Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 10 12Article 622999

Opinions of Tuesday, 12 October 2021

Auteur: Ben Batana

Sérail: entre Franck Biya et Gilbert Baongla, qui succèdera à Paul Biya à Etoudi?

Paul Biya entouré de Franck Biya et Gilbert Baongla Paul Biya entouré de Franck Biya et Gilbert Baongla

Les sources au palais de L'Unité indiquent que la succession de Paul Biya est de nouveau sur la table de discussions et devient une affaire familiale. Qui de
Franck Biya et Gilbert Baongla, va devoir prendre la place du président camerounais? Ben Batana dresse son analyse de la situation.



La succession est elle ouverte au palais présidentiel d’Etoudi au Cameroun ? Rien n’est moins sur. Et portant dans le landernau politique, les choses se dessinent. Tout se fait dans l’éventualité d’une succession à la tête de l’Etat. L’onde de cette alternance au pouvoir a même atteint la famille présidentielle, à la recherche d’un dauphin. Sous forme de sondage d’opinion.

La presse parle même de Manœuvres. Et de « Péril sur l’après-Biya ». Pour L’Indépendant, 360 sections à l’intérieur et 17 sections à l’étranger étaient concernées par le processus de renouvellement des bureaux des organes de base du Rdpc. Si le parti au pouvoir confirme son ancrage et son maillage national, il sort complètement fissuré au terme de ces élections internes, qui préfigurent sans nul doute la transition déjà en marche et la guerre ouverte de sous-chefs.


Sur le terrain de l’action, on assiste même à des pugilats au sein du parti gouvernant. Dans le but d’occuper une place de privilège. Sait-on jamais ! Le Journal Echos Politique du Cameroun fait découvrir un « Grégoire Mba Mba en boxeur » Lors des opérations qui ont conduit à la désignation des nouvelles figurent du parti de Paul Biya, ce sénateur a assené un coup de tête à l’un de ses vis-à-vis. La scène s’est passée dans sa base à Kribi dans le département de l’océan ou il est par ailleurs accusé de terroriser les populations de cette partie du pays.


Dans cette course vers la palais, la famille présidentielle n’est pas en reste. Des mouvements et fans clubs se créent pour supporter la candidature de tel ou tel. A l’instar des Franckistes, un mouvement favorable à Franck Emmanuel Biya, le fils du Président. Le président « frankistes » se veut péremptoire. Alain fidèle Owona, de manière voilée, voudrait jeter Franck Biya dans l’arène politique pour 2025. Il a d’ailleurs commis un communiqué, appelant à l’adhésion des camerounais au mouvement. Une vaste campagne serait donc lancée à cet effet, sur l’étendue du territoire national et dans la diaspora. Au moment où le parti au pouvoir et certains de l’opposition, préparent 2025, le mouvement franckiste apparaît comme un trouble-fête. Certains l’assimilent d’ailleurs à de l’arnaque. En fait, Franck Biya se veut très discret et muet, au sujet du mouvement qui le présente comme le futur président.

Depuis peu, un autre fils supposé ou vrai du Président est entré en scène. Le journal Le Musulman indique « Georges Gilbert Baongla dans les Starking Blocks » Depuis quelques années déjà, mais plus précisément depuis le début de ce septennat Le Cameroun semble être arrivée au tournant de l’après Biya. Une situation qui fait apparaitre sur la scène nationale, voire internationale, une faune de prédateurs qui font feu de tout bois pour tirer la couverture du trône de leur coté. Soutenus généralement par des fans clubs souvent hystériques, ces prétendants au poste de troisième président du Cameroun font grandir un climat de doute et de lendemains incertains, chaque jour un peu plus, désespérant les citoyens qui n’ont de cesse de se demander ce sera comment ?

Et Le Musulman conclut « Heureusement, le président du Pari Républicain est perçu, par un nombre sans cesse croissant des compatriotes comme le meilleur espoir pour la continuité et l’alternance du Renouveau ».