Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 05 30Article 440532

Crime & Punishment of Wednesday, 30 May 2018

Source: camerounweb.com/Reperes No 165

Yaoundé: un militaire risque 8ans de prison pour avoir tué un policier


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le Caporal-chef Paul Onana Mbia de l'armée camerounaise risque de passer huit ans derrière les barreaux pour avoir abattu et tué l'inspecteur de police Pianthony Oswald en 2011. Le caporal fait appel d'une condamnation qui a été récemment prononcée par le tribunal militaire de Yaoundé. Le soldat qui a abattu le policier au dépôt pétrolier de Nsam-Yaoundé plaide la légitime défense et exige d’être libéré et acquitté.

Le caporal-chef Onana a déclaré au tribunal qu'il avait été affecté au dépôt d'essence avec des instructions fermes d’arrêter les vandales qui entraient habituellement dans le dépôt la nuit pour voler le carburant des réservoirs.
Le caporal qui était dans la prison centrale depuis l'incident a dit au juge du tribunal militaire de Yaoundé que lorsqu'il est arrivé au travail ce soir-là, des individus qui ont vandalisé le dépôt d'essence et terrorisé le quartier ont menacé de s’en prendre à sa vie comme ils l’avaient toujours fait pour les précédents agents détachés pour la sécurité des lieux.

Par conséquent, at-il ajouté, lorsqu'il a vu un camion pénétrer dans la cour de dépôt avec des bidons en plastique prêts à être remplis de carburant, il a ouvert le feu, touchant ainsi l’inspecteur de police Oswald qui est décédé plus tard à l'hôpital. Le tribunal militaire avait auparavant condamné le caporal Onana à huit ans d'emprisonnement; un verdict pour lequel il a fait appel devant le tribunal la semaine dernière.

Il est accusé de meurtre et de violation de l'éthique militaire de base.

LIRE AUSSI: Massacres de Santa: voici ce qui s’est réellement passé à Pinyin

« J'ai été détaché de ma brigade au quartier général pour un service de 72 heures au dépôt pétrolier de la SCDP à Nsam le 11 février 2011. C'était à une époque où cette société était sujette aux attaques des hommes armés qui s'y rendaient voler de l'essence la nuit. Ma mission était d’empêcher ces voyous d'exécuter leurs plans ", a déclaré Onana au juge militaire. Il a étayé son argumentaire en brandissant une arme (Kalanichkov) donné par sa hiérarchie pour sa mission. Onana a plaidé qu'il n'avait pas sciemment tiré sur l'inspecteur de police.

Ses avocats ont déclaré qu'Onana devait tirer pour se défendre puisque l'autre homme était armé. L'avocat a déclaré que le défunt était armé d'un fusil automatique; qui a mystérieusement disparu lors de la recherche de preuves. L'avocat a demandé au juge de libérer et d'acquitter son client, décrivant le caporal-chef Onana comme un vaillant et dévoué soldat qui a bien fait son travail.

« Mon client est un soldat courageux qui a accompli sa mission avec une démonstration de courage », a insisté l'avocat. Le juge a ajourné le plaidoyer pour une nouvelle audience le 21 juin.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.