Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 01 27Article 431689

General News of Saturday, 27 January 2018

Source: cameroon-info.net

Guerre Ambazonie: Kumba en état de siège ce matin [Témoignages]

Après avoir fait passer l’épicentre des affrontements contre l’armée de la Région du Nord-Ouest pour la Région du Sud-Ouest, les rebelles pro-sécessionnistes lancent désormais les attaques de façon simultanée sur les deux Régions.

Ce samedi 27 janvier 2018, le climat est tendu du côté de Mambanda, un grand quartier de Kumba, chef-lieu du département de la Meme, Région du Sud-Ouest. Selon des sources locales, les forces de défense et de sécurité y ont fait irruption aux premières heures de ce samedi pour traquer les combattants sécessionnistes. « Les militaires entrent dans les maisons, fouillent et arrêtent les gens. Ceux qui tentent de résister sont violentés. Les militaires disent qu’ils ont appris que les sécessionnistes armés sont cachés ici.

Finalement nous ne savons pas où aller. Les sécessionnistes menacent de nous tuer sous prétexte qu’on donne les renseignements à l’armée et de son côté l’armée menace de nous exécuter sous prétexte qu’on héberge les rebelles. Nous ne sommes pas partisans de la sécession et pour cela l’Etat doit prendre des dispositions pour nous protéger et non nous torturer » s’insurge un habitant de Kumba-Mambanda joint au téléphone par Cameroon-info-net.

Hier vendredi 26 janvier 2018 A Kumbo dans la Région du Nord-Ouest, les forces de défense et de sécurité y ont effectué une expédition punitive dans le but de venger leur collègue gendarme tué par des présumés sécessionnistes. Les populations de Kumbo, accusent les hommes en tenue d’avoir détruit et incendié des maisons et violenté les civils. « Des jeunes ont fui le village pour aller se réfugier dans la brousse. Les militaires très furieux ont même vandalisé une mosquée. Plusieurs familles passent nuit à la belle étoile parce que leur maison a été détruite ou brulée par l’armée » raconte un habitant de Kumbo. Là-bas aussi, les populations sont entre le marteau de l’armée et l’enclume des rebelles indépendantistes.

Déjà en début de semaine, mardi 23 janvier, le dortoir des filles du collège Rita A Nkambe toujours dans le Nord-Ouest, a été ravagé par les flammes. L’incendie s’est déclaré quand les chambres s’étaient déjà vidées de ses occupantes. Il n’y a donc pas eu de perte en vie humaine. Si la cause du feu n’est toujours pas connue, l’on soupçonne cependant que les pyromanes sont des personnes proches des activistes de la crise anglophone qui multiplient depuis plusieurs mois des incendies criminels dans la partie occidentale du Cameroun pour imposer leur mot d’ordre d’école morte.

Quelques heures avant le dortoir du collège Rita, le feu a réduit en cendre un Centre de ressources communautaires et la plus importante librairie de la ville de Kumbo.

Dans les Régions anglophones où l’on enregistre de nouvelle escalade de violence, il n’y a plus âme qui vive dans certains villages. C’est le cas par exemple de Kwa-Kwa, dans l’arrondissement de Mbonge département de la Meme au Sud-Ouest où de nombreux habitants ont choisi le chemin de l’exil vers d’autres localités de la Région jugées plus sûres, laissant derrière eux une ville dévastée par les terroristes.

Ainsi, Après avoir fait passer l’épicentre des affrontements contre l’armée de la Région du Nord-Ouest pour la Région du Sud-Ouest, les rebelles pro-sécessionnistes lancent désormais les attaques de façons simultanées ou en un espace de temps réduit sur les deux Régions.