Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2018 02 05Article 432329

Opinions of Monday, 5 February 2018

Journaliste: Dan Eboudou Essissima

Ambazonie: voici ce que Tchiroma cache aux Camerounais


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Selon l'avocat des droits de l'homme et des leaders séparatistes Femi Falana c'est plutôt 52 personnes qui ont été extradées du Nigeria et non 47 comme le soutient le gouvernement camerounais par son ministre de la Communication porte-parole du Gouvernement Issa Tchiroma Bakary

Femi Falana "Sur les 52 personnes expulsées du Nigeria, le gouvernement du Cameroun a soutenu que le conseiller à la sécurité nationale lui avait remis 47 déportés. Jusqu'à présent, le conseiller à la sécurité nationale n'a pas expliqué où se trouvaient les 5 détenus restants !"

Femi Falana a écrit une lettre ouverte au président nigérian Muhammadu Buhari lui demandant de" ramenées les nigérians, réfugiés et demandeurs d'asile naturalisés qui ont été illégalement arrêtés, détenus et expulsés au Cameroun le vendredi 26 janvier 2018 par le conseiller national à la sécurité, Major-general Babagana Monguno

"Nos clients ne sont pas des immigrants illégaux au Nigeria. Trois d'entre eux sont des citoyens nigérians naturalisés tandis que d'autres sont des réfugiés reconnus et des demandeurs d'asile politiques au Nigeria. "

"(..) Un représentant du Bureau du Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés au Nigéria a été autorisé à rendre visite à nos clients à la demande du Ministère des affaires étrangères. Au cours de la visite, le représentant des Nations Unies a constaté que nos clients étaient détenus dans une cellule souterraine au siège de la Defense Intelligence Agency sur les ordres du conseiller à la sécurité nationale."

"En raison du refus du conseiller à la sécurité nationale de permettre à ses avocats, parents et médecins d'avoir accès à nos clients, nous avons déposé une requête auprès de la section judiciaire d'Abuja de la Haute cour fédérale le jeudi 25 janvier 2018 leurs droits fondamentaux à la liberté personnelle et à la liberté de mouvement. "

"Malgré le procès en instance et l'intervention du Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, le conseiller à la sécurité nationale a expulsé nos clients du Nigeria et les a expulsés au Cameroun le vendredi 26 janvier 2018."

"Le conseiller à la sécurité nationale savait que deux de nos clients sont des Nigérians naturalisés, six sont des réfugiés tandis que 37 autres sont des demandeurs d'asile politiques qui ont le droit d'être protégés par le gouvernement fédéral du Nigeria. Pour éviter toute ambiguïté, le Bureau du Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés au Nigéria a attiré l'attention du conseiller à la sécurité nationale sur les obligations légales du Nigeria de respecter les droits de nos clients."

"Puisque le gouvernement du Nigeria n'a jamais violé les dispositions de la Convention des Nations Unies sur les réfugiés et la Convention de l'OUA sur les réfugiés en expulsant les réfugiés et les demandeurs d'asile vers tout pays où ils pourraient être persécutés, nous vous demandons instamment : de ordonner au conseiller à la sécurité nationale de produire les 5 déportés disparus et ramener au Nigeria nos clients qui ont été illégalement expulsés vers le Cameroun sans plus tarder. "

"Si le conseiller à la sécurité nationale est incapable de ramener nos clients au Nigeria, il devrait être démis de ses fonctions pour une impunité aussi éhontée qui a exposé le Nigéria à se moquer de la courtoisie des nations respectueuses des lois. Le gouvernement fédéral devrait persuader le gouvernement du Cameroun de ne pas persécuter nos clients pour empêcher les Nations Unies de sanctionner le Nigeria pour avoir violé les dispositions de la Convention des Nations Unies de 1951 relative aux réfugiés. "

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter