Vous-êtes ici: AccueilInfos2017 12 22Article 429124

Politique of Friday, 22 December 2017

Source: camer.be

Guerre Ambazonie: la SG Du Commonwealth descend à Buea

La secrétaire générale, Patricia Scotland, a inclu cette visite dans son agenda afin de toucher du doigt la crise.

Surprise ! Patricia Scotland, la secrétaire générale du Commonwealth se rend à Buea ce vendredi ,22 décembre 2017. Son dernier jour en terre camerounaise était pourtant prévu ce jour

D’après nos sources, c’est après avoir rencontré individuellement les partis politiques tels que le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc), l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp), le Social democratic front (Sdf) et le Mouvement démocratique pour la défense de la République (Mdr), au dixième étage de l’hôtel Hilton, que la diplomate britannique et dominicaine, a décidé de modifier son programme.

Ce vendredi 22 décembre 2017, Patricia Scotland devait rencontrer les responsables de la Commission pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, avant de donner une conférence de presse dans l’après-midi. Son départ du Cameroun, selon le calendrier officiel, était prévu cette nuit. Avant cela, la Sg du Commonwealth devait être reçue en audience par le Premier ministre, Philémon Yang. Alors partira-t-elle toujours ce jour ?

Et la conférence de presse ? Aucune information n’a filtré des autres partis politiques. Mais joint au téléphone autour de 17 heures 30 minutes hier, Ni John Fru était déjà à Kombou, l’un des derniers villages de la région de l’Ouest, avant la région du Nord-Ouest. Le président natio- nal du Sdf a affirmé avoir été reçu par Patricia Scotland autour de 9 heures 30mn.

D’après nos sources, la délégation du Sdf, constituée des députés Joseph Mbah Ndam, Joseph Banadzem et Awudu, du secrétaire général Sdf et du chairman, a beaucoup critiqué le code électoral, la composition d’Elecam et, surtout, a exigé le dialogue exclusif comme préalables aux élections en 2018. « Mme Patricia Scotland a dit connaître tous ces problèmes. Elle a décidé de reporter son voyage pour se rendre à Buea. Deux sujets à l’ordre du jour : la crise anglophone et Elecam.

Nous exigeons la refonte de cette structure, du code électoral dans son ensemble. Tels sont les préalables pour les élections transparentes en 2018. S’agissant de la crise anglophone, au-delà des revendications connues de tous, le Sdf insiste sur la nécessité d’un dialogue inclusif et invite le chef de l’Etat à se rendre dans ces régions », a indiqué l’un des membres de cette délégation.