Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 02 14Article 433170

General News of Wednesday, 14 February 2018

Source: Kinnakasblog.com

Ambazonie: les grandes promesses de Muhammadu Buhari à Paul Biya

Le président nigerian Muhammadu Buhari a rassuré l'Autorité camerounaise que le territoire nigérian ne serait pas utilisé comme zone de rassemblement pour déstabiliser le Cameroun. M. Buhari aurait fait cette promesse dans un communiqué publié à la fin de la sixième session du Comité de sécurité transfrontalière Cameroun-Nigéria qui s'est tenu à Abuja.

Le communiqué a été signé par le chef de la délégation nigériane, le général de brigade Emmanuel Ndagi, le directeur des affaires de défense du bureau de la NSA et le chef de la délégation camerounaise, M. René Sadi, ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation. Le communiqué explique que le président a donné l'assurance dans un message envoyé à la délégation camerounaise lors de la session, par l'intermédiaire du conseiller à la sécurité nationale (NSA), Maj.-Gen. Babagana Monguno (Rtd).

Buhari "La série d'événements politiques dans les deux pays a conduit à de nouveaux défis sécuritaires menaçant la coexistence pacifique le long des frontières communes.

"Le Nigeria prendra les mesures nécessaires dans le cadre de la loi pour faire en sorte que son territoire ne soit pas utilisé comme zone de rassemblement pour déstabiliser un autre pays souverain ami", a déclaré le président Buhari. Le communiqué indique que les deux pays ont convenu de collaborer par l'intermédiaire de leurs agences respectives pour lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Il a déclaré que les deux pays devraient continuer à explorer d'autres sources de financement pour la Force multinationale mixte. Les deux pays ont signé un accord sur la non-prolifération des armes légères et de petit calibre.

Les deux pays ont accepté de collaborer pour sensibiliser les Nigérians vivant dans la région de Bakassi à vivre en paix et à respecter les lois et règlements de leur pays d'accueil. Au sujet des opérations de contrôle aux frontières, le comité a recommandé que les agences de sécurité des deux pays renforcent la lutte contre les «crimes le long des frontières terrestres et maritimes».

"Que le Nigeria et le Cameroun devraient assurer la fourniture d'infrastructures telles que les routes, les écoles, les hôpitaux, les forages entre autres pour apporter un sentiment d'appartenance aux communautés frontalières. "Que l'immigration et les autres services de sécurité des deux pays devraient se réunir régulièrement afin d'échanger des informations et de sensibiliser à la sécurité", a-t-il déclaré.

Le communiqué demandait la création d'un comité mixte chargé d'harmoniser les règlements sur les activités de pêche illégale et de braconnage des barrages existants entre les deux pays. Il a déclaré que sur le barrage de Lagdo au Cameroun, les deux gouvernements devraient travailler sur la mise en œuvre de l'accord sur la gestion de l'eau dans le bassin de la rivière Benue signé à Abuja le 3 mai 2016.

Il a déclaré qu'un comité conjoint d'évaluation serait mis en place par les deux gouvernements pour évaluer l'impact environnemental et proposer des solutions sur le barrage de Kachimbula. Selon le communiqué, un système d'alerte devrait être mis en place pour avertir la population de tout danger imminent sur les deux barrages.