Vous-êtes ici: AccueilBusiness2016 05 21Article 372156

Business News of Saturday, 21 May 2016

Source: ticmag.net

Les conseils de Bruno Mettling aux Camerounais [Vidéo]


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

En visite au Cameroun à l’occasion de la conférence économique internationale « Investir au Cameroun, terre d’attractivités », Bruno Mettling, le PDG du groupe Orange pour l’Afrique et le Moyen-Orient a accordé un entretien exclusif à TIC Mag, le portail d’actualité des TIC et Télécoms de l’Afrique centrale.

Dans cette interview réalisée par Beaugas-Orain Djoyum, Bruno Mettling évoque de nombreux sujets parmi lesquels la stratégie offensive d’Orange en Afrique depuis le mois de mars 2016 et les relations avec les autorités publiques africaines en charge de la régulation et de la supervision du secteur des TIC et Télécommunications.

Au sujet des relations avec les régulateurs et les départements ministériels en charge des Télécommunications en Afrique, il reconnaît que les discussions sont parfois rudes. « Nous utilisons les fréquences qui sont des biens publics, donc il y a parfois des négociations exigeantes et difficiles. C’est normal et c’est heureux pour les populations qu’elles soient aussi exigeantes en Afrique.

Parfois, par rapport à notre envie de développer notre réseau, d’investir, de donner l’accès à du débit de qualité à la population de plus en plus large, il peut nous arriver de trouver que tout cela prend du temps. C’est l’impatience normale d’un investisseur qui croît en ce continent, qui croît en ce pays (le Cameroun, ndlr), par rapport aux autorités qui ont la perception qu’ils ont de l’intérêt des enjeux qu’ils doivent défendre. Tout cela est normal. Parfois c’est difficile et parfois cela donne lieu à des tensions », concède-t-il.

Dans ce cas, Bruno Mettling propose aux autorités publiques de décider rapidement, le numérique étant une activité qui se développe vite. Pour lui, dans un pays, quel qu’il soit, la place qui n’est pas prise rapidement peut parfois ne plus jamais être prise.

« Il faut être conscient qu’avec une internationalisation des échanges, les autorités doivent veiller à ce que le rythme des décisions publiques soit ben à la hauteur des enjeux du développement. Car leur pays peut parfois se retrouver décalé par rapport à d’autres qui auraient pris de bons virages et qui auraient décidé plus vite », prévient-il.

S’il ne le dit pas clairement, l’on peut relever sans risque de se tromper qu’il s’adresse davantage au Cameroun qui peine encore à assigner les fréquences 4G aux opérateurs télécoms du pays, dont Orange Cameroun.
Au sujet de l’offensive africaine d’Orange en Afrique depuis le début de l’année 2016, le patron d’Orange en Afrique affirme que l’objectif du groupe est de se développer et de continuer à croître en Afrique.

Ceci, parce que « nous croyons en ce continent et on croît surtout à cet immense besoin des populations et des entreprises africaines », confie Bruno Mettling.

Depuis le mois de mars 2016 en effet, le plan stratégique Essentials 2020 du groupe Orange est en œuvre. Et depuis lors, on constate une offensive en Afrique avec, contrairement aux années antécédentes une accélération d’acquisition de nouvelles filiales en Afrique.

Par exemple, le groupe français a acquis en quelques mois Cellcom (deuxième opérateur mobile au Liberia), les filiales d’Airtel du Burkina Faso et de la Sierra Leone et tout récemment Tigo du Groupe Millicom (troisième opérateur mobile de la République démocratique du Congo – RDC). Sans oublier qu’il y a quelques semaines, la fusion « longtemps attendue » entre Orange et Côte d’Ivoire Telecom a été signée.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter