Vous-êtes ici: AccueilInfos2017 08 14Article 418571

General News of Monday, 14 August 2017

Source: ebugnti.wordpress.com

Eglise d'Obala: voici les sanctions qui pèsent sur le prêtre suspendu

Il lui est reproché d’avoir « contracté mariage civil et d’être le géniteur de plusieurs enfants ».

Le décret de suspense a été signé le 08 juillet 2017 par Mgr Sosthène Bayemi Matjei, évêque du diocèse d’Obala. Il s’imposait par la force de la loi (c’est le sens de l’expression consacrée « latae sentensiae ») après le scandale provoqué par l’abbé Léon Magloire Foe.

Le prêtre a, selon le document, « contracté mariage civil », avec existence de l’acte de mariage au Centre d’État Civil d’Ezezang Mendoum (diocèse d’Obala). Il a ensuite esté en justice pour revendiquer le statut d’époux légitime de dame Ngono Aline Solange et obtenu, après échec de la conciliation, la garde de leurs enfants.

Il tombe ainsi sous le coup de l’article 1394, alinéa 1, du code de droit canonique qui stipule que : « un clerc qui attente un mariage, ne serait-ce que civil, envoyer la suspense latae sentensiae ».
LIRE AUSSI:
Obala: un prêtre suspendu de l’Eglise pour s’être marié
L’abbé Léon Magloire Foe est donc « interdit d’exercer le ministère sacerdotal – tant le pouvoir d’ordre que de juridiction ». En clair, il n’a plus le droit de célébrer la messe ou donner les sacrements réservés au ministère sacerdotal presbytéral. Il est également exclu de l’enseignement et de la gouvernance de l’Eglise.

Le texte précise que la sanction demeurera, aussi longtemps que « durera cette situation si contraire à la confiance des fidèles, à la persévérance de ses confrères prêtres et à l’honneur de la Sainte Église qui a reçu son engagement définitif au célibat et la continence parfaite pour le Royaume ».

Car, il lui est également reproché « ses prises de position (sur les médias et les milieux universitaires) en contradiction avec le célibat sacerdotal ».

Léon Magloire Foé est prêtre du diocèse d’Obala. Il est titulaire d’un doctorat en théologie, soutenu le 20 octobre 2015 à l’Université de Fribourg, en Suisse. Cette thèse a été publiée, le 1er mars 2016 aux éditions Amazon, sous son titre : « De la culture à l’inculturation ».

Léon Magloire Foe est également détenteur d’un master en sciences politiques et sociales, obtenu à la faculté de Droit de l’Université de Strasbourg.

LIRE AUSSI:
Obala: un prêtre suspendu de l’Eglise pour s’être marié