Vous-êtes ici: AccueilPaysPeoplePolitiqueFerdinand Ngoh Ngoh

Célébrités du Cameroun

Politique

Ferdinand Ngoh Ngoh

Ministre

Ferdinand Ngoh
Date de naissance:
N/A
Lieu de naissance:
Minta

Ferdinand Ngoh Ngoh est un diplomate et haut commis de l'État camerounais. Secrétaire général de la présidence de la république du Cameroun depuis le 09 décembre 2011, il est élevé au rang de ministre d'État au sein du premier Gouvernement Joseph Dion Ngute avec délégation de signature du chef de l'état.

Ferdinand Ngoh Ngoh est originaire de Minta, localité située dans l'actuel département de la Haute-Sanaga (région du Centre). Il fait un court passage au cabinet civil de la présidence de la république entre 1997 et 1998. De 2002 à 2006, il est premier conseiller de la mission permanente du Cameroun auprès des Nations Unies à New-York.

Ferdinand Ngoh Ngoh n’est pas seulement diplomate?: il est aussi originaire de la Haute-Sanaga, comme la famille de la première dame, dont il est un cousin. Bien sûr, Chantal Biya est née à Dimako, dans l’Est. Mais sa mère, Rosette Ndongo Mengolo, est native de Nanga-Eboko, à une soixantaine de kilomètres de Minta, village d’origine de Ngoh Ngoh. Le secrétaire général est également proche des enfants du couple présidentiel, Paul Junior et Anastasie Brenda.

Le 31 août 2010, il est nommé secrétaire général du ministère des relations extérieures (MINREX). Dans la nuit du vendredi au samedi 10 au 11 Août 2018, son domicile à Yaoundé est attaqué par 2 malfrats; neutralisés par les agents de la sécurité. Il est nommé secrétaire général à la présidence de la république du Cameroun le 9 décembre 2011. Le 4 janvier 2019, il est promu ministre d'État, secrétaire général de la présidence de la république. Le 5 février, il obtient la délégation de signature du chef de l'état Paul Biya.

Dans les entrailles de la colline d’Etoudi, qui abrite le palais présidentiel, Ngoh Ngoh a puisé les sources de sa puissance entre milieux économiques et milieux politiques. Le secrétaire général domine parce qu’il nomine, « sur hautes instructions du chef de l’État », dont il a en outre obtenu, le 5 février2019, la délégation de signature.