Vous-êtes ici: AccueilBusiness2018 09 14Article 446756

Business News of Friday, 14 September 2018

Source: investiraucameroun.com

Est: une nouvelle stratégie de vente conseillée aux producteurs de Cacao

La mise en pratique des marchés groupés dans l’ensemble du département permettra de mettre hors de circuit de commercialisation les opérateurs véreux qui sillonnent les campagnes à la recherche de la fève du cacao sans préoccupations de la qualité. Elle permettra également la maîtrise des statistiques de commercialisation, l’amélioration de la qualité sanitaire et phytosanitaire du cacao mis en marché par les producteurs du département et partant du label Cameroun.

Ces objectifs ont été formulés par Valéri Norbert Kuela, préfet du département de la Boumba-et-Ngoko dans son discours de lancement pour cette nouvelle campagne cacaoyère 2018/ 2019. Pour y parvenir, les producteurs de Cacao de cette partie du pays devraient exorciser certains démons: Faire face à la pauvreté extrême des planteurs qui pousse à placer sur le marché des fèves humides et mal conditionnées pour répondre aux besoins urgents.

LIRE AUSSI: Sud-Ouest: insécurités, les exportateurs de cacao retirent leurs personnels

L’inorganisation des producteurs. Ces derniers demeurent très méfiants à l’idée des retenues à opérer lors des ventes groupés. Des moyens devant servir à constituer un fond de caisse pour le fonctionnement de la coopérative. Éviter surtout le “Yana” (pratique locale qui consiste à faire louer son champ de Cacao avant la récolte à un prix dérisoire) une situation qui maintient le planteur dans un état de paupérisation permanent.

La délégation départementale du commerce, à travers ses équipes, se déploie sur le terrain à l’effet d’apporter un appui technique sur l’interprétation des textes et lois qui régissent la commercialisation du Cacao à la fois aux autorités administratives, et tous les autres acteurs de la filière, proposer un calendrier des marchés, même si malgré cette batterie de mesures, les résultats visés restent difficilement atteints.

En rappel, les statistiques de la campagne cacaoyère passée (2017/ 2018) font état d’une production de 8.538.353 tonnes de cacao officiellement commercialisées dans la Boumba-et-Ngoko. Pour garantir les conditions essentielles d’une profitabilité partagée des activités cacaoyères, il est impérieux, selon Emmanuel Blaise Mimbala, délégué départemental du commerce de la Boumba-et-Ngoko, de veiller au respect des obligations liées aux opérations de commercialisation, de veiller au respect des exigences de qualité du Cacao, l’application effective des sanctions à tous les contrevenants, le désenclavement des bassins de production, l’octroi des moyens financiers et logistiques aux structures chargées du suivi de cette activité.

LIRE AUSSI: La BID octroie 34 milliards pour aider le Sud-Ouest anglophone

Les acheteurs ont fait part des tracasseries de route pour l’acheminement du cacao de la Boumba-et-Ngoko à Douala, le Préfet a instruit aux services de commerce et de l’ONCC (Office national du Cacao et du Café) de produire la liste des pièces exigibles à mettre à la disposition des acheteurs. Occasion a même été donnée au chef d’agence ONCC de Yokadouma d’exposer sur le cadre législatif légal de la commercialisation du Cacao.