd'hui l'espagnol et le français sont ses langues officielles.

La Côte d'Ivoire et le Cameroun, par exemple, ont des côtes tropicales avec de belles plages bordées de palmiers et des forêts denses et verdoyantes. Le Mali, qui est en grande partie désertique, abrite la ville commerçante de Tombouctou (Tombouctou) et occupe un territoire qui faisait autrefois partie des grands empires du Mali, du Ghana et du Songhai. Bien que le français soit la langue officielle dans les trois pays, chacun d'eux se vante de sa diversité linguistique. Près de 80 % de la population malienne, par exemple, communique en bambara, tandis que de nombreux Camerounais parlent l'anglais comme langue maternelle (une partie du pays était autrefois sous domination britannique), ou l'une des 24 langues locales.

Pourquoi les pays de la zone franc CFA ont-ils dévalué leur monnaie ?

Les biens produits par les pays de la zone franc CFA ont été évalués sur la base du marché mondial lorsque le taux de change du franc CFA était artificiellement élevé. C'est en partie pour cette raison que l'économie de ces pays n'a connu qu'une croissance faible ou nulle au cours des années 80 et au début des années 90. Pour remédier à cette situation, ils se sont consultés entre eux ainsi qu'avec le FMI et la France, après quoi ils ont pris la décision audacieuse de dévaluer de 50 % le franc CFA. Cela signifie qu'en janvier 1994, 100 francs CFA équivalaient à 1 franc français, au lieu du ratio précédent de 50 francs CFA pour 1 franc français.

La dévaluation visait à remettre ces pays sur la voie du développement durable en les aidant à retrouver leur compétitivité sur le marché mondial. Elle encourageait les exportations au détriment des importations car elle permettait aux pays de la zone franc CFA de vendre leurs produits pour la moitié moins cher, mais les obligeait à acheter des produits d'autres pays pour deux fois plus cher.

L'un de ses effets secondaires immédiats a été noté comme étant une flambée ponctuelle des prix, qui peut conduire à l'inflation. Si cela se produit, le pouvoir d'achat individuel diminue, ce qui fait qu'il est difficile pour les citoyens ordinaires de joindre les deux bouts. C'est pourquoi le FMI encourage les gouvernements à associer la dévaluation à des politiques macroéconomiques et d'ajustement structurel saines.

La première comprend des politiques budgétaires et monétaires prudentes et une gestion appropriée des taux de change. Cette dernière comprend la libéralisation du commerce, la diversification de l'agriculture, l'élimination du contrôle des prix, la réduction de la main-d'œuvre et des dépenses publiques et la privatisation des industries publiques. Ces politiques doivent souvent être mises en œuvre simultanément ou dans un ordre soigneusement planifié, ce qui exige un très haut niveau de prise de décision en coopération.

Comment la réforme a-t-elle affecté l'activité économique dans les pays de la zone franc CFA ?

Les économies des pays de la zone franc CFA connaissent une croissance annuelle de 5 % depuis la mise en œuvre des réformes. Le secteur agricole, qui emploie la majorité de la population en Côte d'Ivoire, au Cameroun et au Mali, s'est considérablement développé. De plus, de plus en plus de gens achètent des légumes, du bétail et d'autres produits locaux. Depuis que les produits de ces pays sont devenus plus compétitifs sur les marchés mondiaux, ils ont augmenté leurs exportations et amélioré leurs balances commerciales, ce qui leur a permis de revitaliser des industries comme l'exploitation forestière et la fabrication de textiles. Les échanges à l'intérieur de la zone franc CFA ont également augmenté. Après une poussée initiale, l'inflation a été maîtrisée, ce qui, entre autres, aide les pauvres et rend ces pays plus attrayants pour les investisseurs. Cliquez ici pour consulter les graphiques des indicateurs économiques des pays de la zone franc CFA, 1990 - 2000.

Quel rôle le FMI a-t-il joué dans la reprise économique des pays de la zone franc CFA ?

Avant la dévaluation, le FMI a défini certaines politiques nécessaires à son succès. Par la suite, il a fourni des conseils techniques aux pays de la zone franc CFA sur la manière de superviser et de réglementer les banques, de mettre en œuvre des réformes tarifaires et fiscales, et de maîtriser les dépenses publiques. Le FMI a veillé à ce que des fonds substantiels soient alloués à la santé et à l'éducation et à ce que des mécanismes de sécurité sociale soient mis en place dans ces pays. Elle a également accordé des prêts pour aider à mobiliser le cofinancement des institutions bilatérales et multilatérales, orchestré l'allégement et l'annulation de la dette par un certain nombre de pays qui ont travaillé en étroite collaboration avec la Banque mondiale pour aider chaque pays de la zone franc CFA à concevoir un programme d'ajustement individuel. Les prêts du FMI sont destinés à alléger temporairement les problèmes de balance des paiements et à soutenir les réformes économiques. Les crédits aux pays pauvres sont accordés dans le cadre d'un programme spécial à long terme du FMI, la Facilité d'ajustement structurel renforcée (FASR), qui offre un financement à des taux d'intérêt très bas. Ce programme de prêts a été amélioré et remplacé par la Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance à la fin de 1999.

Quels sont les défis qui restent à relever ?

Malgré ces résultats encourageants, il reste encore beaucoup à faire si les économies des pays de la zone franc CFA continuent à croître suffisamment pour réduire la pauvreté et améliorer le niveau de vie de leurs populations. Dans tous ces pays, le gouvernement devrait envisager de fournir des services publics essentiels au lieu de participer directement à la production, ce que le secteur privé peut souvent faire plus efficacement. Ces pays doivent également allouer plus d'argent à l'amélioration des infrastructures (routes, ponts, écoles et services publics) et aux programmes de ressources humaines (soins de santé, éducation et formation professionnelle). En outre, l'entreprise privée dans les pays de la zone franc CFA doit être développée, ce qui exige des gouvernements qu'ils convainquent les entrepreneurs que les nouvelles politiques économiques seront maintenues. Chaque pays doit également promouvoir la bonne gouvernance en s'attaquant à la corruption et à l'inefficacité et en rendant sa fonction publique et son système judiciaire plus ouverts et responsables. En conclusion, tous les pays de la zone franc CFA doivent continuer à travailler ensemble pour créer des synergies et bénéficier mutuellement des liens économiques stratégiques. Leur intégration régionale est un tremplin vers leur pleine intégration dans l'économie mondiale.