Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 12 20Article 633643

Actualités of Monday, 20 December 2021

Source: www.camerounweb.com

Noso: les ambaboys libèrent les chefs et notables de Nsoh arrêtés il y a quelques jours

Les chefs arrêtés ont été libérés Les chefs arrêtés ont été libérés

• Des chefs et dignitaires du Nsoh avaient été arrêtés il y a quelques jours

• Ils ont été gardés en captivité par des ambazoniens

• Ils viennent d'être relâchés


D'après des informations publiées par l'activiste proche des ambazoniens, Nzui Manto, ces chefs et notables ont été libérés après 48 heures de captivité.

"Moins de 48 passées dans les geôles ambazoniennes, ils viennent d'être libérés après avoir promis de ne plus jamais poser les pieds à Yaoundé. Ils ont au passage tenu à saluer le traitement digne et humain dont ont fait preuve les ambazoniens durant leur détention", écrit Nzui Manto sur sa page Facebook.


D'après les informations parvenues à la rédaction de CamerounWeb, ces chefs et dignitaires se rendaient à une importante réunion à laquelle ils ont été convié par le Fon de Nsoh.


"Ils avaient quitté la capitale quelques heures plutôt pour Nsoh où le Fon les y attendait. Mais malheureusement, ils seront interceptés par les Ambazoniens", nous informe une source.

Les combattants ambazoniens sont passés depuis quelques mois à une nouvelle stratégie dans leur "combats". Ils semble qu'ils ont décidé de s'en prendre aux civils, aux populations qui ne partagent pas leur vision et leurs objectifs.

Rappelons que le samedi 12 décembre dernier dans le Noso, le chef traditionnel Sheteh Nelson Le Fon de Babanki a été capturé et détenu par des ambazoniens. Il est détenu dans un lieu secret depuis par des individus non encore identifiés.

Personne ne sait pour le moment où se trouve le chef traditionnel Uiyuoh Nelson Sheteh, ou même s’il est encore en vie. La seule information disponible jusqu’ici est qu’il a disparu dans la journée du samedi.

Des sources concordantes révèlent tout de même qu’il a été enlevé par des hommes armés dont les identités restent inconnues. Le plus étrange dans cette affaire est qu’aucune revendication n’a été faite depuis lors.

Rejoignez notre newsletter!