Vous-êtes ici: AccueilPays

Télécommunications au Cameroun

 

Le secteur des télécommunications au Cameroun, libéralisé par la loi de juillet 1998, a permis l'entrée de deux opérateurs privés de téléphonie mobile aux côtés de l'opérateur historique de téléphonie fixe.

Cette loi a également institué la création d'une autorité de régulation (l'Agence de régulation des télécommunications), pour garantir et assurer la régulation, le contrôle et le suivi des activités des opérateurs dans ce secteur.

Vue  d'ensemble

La gestion des postes et télécommunications du Cameroun est sous la responsabilité du Ministère des postes et télécommunications (MINPOSTEL). L'ouverture du marché des télécommunications a été confiée en 1998 à l'Agence de régulation des télécommunications (ART) qui réglemente le marché et octroie les licences.

Le Ministère des postes et télécommunications (MINPOSTEL) est responsable de l'élaboration et de la mise en œuvre de la politique gouvernementale en matière de postes, de télécommunications et de technologies de l'information et des communications.

À cet égard :

- Il met en œuvre, étudie et assure la production d'équipements et d'infrastructures liés aux secteurs des Postes et Télécommunications.

- Il assure le développement des technologies de l'information et de la communication (TIC) et des communications électroniques sous toutes leurs formes en liaison avec les administrations concernées.

- Il promeut l'investissement dans le secteur en relation avec le Ministère de l'Economie, le Ministère de la Planification et du Développement Régional et les agences concernées.

- Il assure la formation du personnel de son secteur.

- assure le suivi des activités des entreprises de télécommunications mobiles

- Il suit les activités liées au commerce électronique et les questions qui s'y rapportent

- la cybersécurité et la cybercriminalité en liaison avec les administrations concernées

- Il élabore et tient à jour des analyses statistiques dans les domaines des postes et télécommunications et des technologies de l'information et des communications (TIC).

- Il suit les activités des organismes de réglementation qui relèvent de sa compétence.

- Il assure la liaison entre le Gouvernement et l'Union postale universelle (UPU) et avec l'Union internationale des télécommunications (UIT) en liaison avec le Ministère des affaires étrangères.

Il exerce une supervision sur :

- l'Agence de réglementation des télécommunications (ATR)

- l'Agence nationale des technologies de l'information et de la communication (ANTIC)

- Cameroon Télécommunications (CAMTEL)

- Services postaux camerounais (CAMPOST)

- Il assure également la supervision technique de l'Ecole Nationale des Postes et Télécommunications (ENSPT).

Agence de régulation des télécommunications (ART)

 L’Agence de Régulation des Télécommunications (ART) a été créée par la loi 98/014 du 14 juillet 2010 pour réguler les télécommunications au Cameroun.

L’ART est un établissement public administratif doté de la personnalité juridique et de l'autonomie financière dont l'organisation et le fonctionnement sont précisés dans les dispositions du décret 98/197 du 8 septembre 1998. L’ART a son siège à Yaoundé et trois délégations régionales à Yaoundé, Douala et Garoua.

L’ART a pour mission d'assurer la régulation, le contrôle et le suivi des activités des fournisseurs et opérateurs du secteur des télécommunications et veille également au respect de l'équité dans le traitement des usagers.

La libéralisation a engendré une dynamique sans précédent dans ce secteur qui est devenu un levier majeur de l'investissement et de la croissance économique au Cameroun. Depuis novembre 1999, l’ART  justifie sa raison d'être et devient le moteur du développement harmonieux de ce secteur compétitif et en pleine évolution.

En effet, avec l'expansion de la téléphonie mobile, le nombre d'abonnés a atteint 19 millions en 2018 avec un taux de pénétration du téléphone mobile estimé  à plus de 83%.

Certaines de ses réalisations à ce jour sont les suivantes :

- La mise en place d'un plan de numérotation homogène à 7 chiffres en 2001 puis à 9 chiffres depuis 2014

- L'approbation systématique des catalogues d'interconnexion des opérateurs mobiles qui favorisent la baisse substantielle des tarifs des communications et des services

- Planification des bandes de fréquences et conditions d'exploitation, et achat d'une station mobile pour le contrôle du spectre

- La publication d'un annuaire passerelle et la sensibilisation des consommateurs

- Le règlement impartial et à l'amiable des différends entre opérateurs

 

En effet, dans sa volonté de régulation, c'est-à-dire de faciliter la mise en place d'un marché compétitif et attractif, lART prend toutes les initiatives possibles pour rechercher des solutions aux problèmes découlant des progrès économiques et technologiques actuels tels que :

- La mutualisation des infrastructures

- Les nouveaux régimes d'interconnexion

- L'amélioration de la qualité de service

- Le développement d'un Internet abordable

- L'utilisation de la convergence pour combler le fossé numérique

- Organisation du service universel

La gestion des télécommunications camerounaises est assurée par la société CAMTEL, créée le 8 septembre 1998. Il comprend le ministère des Télécommunications du PTT, qui avait la responsabilité directe du réseau national, et la Société Internationale des Télécommunications du Cameroun (Intelcam) qui était responsable de la mise en place et de l'exploitation des routes internationales, de la gestion du réseau télex central CAMPAC, des paquets de transmission de données et du réseau téléphonique mobile, le système GSM.

Le pays dispose de deux accès internationaux à Yaoundé et Douala, d'une flotte de 42 centraux téléphoniques, dont 10 centraux numériques à Yaoundé et Douala, de stations terriennes mobiles centrales de Yaoundé et de deux standards A, avec 540 canaux pour les communications internationales par satellite.

Le développement de l'Internet se poursuit, mais les coûts d'accès ont tendance à baisser.

Entre-temps, la diffusion de la solution VSAT filaire (via SAT3) a gagné en popularité dans les entreprises et les institutions et dans les ménages. 

Téléphonie fixe

L'infrastructure du réseau fixe de télécommunications n'étant pas encore suffisamment bien gérée, c'est l'entreprise publique Cameroon Telecommunications (Camtel), créée en septembre 1998 dans le cadre de la restructuration du secteur des télécommunications, qui en assure la gestion.

CAMTEL, 14 ans, est le fleuron de la libéralisation du secteur des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) vécue dans la seconde moitié des années 90. Créée par le décret présidentiel n° 98/198 du 8 septembre 1998, la CAMTEL a repris les activités de la Société des télécommunications internationales du Cameroun (Intelcam) et celles du Département des télécommunications du Ministère des P & T (Postes et Télécommunications), qui étaient respectivement chargées de l'exploitation et du développement des installations internationales de télécommunications et de la responsabilité directe des réseaux nationaux.

 

La téléphonie fixe est ensuite attribuée à CAMTEL, société d'Etat en cours de privatisation. Pour des raisons historiques, CAMTEL détient encore le monopole de l'infrastructure des télécommunications au Cameroun.

Le Cameroun est connecté au réseau international via deux centres satellites, respectivement à Douala et Yaoundé, chacun avec un commutateur numérique pour le hub de transit international des systèmes VSAT.

Un troisième point d'accès a été mis en place avec la sécurisation du pays par câble SAT-3 en 2002.

CAMTEL dispose d'une flotte de 42 centraux téléphoniques (dont 15 entièrement numériques à Douala, Yaoundé et Sud-Ouest) et de nombreux réseaux locaux d'une capacité de 160 000 lignes téléphoniques. Un programme de modernisation et d'expansion de l'infrastructure prévoit des zones de balayage imminentes au nord, au sud et à l'ouest.

Le nombre d'abonnés de CAMTEL est estimé à 165 850 en 2016. Il accuse un retard technologique important.

CAMTEL se trouve dans une situation financière très précaire et doit notamment faire face à un problème de surendettement, dont un "trafic international" passif vis-à-vis de son principal correspondant à l'étranger France Télécom. Le réseau fixe est obsolète, coûteux, ne couvre qu'une partie du territoire, il est plus fortement concurrencé par les opérateurs mobiles.

Les investissements ont été gelés pendant près de 10 ans par l'État, qui s'est appuyé sur une conclusion du processus de privatisation, ce qui a abouti à une impasse.

Le gouvernement, avec l'appui de la Banque mondiale, a lancé début 2004 un appel à manifestation d'intérêt pour le recrutement d'un consultant dont la tâche principale serait de définir une nouvelle stratégie de privatisation et de conseiller le gouvernement dans ce processus.

Parallèlement à ce processus, le consortium français composé d'ICEA et de Mazars a été sélectionné pour la mise en œuvre d'un business plan de l'entreprise. Dans le même temps, CAMTEL a reçu une provision de 39 millions d'euros pour financer son programme d'investissements stratégiques lancé au troisième trimestre 2003.

Téléphonie mobile

Le Cameroun dispose d'un réseau mobile depuis 1998, avec la création de l'opérateur historique CAMTEL Mobiles, ancienne filiale de CAMTEL. L'entreprise a été privatisée dans la foulée.

Le marché de la téléphonie mobile est un marché en croissance, quatre réseaux mobiles sont opérationnels au Cameroun. Il s’agit de MTN, Orange, Nexttel et Camtel Mobile.

Orange est depuis  2018, le nouveau leader du marché avec 7, 2 millions d’abonnés devant MTN Cameroon qui en compte 7,1 millions. La société sud-africaine était, pourtant, la première arrivée sur le marché en 2000 avec l’acquisition de la licence CAMTEL Mobile

Un réseau sûr et fiable

MTN se sent chez elle au Cameroun. MTN n'a jamais hésité à faire de gros investissements pour construire et contribuer au développement durable du Cameroun. Près de 300 milliards de francs CFA ont été investis par MTN entre  2000  et 2008 dans la construction d'un réseau de haute qualité, sûr et fiable, qui comprenait 546 stations relais ou BTS, au 31 décembre 2008.

Le réseau MTN est présent dans 10 régions du Cameroun, couvrant près de 84% de la population du pays et assurant un service ininterrompu dans toutes les unités administratives de plus de 50 000 habitants.

Un opérateur à la pointe de l'innovation

Entreprise résolument à la pointe de l'innovation technologique, MTN Cameroun propose à ses clients une gamme de solutions de communication adaptées à leurs besoins, les produits de référence dans le domaine du GSM, sont disponibles en packs prépayés et post-payés.

Désormais, MTN propose également de nombreuses offres Internet. MTN est le premier à avoir été introduit au Cameroun, une technologie Wimax soutenue par un réseau de quatrième génération. Ce réseau, qui couvre déjà plus d'une douzaine de villes, lui permet de commercialiser ses services Internet.

En ce qui concerne son offre tarifaire, MTN a clairement mis l'accent sur la flexibilité et la proximité. Elle a introduit entre autres au Cameroun, le système d'appels quasi gratuits aux heures creuses, l'offre " Y'ello Night " dont seule la première minute est payante.

Une distribution locale

Pour satisfaire un nombre croissant d'abonnés, MTN Cameroun disposait jusqu’en 2008 de 12 agences commerciales dans les principales villes du Cameroun, et s'appuie sur un réseau de 100 distributeurs et plus de 200 620 points de vente stratégiques à travers le pays. Alors que deux centres d'appels ultramodernes sont entièrement dédiés aux demandes des clients pour des clients plus exigeants.

Entreprise citoyenne

Au-delà de sa performance économique, MTN Cameroun est une entreprise soucieuse. Créée en février 2006, la Fondation MTN, première fondation d'entreprise créée au Cameroun, œuvre pour le bien-être des communautés, notamment dans les domaines de l'éducation, de l'environnement, de la santé, du développement communautaire, des arts et de la culture.

De même, les employés de MTN Cameroun s'investissent personnellement dans la réalisation du travail social, à travers le programme caritatif interne appelé " 21 jours de soins Y'ello ".

MTN Cameroun est également partenaire de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT) dans le développement du football local, avec un programme ambitieux de construction d'infrastructures sportives, qui devrait à terme doter chacune des dix régions du Cameroun d'un stade de football en gazon naturel entretenu et équipé de tribunes, vestiaires et infirmerie, entre autres équipements.

Dates importantes

- 15 février 2000 Signature de l'accord de licence

- Octobre 2000 Lancement des opérations commerciales

- Juillet 2001 MTN compte plus de 100 000 abonnés actifs

- Janvier 2002 Signature de l'accord MTN / FECAFOOT

- Avril 2002 MTN compte plus de 250 000 abonnés actifs

- Août 2002 Mise en œuvre du processus de régionalisation. MTN Cameroun compte désormais quatre régions (Côtière, Nord, Ouest et Centre)

- Novembre 2002 Lancement des activités dans l'est du Cameroun (MTN couvre maintenant les 10 provinces du Cameroun)

- Octobre 2003 MTN dépasse les 500 000 abonnés

- Avril 2004 Organisation des Prix MTN / CAF à Yaoundé

- Juin 2004 Introduction de la deuxième facturation (PSB)

- Septembre 2004 Lancement du virement (Me2U)

- Mars 2005 MTN compte 863 000 abonnés

- Avril 2005 Changement de signature : ''The Better Connection''' est remplacé par''Everywhere You Go'''.

- Juin 2005 MTN compte 954 000 abonnés

- En août 2005 MTN 1 million d'abonnés

- Décembre 2005 MTN compte 1 248 000 abonnés

 

Orange (Groupe France Télécom)

 

Présent sur les cinq continents, le groupe Orange n'est pas un opérateur mobile parmi d'autres. C'est aussi une personnalité, une nouvelle façon de voir le marché, une vision positive de la communication qui intègre la promotion des valeurs propres et la croyance partagée en un avenir meilleur.

Orange Cameroun (anciennement Cameroon MobileSociety,SCM-Mobilis), filiale de France Télécom, a obtenu sa licence réseau cellulaire en juin 1999 et est devenu opérationnel en février 2000.

Couverture nationale

Pour répondre à la demande de ses clients d'être accessible partout et à tout moment, Orange Cameroun poursuit l'extension de son réseau. Pour ce réseau en pleine expansion, de nouveaux sites sont construits et mis en service, et de nouveaux sites sont connectés chaque jour.

Aujourd'hui, les 10 régions et plus de 90% de la population du Cameroun sont couverts.

Cela fait d'Orange Cameroun, le réseau de téléphonie mobile leader. Grâce au réseau Orange Cameroun, où nous sommes aujourd'hui et demain, nous pouvons bénéficier des dernières avancées technologiques dans le domaine des télécommunications.

Offres Orange

Orange Cameroun propose à ses clients une gamme d'offres adaptées à leur position, qu'ils soient grands ou petits.

Ils disposent également d'une gamme de cartes à gratter et d'options de tarification qui leur permettent de communiquer leur propre rythme.

Services Orange

Orange Cameroun est une large gamme de services pratiques, adaptés aux besoins des clients, conçus pour votre confort et votre satisfaction.

L'engagement Orange

Par des actions citoyennes remarquables, Orange Cameroun soutient un nombre croissant de domaines de la vie sociale. L'éducation et le sport en sont des exemples probants.

L'éducation

Orange s'engage à promouvoir le Cameroun vers une éducation de qualité à travers un concept innovant et porteur d'espoir d'"excellence académique".

- Bourses d'études annuelles : C'est en 2001 qu'Orange Cameroun a récompensé les meilleurs élèves, classés depuis plusieurs années dans le classement des meilleures écoles secondaires générales.

Sport

- Football : Orange Cameroun a été sponsor officiel de l'équipe nationale camerounaise les Lions Indomptables. Il a ainsi contribué par son partenariat avec la Fédération Camerounaise de Football, au développement et à l'amélioration de l'environnement du football camerounais en général, et du drapeau des équipes en particulier.

- Football de vacances : Depuis 2003, Orange Cameroun est le sponsor officiel d'un nombre croissant de championnats de vacances répartis dans plusieurs villes et villages. Ce soutien vise, entre autres, trois objectifs : faciliter les quartiers et les villages, paraître jeune et sain, regarder vers l'avenir en développant les talents.

- Golf : Orange Cameroun considère que tous les sports sont égaux et méritent de sa part, le même soutien et la même promotion. Pour cela, des tournois de golf sont régulièrement organisés au Cameroun.

De façon générale, le marché se caractérise par une forte dominance des abonnements prépayés (95% des abonnés) et se répartit à peu près également entre les quatre opérateurs, mais avec un léger avantage pour Orange, qui domine également près de 80% des entreprises du marché au premier trimestre 2004. Les grandes villes sont couvertes (80 % dans les zones urbaines), mais des investissements importants restent à faire pour compléter la couverture.

Les bailleurs de fonds internationaux, ainsi que certaines banques locales ont exprimé leur soutien aux opérateurs pour le financement (plus de 150 millions d'euros) de l'extension de leurs réseaux.

Viettel Mobile

Le groupe Viettel (nom complet en vietnamien : T?p ?oàn Vi?n thông Quân ??i) est le plus grand opérateur de réseaux mobiles du Vietnam. Il s'agit d'une entreprise d'État détenue et exploitée à 100 % par le ministère de la Défense.

L'opérateur a commencé ses activités au Cameroun en septembre 2014, deux ans après l'obtention de la troisième licence d'exploitation de la téléphonie mobile au Cameroun. Le capital de Nexttel, de 20 000 000 FCFA  est détenu à 51% par Viettel Mobile et à 49% par la société Bestinver Cameroun (BestCam) du Camerounais Baba Danpullo.

Nexttel compte en 2016, 2 000 000 d'abonnés et détient 4,66% des parts de marché. En Aout 2018, 4 ans après son entrée sur le marché, Nexttel Cameroon compte désormais 5 millions d'abonnés mais reste le troisième opérateur. 

 Internet

Le coût de l'accès à Internet reste élevé au Cameroun. La première connexion du pays a été achevée en 1997 via un nœud à Yaoundé, d'une capacité de 4 Mbits. Deux ans plus tard, un deuxième nœud (4 Mbits) a été mis en service à Douala. L'amarrage du pays au câble sous-marin SAT-3 (automne 2002) a considérablement amélioré la connectivité à Internet. Ainsi, la capacité du nœud d'accès de Douala est passée à 34 Mbps, 10 Mbps pour renforcer celle des points d'accès de Yaoundé.

Le Cameroun est enregistré sous le domaine " cm " géré par Camnet (Cameroon Network) www.camnet.cm- CAMTEL est le département en charge de la gestion opérationnelle de la connexion au backbone international et de la fourniture des services au niveau national. Camnet est également le gestionnaire du Registre Internet Local (LIR).

La fourniture de services est assurée par une douzaine de fournisseurs d'accès Internet (FAI), dont Camnet, offrant des connexions RTPC (réseau téléphonique public commuté), câble (lignes louées) et ondes radio.

Tous les opérateurs appliquent la politique d'abonnement, sauf un (Suptelecom), qui a lancé une formule de carte prépayée qui donne accès à Internet sans abonnement et sans facture.

La téléphonie IP, bien que toujours réglementée par l'ART, a été progressivement incluse dans la liste des services offerts par les FSI aux entreprises et aux cybercafés.

Malgré cette diversité de l'offre, les coûts d'accès restent élevés.

En effet,  en 2008 les coûts d'installation (fixe) et de configuration pour la connexion sans fil s'élèvaient à environ 2000 EUR, qui s'ajoutaient au loyer mensuel de la bande passante (600 EUR pour une connexion 64 Kbps).

La libéralisation du secteur des télécommunications a simplifié les procédures d'acquisition des licences VSAT.

Certains FAI et opérateurs établis en faveur de cette loi, proposent désormais des liaisons directes par satellite, en partenariat avec des opérateurs nord-américains et européens.

Si la qualité de service est grandement améliorée par cette solution (connexions plus stables et plus rapides), les taux d'accès restent élevés, mais avec une tendance à la baisse.

Le coût d'acquisition d'un VSAT est ramené de 12 000 à 8 000 euros en moyenne, avec des charges de location de bande passante sensiblement équivalentes à celles d'une connexion radio.

Camnet propose depuis 2003 des connexions par fibre optique (FO) depuis le point d'atterrissage du câble SAT-3 à Douala, et prévoit d'établir une boucle nationale en fibre optique.

Des appels d'offres ont été lancés à cet effet en 2004.

Aujourd’hui, le nombre d’abonnés à Internet est estimé à 6 millions au Cameroun.

Profitant de la concurrence, le coût horaire de connexion dans les cafés a baissé de plus de 80%, passant de 2 à 75 centimes d'euros en moyenne, en moins de deux ans dans les centres urbains.

Le courrier électronique et les réseaux sociaux sont les services les plus utilisés, mais avec l'introduction progressive d'Internet, les utilisateurs se tournent de plus en plus vers la recherche d'informations et la consultation des bases de données en ligne.

La montée en puissance de l'Internet au Cameroun est freinée par la défaillance du réseau filaire qui limite l'accès au réseau fixe par saturation.

Par ailleurs, le coût d'accès et d'achat de matériel informatique pour surfer sur Internet reste élevé par rapport au revenu moyen (559 $ de PIB par habitant en 2001).

Liste des fournisseurs d’accès internet au Cameroun

 

Pour Orange et MTN Cameroun, en tant que sociétés de téléphonie mobile, leurs services fonctionnent par le biais de modems Internet mobiles et d'USB (live box pour Orange Cameroun), de services d'accès sans fil (Hotspot pour MTN CAMEROUN). Ils sont toujours des "intermédiaires FAI" parce que leur connexion Internet leur est fournie par CAMTEL. C'est par l'intermédiaire de ces deux fournisseurs que la plupart des Camerounais ont accès à Internet à partir de leur téléphone, la connexion est très à la mode chez les jeunes Camerounais.

CAMTEL

CAMTEL (Cameroon Telecommunications) est un FAI de référence dans ce pays, avec une gamme de services (connexion à une ligne fixe, téléphone mobile, modem stick, modem). Il s'améliore encore avec l'installation actuelle dans toutes les régions du Cameroun de la fibre optique. CAMTEL est le fournisseur d'accès Internet essentiel car c'est l'entreprise publique et détient maintenant le déploiement exclusif de la fibre optique au Cameroun, c'est donc lui qui fournit la connexion Internet à tous les autres fournisseurs d'accès Internet opérant au Cameroun.

RINGO

Ringo est un FAI qui permet aux abonnés de surfer sur le web avec leur modem décliné sous deux formes :

- Un petit modèle utile pour des activités web simples (vérification des emails, recherche d'informations, etc...)

- Un modèle pour des connexions rapides avec des réseaux d'activités plus complexes (lecture de vidéos, streaming de films, etc...)

CREOLINK

CREOLINK est une société experte spécialisée dans la fourniture de services Internet par fibre optique. Leur expertise s'appuie sur les caractéristiques exigées par les grandes entreprises. Ils ont également développé des solutions innovantes qui répondent aux besoins des PME et des particuliers : Internet + téléphone + TV

YOOMEE

YOOMEE est présenté comme le meilleur fournisseur d'accès Internet au Cameroun. C'est l'Internet 4G que vous pouvez utiliser pour vous connecter à la maison, en déplacement ou dans votre entreprise. Ils transmettent des signaux 4G à partir de tours dans toute la ville afin que les clients puissent avoir un accès rapide et fiable à tout ce qu'ils aiment en ligne. Qu'ils soient sur un canapé, un banc de parc ou pratiquement n'importe où entre les deux. Ce qui rend YOOME différent des autres FAI est :

- Vitesse (4G)

- Mobilité

- Stabilité

- Facile à utiliser

VODACOM

VODACOM BUSINESS fournit la plus large gamme de services de connectivité (INTERNET, VSAT, VPN, MPLS et TVUPLINK), d'applications et de services de télécommunications spécifiques.

EQUACOMM (Communications équatoriales)

Equacomm est un fournisseur de services par satellite et par fibre optique (Internet - Données - Voix) qui possède une vaste expérience dans le soutien des initiatives de télécommunications en Afrique centrale. Equacomm exploite un point de présence réseau à Douala et Yaoundé, et possède des bureaux à Douala, Yaoundé et Columbia, USA. Leur objectif est de contribuer à la réduction de la fracture numérique.

FORIS CAMEROUN

Le groupe Foris Telecom a développé un modèle d'affaires opérationnel qui vise à déployer des solutions WiMAX haut débit à des coûts nettement inférieurs pour les opérateurs, les particuliers et les utilisateurs institutionnels. Leurs résultats sont obtenus à travers une chaîne de valeur de connectivité qui prend en compte l'accessibilité, la connectivité, les compétences et le contenu.

Le secteur de l'Internet au Cameroun se développe rapidement et continue à se développer.... une concurrence féroce entre les FAI nous montre que d'ici quelques années ce secteur sera à la pointe de la technologie et ce sera profitable pour tous.

Satellite de Télécommunications

Le Cameroun est l'une des trois grandes organisations satellites : Intelsat, Inmarsat et Rascom.

Le rôle de fournisseur local d'accès par satellite est joué par CAMTEL, en attendant la nomination (à l'issue d'un appel d'offres) d'un FAI local pour le segment spatial.