Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 03 02Article 434388

General News of Friday, 2 March 2018

Source: cameroonweb.com/bareta.news

Ambazonie: l’armée fait appel à un Général français pour ‘l’opération Barbarossa’

Un plan de redéploiement militaire serait actuellement mis en exécution pour contenir les attaques sécessionnistes dans les régions anglophones du Cameroun. C’est en tout cas ce que révèlent certains activistes anglophones qui parlent d’une « purge des populations anglophones en préparation ».

Selon un rapport publié sur leur site, l’opération en préparation consisterait en un redéploiement de tous les hommes en tenue originaires des régions anglophones vers d’autres régions du Cameroun en vue de les remplacer par des militaires francophones.

Ci-dessous l’intégralité du rapport publié sur le site baretanews :

Un plan de génocide à grande échelle prévu pour les prochains jours et parrainé par l'État sur les populations anglophones vient d’être révélé.

Chers compatriotes Ambazoniens, chers membres de la communauté internationale et chefs d’État du monde, nous sommes arrivés à un moment dans notre vie en tant qu’entité collective où nous ne pouvons plus minimiser l’urgence d’une action en soutien aux forces d’auto-défenses du Southern Cameroon.

On ne saurait trop insister sur cet appel urgent à l'action, compte tenu des circonstances difficiles auxquelles nous sommes confrontés.

Alors que nous espérions que notre peuple pourrait avoir vécu certains de ses jours les plus sombres à cause des atrocités et des violations des droits de l'homme qui ont été commises par les militaires du régime de Paul Biya, ce message est pour vous informer et vous avertir du plan de guerre et de génocide que le régime de Yaoundé entend mettre en œuvre dans les jours à venir.

Nos sources qui travaillent dans les divisions opérationnelles du ministère de la Défense à Yaoundé viennent de nous alerter sur ce plan finalisé par les collaborateurs de Paul Biya pour cibler et éliminer tous les citoyens anglophones hostiles au régime.

Le plan a commencé avec la réaffectation et le transfert de tous les soldats, policiers, gendarmes, gardes forestiers, agents des douanes et tout autre corps habillés anglophones hors du Southern Cameroon pour des régions éloignées comme la région de l’Est, le Grand Nord, le Nord et l’Adamaoua.

La motivation principale est que les dirigeants du régime de Yaoundé et leurs partisans ont conclu qu'il était impossible de faire confiance aux officiers en uniforme originaires du Southern Cameroon pour défendre les affiliées au RDPC en mutilant, en tuant et en participant à un génocide total contre leur propre peuple.

De plus, des membres du haut commandement du régime de Yaoundé ont souligné qu'il est absolument nécessaire de dissimuler l'emplacement de tous les charniers, lieux de torture, meurtres et autres lieux où des actes de torture ignominieux et des violations flagrantes des droits humains ont été commis contre les populations anglophones.

Les barons de Yaoundé craignent que nos camarades Southern Cameroons ne révèlent ces lieux de tortures aux observateurs internationaux ou aux enquêteurs au moment opportun.

Ensuite, par excès de prudence et par la nécessité de prévenir toute attaque-surprise de leurs propres lignes de défense (comme le cas du Sergent Tabe qui a ouvert le feu sur ses pairs dans le village d'Agborkem après avoir abattu un civil) les patrons militaires et civils au sein de l'apparatchik ont suivi les conseils d’un stratège envoyé par la France.

Veuillez noter que le transfert de la plupart des membres du personnel de la police et d'autres services apparentés présentés comme un redéploiement des forces pour répondre aux besoins de service, repose en réalité sur le principe du nettoyage des éléments anglophones non désirés "provenant de tous les postes de commandement en service actif dans le territoire Southern Cameroon.

Tous ceux qui ont été transférés sont remplacés par des soldats francophones dont le seul objectif est d’appliquer les plans de génocide qui ont été affinés avec l'aide du stratège envoyé par la France.

Seuls les partisans du régime du RDPC et leurs facilitateurs avec un agenda caché sans preuve tenteront de discréditer la validité et l'authenticité du rapport d'enquête.