Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 01 06Article 429874

General News of Saturday, 6 January 2018

Source: Ebugnti.wordpress.com

Guerre Ambazonie: les sécessionnistes et leur fameux talisman 'Odeyshi'

Le sortilège, dont les assassins séparatistes disaient tenir leur invincibilité, a échoué à leur éviter les récentes et nombreuses déconvenues. Et les patriotes s’en délectent …

Les échecs se multiplient pour les terroristes séparatistes et avec eux, tombe le mythe d’une supposée puissance extranaturelle qui les rendrait invulnérables.

Depuis quelques jours les railleries fleurissent sur ce fameux talisman. Pour B. E. OBEN, « ODEYSHI ne fonctionne que pour les candidats au suicide ».

N. D. E. ERUNKE estime, pour sa part, que « ODEYSHI ne fonctionne plus ». Déduction faite à partir des démentelements de camps et arrestations d’activistes qui se multiplient au Nigéria.

« ODEYSHI a-t-il vraiment jamais travaillé ? » Questionne F. NKWAWIR. « Sinon, poursuit-elle, pourquoi le combat n’est jamais arrivé à Yaoundé ? Pourquoi demeure-t-il à Mamfé ? »

« Effusion de sang inutile, qu’on appelle ODEYSHI ! », colère-t-elle. « ODEYSHI, impuissante puissance, pouvoir de mami-water ! » se gargarise F. NJUME. « Pouvoir de Satan, pouvoir de yéyé ! », insiste F. KWAWIR.

Devant les photos de sécessionnistes arrêtés, bardés de dizaines de gris gris au tour des reins, les patriotes « anglophones » ne tarissent pas de moquerie et de malédictions.

« Si ODEYSHI avait le moindre pouvoir, comment la police nigériane a-t-elle fait pour arrêter ce charlatan ? », s’exclame F. NJUME, sur des photos d’un marabout interpelé au Nigéria. « Si la pratique ne peut même pas protéger le praticien, qu’en sera-t-il des patients », commente à son tour P. LUKONG.

« Un vrai ODEYSHI, s’amuse F. À. AYUK, l’aurait fait disparaitre dès l’arrivée de la police ». Pour M. W. LYONGA, « seuls des jeunes insensés et foncièrement méchants peuvent croire ce genre de choses ».

P. JIPPA pense, pour sa part, que « c’est la fin du monde dément des Biafra et des ambazoniens ». E. MBAH ajoute que ces « gens inutiles » n’ont « encore rien vu ».

« Vous allez chercher les démon au Nigéria pour venir combattre le Cameroun ! » S’insurge F. JUME, presque convaincu. Car ODEYSHI est avant tout un mythe très répandu au Nigéria.

Il s’agit de la compression d’une phrase Igbo, « O dighi eshi » qui signifie littéralement, « Il ne fuit pas ». Mais le sens ésotérique de l’expression peut se réduire au mot « impénétrable », pour dire que l’on ne peut être ni touché par une balle, ni blessé par une arme blanche.

L’idée s’est répandue dans la partie occidentale du Cameroun, à la suite des meurtres des éléments des forces de Sécurité et de Défense. Les activistes sécessionnistes et leurs sympathisants se ventaient alors de l’existence de cette sorte de sortilège qui les rendait invisible.