Vous-êtes ici: AccueilPaysGéographie

Géoagraphie

Le Cameroun est un pays du Golfe de Guinée sur la côte ouest de l'Afrique, avec 590 km de côtes découpées le long de l'océan Atlantique. Le Cameroun s'étend très haut sur 1 200 km de latitude du nord au sud et se présente sous la forme d'un triangle dont la base se trouve au deuxième degré de latitude nord, tandis que la frontière nord avec le lac Tchad atteint le 13e parallèle. Le pays est entouré des pays suivants et de vastes étendues d'eau :

Le Nigeria et l'océan Atlantique à l'ouest

Guinée équatoriale, Gabon et République démocratique du Congo au sud

République centrafricaine et Tchad à l'est

Le lac Tchad au nord

Le Cameroun a une superficie de 475 442 km² et une population d'environ 20 millions d'habitants, le Cameroun est un pays de taille moyenne en Afrique. Le pays se situe entre le méridien du Sahara et la lisière nord de la forêt tropicale humide dans le bassin du Congo au sud. L'ouest du pays est dominé par les Highlands et comprend la plus haute montagne d'Afrique de l'Ouest : Le Mont Cameroun qui s'élève à 4 100 m et est le neuvième plus haut sommet d'Afrique. L'Est du pays est couvert dans la grande majorité des forêts tropicales bien préservées. Le long de ses 590 km de côtes, on trouve quelques stations balnéaires : Kribi et Limbe près du mont Cameroun.

Frontières terrestres

1 690 km avec le Nigeria

1 094 km avec le Tchad

797 km avec la République centrafricaine

523 km avec la République démocratique du Congo

298 km avec le Gabon

189 km avec la Guinée Equatoriale

  • Rivières principales

    - Wouri

    Le Wouri (aussi Vouri ou Vuri) est un fleuve au Cameroun. La rivière se forme au confluent des rivières Nkam et Makombé, à 32 km (20 milles) au nord-est de la ville de Yabassi. Le Wouri coule ensuite à environ 160 km (99 miles) au sud-est jusqu'à l'estuaire du Wouri à Douala, le principal port et ville industrielle du sud-ouest du Cameroun sur le golfe de Guinée. La rivière est navigable à environ 64 km (40 miles) en amont de Douala.

    Le navigateur et explorateur portugais Fernão do Pó ou Fernando Poo, serait le premier Européen à explorer l'estuaire du Wouri, vers 1472. Les explorateurs ont noté l'abondance de la langouste Lepidophthalmus turneranus dans le fleuve Wouri et l'ont nommée Rio dos Camarões, en portugais pour fleuve de crevettes, et la phrase dont le Cameroun est dérivé.

    Dans les années 1950, pendant la période coloniale, les Français ont construit un pont sur le fleuve, qui relie Douala à la ville de Bonabéri de l'autre côté du fleuve. Le pont est aujourd'hui d'une grande importance économique pour l'ouest du Cameroun, où circulent des voitures, des camions et des trains. Depuis 2004, le pont fait l'objet d'une importante réhabilitation.

    - Sanaga

    Le fleuve Sanaga est un fleuve de la Province du Sud, Cameroun, Province du Centre, Cameroun, et Province de l'Ouest, Cameroun. Sa longueur est de 890 kilomètres.

    La rivière Sanaga forme une frontière entre deux écorégions forestières tropicales humides. Les forêts côtières Cross-Sanaga-Bioko s'étendent au nord entre le fleuve Sanaga et le fleuve Cross au Nigeria, et les forêts côtières équatoriales atlantiques s'étendent au sud du fleuve à travers le sud-ouest du Cameroun et la Guinée équatoriale, le Gabon, Cabinda, et la République démocratique du Congo. Le principal affluent de la rivière Sanaga est la rivière Mbam.

    Le chemin de fer de Camrail enjambe la rivière Sanaga à Edea.

    - Bénoué

    Le fleuve Benué (français : la Bénoué), anciennement connu sous le nom de fleuve Tchadda, est le principal affluent du fleuve Niger. Le fleuve a une longueur d'environ 1 400 kilomètres (870 milles) et est presque entièrement navigable pendant les mois d'été. Par conséquent, il s'agit d'une voie de transport importante dans les régions qu'il traverse.

    Il s'élève sur le plateau d'Adamawa au nord du Cameroun, d'où il coule vers l'ouest, et traverse la ville de Garoua et le réservoir de Lagdo, pour atteindre le Nigeria au sud des montagnes Mandara, et traverser Jimeta, Ibi et Makurdi avant de rencontrer le Niger à Lokoja.

    Les grands affluents sont la rivière Gongola et le Mayo Kébbi, qui la relie à la rivière Logone (qui fait partie du système du lac Tchad) lors des inondations. Les autres affluents sont la rivière Taraba et la rivière Katsina Ala.

    Au point de confluence, le Benué dépasse le Niger en volume (débit moyen avant 1960 : 3400 m³/s contre 2500 m³/s). Au cours des décennies suivantes, le ruissellement des deux rivières a diminué de façon marquée en raison de l'irrigation.

     

    - Logone

    La rivière Logon ou Logone est un affluent important de la rivière Chari. Les sources du Logone sont situées dans l'ouest de la République centrafricaine, le nord du Cameroun et le sud du Tchad. Elle a deux affluents principaux. Le fleuve Pendé (Logone oriental) dans la préfecture d'Ouham-Pendé en République centrafricaine et le fleuve Mbéré (Logone occidental) à l'est du Cameroun. De nombreux marécages et milieux humides entourent la rivière.

    Moundou, la deuxième plus grande ville du Tchad, et Kousseri, la ville la plus septentrionale du Cameroun, sont des exemples d'établissements sur le fleuve. La capitale du Tchad, N'Djaména, se trouve à l'endroit où le Logone se jette dans le fleuve Chari.

    Le Logone fait partie de la frontière internationale entre le Tchad et le Cameroun.

    Le débit du fleuve observé pendant 38 ans (1951-1954) à Bongor, une ville du Tchad peu après l'union avec le Pendé, à environ 450 km au-dessus de l'embouchure du Chari. En raison de la forte évaporation, la quantité d'eau dans l'estuaire diminue. Le fleuve à Bongor observe un débit annuel moyen durant cette période qui est de 492 m³/s alimenté par une zone d'environ 73.700 km² soit 94,5% du bassin versant total du fleuve. Dans la dernière partie, à N'Djamena, il ne reste que 400 m³/s.

    Au Tchad, les régions administratives du Logone Oriental et du Logone Occidental, du nom du fleuve Ober-Logone, étaient un district administratif de la colonie allemande du Cameroun.

    - Chari

    Le fleuve Chari ou Shari est un cours d'eau de 949 kilomètres (590 miles) de long, d'Afrique centrale. Il coule de la République centrafricaine vers le lac Tchad en passant par le Tchad, le long de la frontière camerounaise depuis N'Djamena, où il rejoint les eaux du fleuve Logone.

    Une grande partie de la population tchadienne, y compris Sarh et la capitale N'Djamena, est concentrée autour d'elle. Il fournit 90 % de l'eau qui se jette dans le lac Tchad. Le bassin versant de la rivière couvre 548 747 kilomètres carrés (211 872 milles carrés).

    Le principal affluent est la rivière Logone, tandis que les affluents mineurs sont le Bahr Salamat, le Bahr Sarh (rivière Ouham), le Bahr Aouk et le Bahr Kéita.

    La rivière soutient une importante industrie locale de la pêche. L'un des poissons locaux les plus chers est la perche du Nil.

    - Dibamba

    Le fleuve Dibamba se trouve dans la région littorale du sud du Cameroun et se jette dans l'estuaire du Cameroun près de la ville de Doula.

    La rivière Dibamba a une longueur de 150 kilomètres (93 miles) et un bassin versant de 2 400 kilomètres carrés (930 miles carrés). Le débit moyen à l'embouchure de la rivière est de 480 mètres cubes par seconde. À son embouchure, la rivière est à marée et se jette dans l'estuaire à travers les forêts de mangroves qui s'étendent vers le sud, de Douala à la pointe Souelaba. Près de Douala, la rivière est traversée par un pont routier à poutres en T de 370 mètres (1 210 pi) construit en béton préfabriqué et précontraint de 1983 à 1984.

    Le peuple Duala, qui habite aujourd'hui la région dans et autour de la ville de Douala, a quitté Piti sur la rivière Dibamba pour s'installer à son emplacement actuel, déplaçant les cultivateurs de Bassa-Bakoko. Les traditions Duala disent qu'ils sont les descendants de Mbedi, fils de Mbongo, qui vivait à Piti. Monneba était un leader Duala sur la côte camerounaise dans les années 1630, engagé dans le commerce de l'ivoire et des esclaves avec les Européens. Les cartes hollandaises des années 1650 placent le nom de Monneba sur la rivière Dibamba, qui s'appelle Monneba's Creek ou Channel (Monnebasa Gat).

    Le Dibamba a été le théâtre d'hostilités navales pendant la Première Guerre mondiale, lorsque le commandant Ralph Stuart Sneyd a engagé le 10 septembre 1914 un grand lancement allemand et l'a coulé, puis a chassé l'ennemi de son poste à Piti.

    La zone industrielle Bassa de Douala se termine dans la formation du ruisseau estuarien de la rivière Dibamba, qui rejette des polluants. Les zones humides sont rapidement colonisées par des espèces envahissantes et un grand nombre de phytoplancton a été identifié, dont certains sont causés par la pollution. Plus à l'intérieur des terres, il y a encore quelques parcelles de forêt marécageuse permanente sur la rivière, mais beaucoup d'autres ont été défrichées et drainées pour la plantation de palmiers à huile. La faune de la rivière n'est pas bien protégée. Le Lamantin africain (Trichechus senegalensis) est en danger.

    - Nyong

    Le Nyong est un fleuve au Cameroun. Le fleuve coule sur environ 640 km pour se jeter dans le golfe de Guinée.

    Le Nyong prend sa source à 40 kilomètres à l'est d'Abong Mbang, où la forêt tropicale du nord le nourrit. La longueur de la rivière est presque parallèle au cours inférieur de la rivière Sanaga. Son embouchure se trouve à Petit Batanga, à 40 milles au sud-sud-ouest d'Edéa. A deux endroits, Mbalmayo et Déhané, la rivière a d'énormes rapides. Les 200 premiers milles du fleuve, entre Abong Mbang et Mbalmayo, sont navigables pour les petites embarcations d'avril à novembre.

    - Lobé (Chutes de Lobé)

    Les cascades de Lobé sont situées à environ 300 km au sud-ouest de Yaoundé, la capitale du Cameroun. Les particularités des chutes sont dues aux regroupements de cours d'eau qui s'enchaînent en cascades en série sur une distance d'un kilomètre et qui forment un nuage majestueux autour des chutes. Les chutes les plus hautes mesurent 20 mètres de hauteur avant de tomber dans l'océan Atlantique. Les chutes d'eau de Lobé représentent une base solide des croyances symboliques des peuples Batanga, Maabi et Pygmé qui vivent dans les environs et associent les chutes à divers rites culturels. L'importance du site que ce paysage culturel a dans la vie de ces personnes implique la nécessité de les impliquer dans le processus de gestion et de préparation de la proposition d'inscription pour son inscription.

    - Moungo (Mungo)

    Le fleuve Mungo est un grand fleuve au Cameroun qui draine les montagnes dans la partie sud de la ligne des volcans actifs et éteints du Cameroun.

    La rivière Mungo a un bassin versant de 4 200 km2, long de 150 km2, s'élevant dans les collines de Rumpi et gonflé par les affluents du mont Kupe et les montagnes Bakossi. Le fleuve est navigable au sud de Mundame sur environ 100 kilomètres (62 mi) à travers la plaine côtière avant d'entrer dans les mangroves, où il se divise en de nombreux petits canaux qui se jettent dans l'estuaire du Cameroun. L'estuaire, qui est également alimenté par des fleuves tels que le Wouri et le Dibamba, se déverse à son tour dans le golfe de Guinée à la pointe de Douala. Le raz-de-marée dans la baie s'étend jusqu'à 40 kilomètres (25 milles) en amont de la rivière. Dans cette section de la rivière, de grandes plaines et des bancs de sable sont exposés à marée basse.

    Un visiteur européen a parlé du cours inférieur du fleuve en 1896 : "Les rives du Mungo sont magnifiquement couvertes de forêts... et tout ici regorge de vie. On peut voir des aigles de mer, des hérons, des serpents et des singes, ainsi que des perroquets multicolores sur les arbres, tandis qu'à la surface de l'eau, des papillons et des libellules de la taille de moineaux dansent. De temps en temps, on entend la trompette des éléphants, le cri des prédateurs et le klaxonnement mélancolique et monotone de l'iguane." Il a noté qu'à environ 35 kilomètres de l'embouchure de la rivière, la forêt a commencé à être défrichée pour la culture des plantains, du cocoyam, du maïs et de la canne à sucre.

    Un Suédois nommé Knut Knutson vécut quelques années dans la haute vallée de Mungo à une époque où les Allemands revendiquaient leurs droits sur la région comme colonie. Il fournit un récit intéressant, quoique quelque peu fantaisiste, des traditions selon lesquelles une tribu "Biaffra", basée sur le haut Mungo, régnait autrefois sur un vaste royaume qui s'étendait au nord jusqu'au lac Tchad et au sud jusqu'au fleuve Congo. L'explorateur polonais Stefan Szolc-Rogozinski entreprit une autre exploration européenne de la rivière en 1883. Il espérait établir une colonie libre pour les émigrants polonais.

    Vers la fin de 1884, après que les Allemands eurent établi un poste à Douala, ils eurent des ennuis avec les chefs Duala locaux qui furent encouragés par les Britanniques à résister aux tentatives allemandes d'ouvrir un commerce direct avec l'intérieur. Le leader sur la rivière Mungo était le roi Bell, qui a maintenu un blocus pendant quelques mois, mais a finalement été forcé de céder en raison de la désunion parmi son peuple et la puissance d'un bateau à vapeur armé. Plus tard, les Bells ont repris le contrôle pendant un certain temps lorsque les Allemands se sont tournés vers la rivière Sanaga.

    Lorsque la colonie allemande de Kamerun a été divisée après la Première Guerre mondiale, la rivière Mungo faisait partie de la frontière entre les colonies françaises et britanniques qui ont pris le contrôle. La frontière divisait également les différents peuples de la vallée du fleuve, y compris les Bakossi, bien qu'ils continuaient à entretenir des relations étroites de l'autre côté du fleuve. En aval, près de la côte, les peuples Duala et Mungo étaient également divisés.

    Aujourd'hui, le fleuve constitue la frontière entre le Littoral et le Sud-Ouest du Cameroun. Un pont sur la rivière s'est effondré en 2004. En décembre 2006, les travaux de construction d'un pont de remplacement étaient toujours en cours et la circulation routière dépendait entre-temps d'un pont flottant ou d'une barge. L'écologie de l'estuaire est menacée par la pollution croissante de l'industrie, de l'agriculture et des ménages, qui menace à la fois les rendements en poissons et la santé humaine.

    - Noun

    Le fleuve Noun est un fleuve de la Province de l'Ouest du Cameroun. Elle prend sa source au lac Oku (6°11?34?N 10°27?14?E) et coule vers le sud, elle est rejointe par la rivière Monoun et coule vers le sud dans la vallée entre les montagnes Ngotsetzezan et Mont Yahou. Il tourne vers l'est à environ 5° de latitude nord. Son embouchure se trouve à la rivière Mbam (4°54?42?N 11°06?02?E), qui est elle-même un affluent de la rivière Sanaga.

    Elle constitue la frontière entre la région de Bamiléké et la région de Bamun et a joué un rôle clé dans l'histoire du peuple Bamileke.

    La rivière Noun a été endiguée à Bamendjing en 1975 (5°41?55?N 10°30?03?E) créant un réservoir du même nom. A son maximum, le réservoir a une longueur de 32 km et une largeur de 276 km. Sa superficie varie entre 150 km² et 300 km². La rivière Noun abrite des hippopotames que l'on peut observer toute l'année dans les parties sauvages de la rivière ainsi que de nombreux oiseaux, tels que le vautour moineau, le guêpier, le martin-pêcheur et le martin pêcheur.

    - Nkam

    La rivière Nkam prend sa source sur le haut plateau occidental dans la région ouest du Cameroun et rejoint la rivière Makombé pour devenir la rivière Wouri. Il est connu des touristes pour les spectaculaires Chutes d'Ekom, une chute d'eau de 80 mètres (260 pieds) de haut à environ 30 kilomètres (19 milles) de Bafang. Au sud de la ville de Dschang, la réserve de faune de Santchou se trouve à l'est du fleuve.

    Les inondations annuelles dans la vallée de la rivière fournissent des millions de juvéniles de poissons-chats. Ces poissons sont capturés pour consommation immédiate ou pour repeupler les étangs utilisés pour l'aquaculture. Les étangs à poissons sont préparés à la fin de la saison sèche, avec enlèvement de la boue de fond et réparation des abris à poissons. Les étangs sont envahis par des graminées et des arbustes adventices pendant la première partie de la saison des pluies, d'avril à juillet. Normalement, la rivière Nkam inonde de juillet à octobre, lorsque les poissons migrent vers les étangs. Entre janvier et mars, l'eau se retire, les étangs sont drainés et les poissons récoltés.

    - Dja (rivière Ngoko)

    Le fleuve Dja (également connu sous le nom de rivière Ngoko) est un cours d'eau en Afrique occidentale et centrale. Elle fait partie de la frontière entre le Cameroun et la République du Congo et a un parcours d'environ 720 km (450 miles).

    Située au sud-est de la ville d'Abong-Mbang, au sud-est du Cameroun, la réserve de faune du Dja, qui a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987, se trouve sur les rives de son cours supérieur. Elle protège l'une des plus grandes étendues de forêt tropicale humide d'Afrique. Les falaises, qui forment leur limite naturelle et encerclent presque entièrement la réserve (sauf au sud-ouest), longent le cours de la rivière dans la partie sud de la réserve sur 60 km et sont associées à une section de la rivière qui est interrompue par des rapides et des chutes d'eau. Suivant son cours dans la réserve, le Dja s'écoule approximativement vers le sud-est au-delà de Moloundou, en dessous duquel les petits bateaux peuvent naviguer. A Ouesso, en République du Congo, il se jette dans le fleuve Sangha.

    Chaque année, les braconniers remontent le Dja jusqu'au parc national central de Nki, où l'ivoire d'éléphant est abondant. Les forts courants sur le fleuve sont dissuasifs pendant la moitié de l'année, mais après cela, selon le journaliste indépendant Jemini Pandya, la faune est facile à exploiter.

     

    - Les Lowlands : Il Mamfe bowl (sud-ouest), le bassin du Benoué et la plaine du nord.

    - Les Plaines : le sud du Cameroun avec une altitude moyenne de 650 m, et l'Adamawa, le château d'eau du Cameroun avec une altitude moyenne de 1.000 m mais qui culmine à 2.650 m.

    - Les Western Highlands : Un bloc surélevé par rapport à la base et recouvert de coulées basaltiques, disposé en arc de cercle appelé dorsale camerounaise. Les sommets sont de 1500 à 4000 m. Les plus massifs connus sont les monts Mandara (au nord), Atlantika (au nord) et les volcans actifs d'Oku (au nord-ouest) et du Mont Cameroun (au sud-ouest) à 4 100 m d'altitude qui est le plus haut du continent ouest africain.