Vous-êtes ici: AccueilInfos2017 10 31Article 424944

General News of Tuesday, 31 October 2017

Source: lecourrierducameroun.com

Révélations sur un plan de détournements de fonds à la CRTV


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Si la CAF pouvait imaginer la boite de pandore qu’elle vient d’ouvrir au Cameroun en augmentant le nombre de poules à constituer pour la Can 2019, elle y réfléchirait par 2 fois. Comme d’habitude, cette nouvelle contrainte est entrain d’aiguiser des appétits féroces des prédateurs de la République, qui se grillent les méninges à force de chercher les meilleurs stratégies pour en tirer un bénéfice. L’office de Radiotélévision du Cameroun n’en fait pas exception. Et c’est justement cette boite qui existe grâce aux impôts de Camerounais qui va être le théâtre du prochain hold-up que préparent des pontes du régime.

A force de réflexion sur comment faire pour profiter de cette décision de la CAF, ils ont fini par en trouver un stratagème infaillible, celui de l’acquisition de nouveaux studios de télévision embarqués.
Pour bien comprendre, il faut partir des origines de cette affaire. Avec les quatre poules contenues dans le précédent cahier des charges de la CAF, la compétition devait se dérouler sur 4 stades. Afin d’assurer la retransmission des matches, chaque stade devait être équipé d’un studio de télévision embarqué, ce qu’on appelle dans le jargon de notre métier un obvan.

« Cela tombait bien, puisque le marché remporté par l’entreprise chinoise Startimes pour la réhabilitation de la Crtv qui doit passer au numérique terrestre avait prévue l’acquisition de 4 obvans », explique un haut cadre de la Crtv membre du Collectif des Réalisateurs et Techniciens Vigilants (CRTV), qui préfère s’exprimer sous anonymat. Nous l’appellerons donc P.N. Et il précise : « ce marché qui a emmené M Valmouké en prison est une grosse entourloupe. Les chinois nous ont livré n’importe quoi, et ils vont continuer. Ils ne respectent pas les normes en terme de qualité de produits à livrer. Ils nous ont livré des obvans de qualité médiocre. Imaginez-vous que certains des appareils contenus dans ces cars sont déjà en panne, alors qu’ils n’ont même pas un an. Et qu’ils ne sont sortis que très peu pour travailler. Pourtant, chacun des obvans a coûté près de 8 milliards de nos francs cfa. Je vous convie à regarder un peu les prix sur le marché : avec 3,5 milliards, j’aurais acheté un car studio bien meilleur. On se moque des Camerounais, on vole leurs impôts comme d’habitude, et on nous promet de lutter contre la corruption. Des mots… Et pour faire diversion, on prend le seul vrai Dg qui a cherché à défendre les intérêts de la Crtv et on le jette en prison. En réalité parce qu’il empêchait certains de bouffer tranquillement», commente P.N., avant d’ajouter « Je n’ai aucune raison de le défendre après tout ce qu’il m’a fait, mais il ne faut pas exagérer : Vamoulké n’est pas à sa place à kodengui ».

Lors d’une assemblée de la CAF au Maroc, il a été décidé de passer de 16 à 24 équipes pour la Can 2019, en violation de toutes les dispositions de droit et de la bonne entente qui doit régner entre les fédérations. Le Cameroun qui y était représenté par son organe compétent, la Fecafoot, a acquiescé sans mot dire. On se souvient tous du message rassurant du ministre des sports qui, dès le lendemain, dira à la CAF que cette innovation ne pose aucun problème au Cameroun, et que le pays sera prêt à temps.

Parmi les nombreuses conséquences de cette décision, il faut citer l’obligation pour le Cameroun d’acquérir 2 autres véhicules studios, qui devront remplir les exigences d’un cahier des charges qui est de loin supérieur à ce qui est demandé pour des compétitions de même niveau ou de niveau supérieur.

En effet, la CAF exige des Obvans équipés de 20 caméras dont 5 pour les ralentis et les super ralentis. « C’est du grand n’importe quoi. Même la Champion’s league n’exige pas autant de caméras », s’insurge notre interlocuteur, avant d’ajouter « Avec 12 cameras plus 2 pour les ralentis, on tourne et très bien même ».

Mais le Cameroun n’en est pas là. Le pays ne veut pas perdre la face en engageant un bras de fer avec la CAF, qu’il aurait d’ailleurs probablement remporté. En effet, comment peut-on changer les règles d’une compétition en cours de route ? Le Cameroun s’est qualifié pour l’organisation de la CAN 2019 en répondant à un cahier des charges précis et détaillé, qui comprenait un nombre d’équipes et de stades pour le déroulement de la compétition : 16 équipes et 4 stades. On a beau être le Président de la CAF et avoir une dent contre son prédécesseur, il n’est juridiquement pas possible de modifier unilatéralement les termes d’un contrat ou d’un marché lorsque celui-ci a déjà été attribué.

Mais, comme nous le savons tous, le Cameroun c’est le Cameroun. C’est le pays des hommes fiers, qu’il ne faut surtout pas mettre au défi, sous peine de se voir infliger les pires humiliations. Là où tout autre pays aurait crié au complot, nous avons accepté de nous soumettre au nouveau cahier des charges, sans broncher. « Ce qui veut dire construire ou réaménager 2 nouveaux stades de compétitions et 4 stades d’entraînement, construire des infrastructures hôtelières qui n’étaient pas prévues, des routes à aménager, mais aussi mettre à disposition de la CAN deux autres obvans, en plus des quatre déjà commandés par la Crtv, qui eux-mêmes doivent faire l’objet d’une upgradation », explique notre interlocuteur, qui compte en tout plus de 20 ans dans la maison. « On peut penser que le fait même de n’avoir pas cherché à combattre la décision inique de la CAF cachait déjà en filigrane les appétits de certains prédateurs, qui voyaient déjà les énormes marchés et les profits qu’ils pourraient engranger suite à l’accroissement des demandes de la CAF. C’est mesquin qu’on puisse ainsi hypothéquer tout l’avenir d’un peuple pour ses propres intérêts. Quelques-uns sont prêts à vendre ce pays, à condition que de se remplir les poches », conclut-il, l’air totalement dégouté.

Pour répondre aux nouvelles exigences de la CAF, il est question de commander 2 obvans qui diffuseront les matches sur les 2 stades supplémentaires. La question s’est vite posée de la forme d’acquisition de ces véhicules studio : faut-il les acquérir en propre ou en location pour la période de l’événement ? « Comme je l’ai dit plus haut, la Crtv a déjà commandé 4 obvans que le prestataire Startimes est entrain de livrer. Tous les Camerounais ont vu les 2 premiers qui sont arrivés au Cameroun à coup de publicité sur les principales chaînes de télévision. Les 2 autres sont en cours de livraison », explique-t-il, avant d’ajouter « 4 obvans de 20 caméras pour le Cameroun, c’est déjà trop. Je ne sais pas si un autre pays d’Afrique en possède autant. Et voilà que nous voulons encore dépenser 8 milliards pour en acheter 2 autres, rien que parce que le cahier des charges de la CAN 2019 l’exige. Est-ce vraiment raisonnable ? Et une fois la CAN terminée, qu’est-ce que nous allons en faire ? Serons-nous seulement capable de les entretenir ? Et pour quel usage ? Après, on va les laisser pourrir sur pied, dès qu’il y aura une panne sur le véhicule ? Je vous rappelle que la Crtv avait à son démarrage des obvans, qui sont morts les uns après les autres, faute d’entretien ».

La question qui me taraude l’esprit après avoir entendu toute cette récrimination du haut cadre de la maison est bien évidemment : mais alors pourquoi cherche-t-on absolument à acheter 2 autres obvans, alors qu’il aurait été beaucoup moins coûteux de les louer pour la circonstance ? « Mais petit frère, m’interpelle P.N., en écarquillant les yeux : pour des raisons de ventre. Tu crois que passer un marché de 8 milliards se fait comme ça ? De juteuses commissions seront partagées à différents niveaux, aussi bien dans notre maison qu’au niveau de la hiérarchie, j’entends bien le ministère de tutelle et même le Premier ministère. Il s’agit de toute une filière de larrons, qui s’entendent comme cousins lorsque l’argent est en jeu. Sinon, comment expliquer que personne à ce niveau ne soit pas capable de lever la tête pour dénoncer ce genre d’attitude ? » s’étonne-t-il, en tirant nerveusement une bouffée de sa troisième cigarette entièrement consumée.

Selon nos informations, une commission composée de membres de la Crtv, du Mincom et du Minmap s’est réunie récemment pour plancher sur les offres des fournisseurs consultés pour la fourniture des 2 nouveaux obvans. Apparemment, cette commission aurait opté à la quasi-unanimité pour la location, au grand dam du tout-puissant Directeur de l’Ingénierie et de la Communication, qui a joué de son influence pour la solution de l’achat. « Là au moins, nos gars qui étaient dans la commission ont résisté, préférant la location pour des raisons évidentes de budget et même d’utilisation post-CAN. Mais vous verrez, personne ne va les écouter, puisqu’il est déjà acquis que ce sera l’achat. Il se dit d’ailleurs que le fils de notre ministre est fortement impliqué dans le processus avec une des entreprises qui ont postulé, et que le Directeur de l’Ingénierie le soutient à fond, comme s’il avait reçu des consignes de sa hiérarchie. Dans ces conditions, comment voulez-vous que la décision soit objective ? » . Puis il ajoute, amer : « Parfois, je comprends nos frères anglophones, qui ne peuvent plus supporter l’immoralité et les pillages de nos dirigeants. Nous francophones, on la ferme, parce que nous sommes anesthésiés. Nous nous rendons complices de ces gens-là. C’est incroyable», déclare-t-il, en guise de conclusion.

Va-t-on vers un nouveau scandale ou quelqu’un aura-t-il le courage d’arrêter cette gabegie avant qu’elle ne se transforme en gouffre financier? Il faut espérer que le Premier Ministère use de son bon sens pour épargner une telle dépense à notre pays, à un moment où les institutions internationales tentent de remettre notre pays sous leurs fourches caudines, justement pour notre incompétence à gérer les fonds publics.

Dans tous les cas, le collectif constitué à la Crtv ne laissera pas passer ce énième détournement. Nous ne voulons pas de ces véhicules dans notre flotte, et sommes prêts à agir. S’ils nous étaient imposés de force, alors nous saurons ce qui nous reste à faire. Au lieu de gaspiller ainsi l’argent du contribuable, procédez à une amélioration de nos maigres salaires avec cet argent, ou procurez-nous une meilleure couverture médicale, pour les travailleurs et leurs familles. Monsieur le Directeur Général, vous avez gravi tous les échelons de la maison. Vous savez mieux que nous ce que nous endurons. Utilisez les 8 milliards pour améliorer notre situation.
Le Collectif des Réalisateurs et Techniciens vigilants!

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter