Vous-êtes ici: AccueilPaysPeopleAuthorsMbella Sonne Dipoko

Cameroun Famous People

Authors

Mbella Sonne Dipoko

Writer

Dipoko
Date of Birth:
1936-00-00
Place of Birth:
Tiko

Mbella Sonne Dipoko, l'un des principaux écrivains camerounais de première génération. Né le 28 février 1936 à Douala, il sans aucun doute, l'écrivain anglophone le plus reconnu internationalement. C'est en France qu'il a commencé à se faire un nom en tant que grand écrivain et poète africain avec des poèmes acclamés par la critique, des nouvelles et d'autres pièces littéraires dans des revues telles que Black Orpheus, Transition et Présence Africaine. Ses pièces ont également été diffusées sur la BBC et publiées dans un certain nombre d'anthologies.

Romancier, poète et peintre, Dipoko est décédé le 5 décembre 2009 dans sa ville natale de Tiko. Sa mort laisse non seulement un immense vide dans le paysage littéraire camerounais. Elle marque également la fin d'une vie des plus riches et des plus colorées qui a commencé il y a 73 ans sur les rives de la rivière Mungo et s'est poursuivie à travers le sud du Cameroun, le Nigeria, l'Europe.

Dipoko a commencé à écrire très tôt. En 1960, il part pour la France à l'âge de 24 ans, après un bref passage en tant que commis comptable à la Cameroon Development Corporation et journaliste à la Nigerian Broadcasting Corporation.

En 1966, il publie son premier roman complet, «Quelques nuits et jours» dont l’histoire se déroule à Paris. Vient ensuite «À cause des femmes» en 1969, sur les rives de la rivière Mungo, puis « Black and White in Love » (1970), un recueil de poèmes relatant son ‘’exil’’ d'une décennie, avec le poème titré "un passage bohème d'errance à travers l'Europe et le Maroc à vélo, en bus, en train et en auto-stop avec une fille de San Francisco" (Morsberger, 1973: 814)

Le portefeuille littéraire de Dipoko se composait d’œuvres qui alternaient entre un militantisme afro centrique et une sexualité ouverte et sans excuse inédite parmi les écrivains africains de son temps. Une sexualité qui déconcertait, intriguait et même exaspérait les Africains et les Occidentaux. En fait, Heinemann était initialement réticent à publier « A Few Nights and Days » dans sa prestigieuse série des écrivains africains, car il jugeait le roman trop érotique et non africain.

De nombreuses critiques européens et américains ont eu du mal à comprendre le roman qui s'écartait du tarif littéraire africain standard. Theroux indiquait dans la revue Quelques nuits et jours: «Aucun roman africain n'a décrit la copulation en des termes aussi féminins que celui de M. Dipoko. Ce n'est pas seulement un roman féminin écrit par un homme, c'est aussi un roman avec un pays; c'est-à-dire la France. Un roman africain sur la France? Non. Un roman français sur la France par un homme qui écrit comme une femme européenne sur la solide sagesse tribale, les rituels macabres et la cruauté insondable du colonialisme, sans parler de l'inclusion de proverbes semi-profonds ».

Les deux livres suivants de Mbella, en particulier « À cause des femmes » avec ses scènes d’amour extatique (Morsberger, 1970: 353) ont été tour à tour examinés et loués pour leur érotisme. Les nuances sexuelles des écrits de Dipoko ont façonné la perception publique de lui pendant les quatre décennies suivantes, une perception qui n'était pas trop éloignée de la vérité. Comme il l'a rappelé dans une interview de mai 1990 avec Cameroon Life: «Je suis devenu pendant de nombreuses années, ce que vous pourriez appeler un amoureux du voyage, un rêveur à la recherche de Dieu entre les cuisses des femmes ; ces jours où j'étais à la hauteur de mes pouvoirs intimes. Il fallait me voir! J'étais comme un ange fourrant des érections sans recul là où elles sont le plus nécessaires, dans les plis charnus de l'hiver! Mais je l'ai fait avec des étés roses aussi. »

Néanmoins, il sera très simpliste et même incorrect de définir Mbella Sonne Dipoko uniquement à travers le prisme du sexe et de la sexualité, car il était encore un écrivain engagé, jusqu'à ses derniers jours et jusqu'à son dernier poème. Il a inspiré toute une génération de Camerounais et d'Africains avec ses poèmes militants. Son militantisme s'est également traduit, entre autres, par son mépris légendaire pour la négritude de Senghor. Comme il le déclarait dans le magazine West Africa en 1971, Négritude était «réactionnaire, de droite, hors de propos ... [et] absolument incapable de rétablir l'homme noir opprimé et exploité à sa place légitime dans le monde» (Dipoko, Afrique de l'Ouest 8 Oct.1971: 1174 cité dans Feuser, 1988: 562).

Mbella n'a pas produit d'ouvrage majeur après ‘’Black and white in Love’’ même s'il a continué à écrire de la poésie, des nouvelles, des pièces de théâtre et des critiques littéraires en français et en anglais. Ses poèmes les plus populaires ont également continué à apparaître dans de nombreuses anthologies, la plus populaire étant «Our History (To Precolonial Africa)» qui est encore largement utilisée dans de nombreux départements de littérature en Occident.

Après un quart de siècle dans l'Ouest, Mbella Sonne Dipoko est rentré chez lui en 1985 dans sa ville natale de Misaka, dans la sous-division Tiko (Fako), complètement métamorphosé. Le Bohème qui a trouvé «Dieu entre les cuisses des femmes» en voyageant à travers l’Europe, est revenu comme un homme très spirituel avec une nouvelle foi afro-centrique appelée Esimo ya Mboka, dont il était le grand prêtre.

Il s'est mis à l'agriculture et à la pêche, a mené une vie ascétique et a évité la plupart des vestiges de l'Occident qu'il avait si volontiers embrassés dans sa jeunesse (Wache, 2009). Il était toujours un spectacle à voir avec sa barbe débordante, sa simple chemise blanche et son sanja toujours assorti à une paire de pantoufles ou de sandales. Les Camerounais ont mis beaucoup de temps à s’y habituer, et encore moins à s’échauffer au regard excentrique ou «mystique» de Dipoko, comme l’a décrit le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune (2009). Certains ont même prétendu que Dipoko était fou. «Ils ne veulent pas de barbe. Ils ne veulent pas de mon look. Ils ont terriblement peur. Ce ne sont que des philistins qui ont peur de l'originalité. Ils souhaitent être des caricatures d'Européens », a-t-il déploré dans son interview à Cameroon Life.

En 1990, le Cameroun, comme le reste de l'Afrique, a été balayé par les appels à un paysage politique plus libéral et à l’institution du multipartisme. Dipoko, qui contrairement à d'autres écrivains camerounais en exil, avait fui l'activisme politique parce que «ce n'est vraiment pas du courage quand on ne peut que crier des invectives depuis la distance sûre de l'exil», ce qui a rapidement fait connaître sa position sur le régime politique nouveau ou naissant. Dans un article intitulé «The New Politics» qui a été sérialisé dans Cameroon Life (il a été décrit par certains comme son manifeste politique), Dipoko a condamné les excès et les échecs du régime de Biya et a averti le public de ne pas se laisser entraîner par des promesses irréalistes et a insisté sur le fait que le salut ne viendrait que d'une nouvelle spiritualité africaine.

Camerounweb.com