Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 02 01Article 432062

General News of Thursday, 1 February 2018

Source: Cameroonweb.com

L’Ambazonie exige une vidéo de Sisiku Ayuk à Paul Biya sinon... [VIDÉO]

Les ambazoniens laissent planer une menace de guerre civile sur le Cameroun plus forte que celle connue par le Rwanda s’ils n’ont pas de signe de vie de Sisiku Ayuk Tabe. La guerre déclenchée par Paul Biya contre les sécessionnistes prend des proportions inquiétantes d’après des activistes camerounais.

A LIRE AUSSI
Ayuk Tabe a le droit de se proclamer président- Me Jean de Dieu Momo


En effet, sans nouvelle de leur président autoproclamé Sisiku ‘porté disparu’ le 5 janvier dernier à Abuja, l’équipe dirigeante de l’Ambazonie promet de sévir.

A LIRE AUSSI
Etrange attitude d'un sécessionniste, présumé 'terroriste' devant les juges


Depuis leur supposé enlèvement, aucune image, aucune information n’a filtré de leur lieu de détention au Nigeria jusqu’à leur extradition au Cameroun d’après Yaoundé. Où sont-ils exactement?? Alors que des sources parlent de leur assassinat le jour même de leur enlèvement par une milice à Paul Biya, au sein des ambazoniens, leur ‘disparition’ serait devenue le nerf de guerre de la République fantôme pour atteindre leur but.

A LIRE AUSSI
Les sécessionnistes mettent le feu à la maison du sous-préfet-de Toko


Le gouvernement intérimaire passe à une étape décisive. Il exige une vidéo de Sisiku Ayuk Tabe et les siens en vie au pouvoir de Yaoundé. Chris Anu, le Secrétaire des communications sur la chaîne de télévision SCBC TV le 31 janvier 2018 donne un ultimatum de 5 jours à Paul Biya. Si dans les 5 jours, leur exigence n’a pas été respectée, il promet un massacre à la rwandaise, mais en pire :

« Nous donnons à la République du Cameroun jusqu’au 5 février 2018 pour présenter nos leaders ou montrer une preuve de vie. Après le 5 février 2018, s’il n’y a pas de preuve, nous supposerons que tous nos dirigeants sont morts. Que va-t-il se passer après le 5 février 2018?? Ce qui s’est passé au Rwanda, nous allons tenir le gouvernement de la République du Cameroun et du Nigeria responsable. »

A LIRE AUSSI
Ambazonie: un commando nigérian déployé pour contrer la BIR



Pendant ce temps, dans les contrées anglophones, des combats se poursuivent entre militaires du BIR et des sécessionnistes causant d’énormes dégâts matériels et d’énormes pertes en vies humaines.

A LIRE AUSSI
Les raisons de la transformation du protégé de Niat Njifenji en sécessionniste