Vous-êtes ici: AccueilInfosRégions2016 07 21Article 381799

Regional News of Thursday, 21 July 2016

Source: cameroon-info.net

Deux employés d’Hévécam décèdent par électrocution à Kribi


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le quotidien Mutations édition du 21 juillet 2016 rapporte la mort de deux employés de la société d’hévéa du Cameroun, HEVECAM. Un décès survenu aux environs de 5 heures 30 minutes du matin le 20 juillet dernier. Ce drame est dû à un accident qui s’est produit à l’entrée de la plantation de Bissiang, à 20 kilomètres de Kribi, dans la Région du Sud. Les deux victimes se rendaient à ladite plantation dans un camion qui transportait 48 autres employés.

Un ouvrier, témoin de la scène, raconte ce qui s’est passé: «nous voyagions en convoi. Arrivé au niveau du check-point, on constate que le fil de la moyenne tension est plus bas que d’habitude et il pend. Le chef de bord nous ordonne de descendre du camion et de traverser à pied en toute sécurité, ce que nous avons exécuté. Pendant que le véhicule traverse à son tour à vide, sa galerie a dû frôler le fil qui s’est décroché du poteau. En se dandinant, il a frappé le capot du deuxième camion qui était stationné non loin de là avec d’autres ouvriers qui descendaient».

Un autre employé d’HEVECAM ajoute que «c’est la carrosserie de ce camion qui a conduit le courant. Et toute personne qui la tenait en descendant de l’engin a reçu une charge électrique». Ils sont au total 14 personnes à avoir été atteintes, en majorité des femmes. D’ailleurs, des deux personnes qui ont succombé à cette électrocution, il y’a Marthe Makombo âgée de 30 ans.

«Tout le camion était électrisé. Il suffisait de toucher un fer pour succomber. Le pneu de la voiture a même pris feu. Ma collègue Marthe est morte en quelques secondes, brûlée de l’intérieur. Car, de la fumée sortait de sa bouche», déclare un tâcheron. Toutefois le Dr Pascal Pipi du district de santé où les autres victimes ont été conduites a affirmé que «la situation des internés est sous contrôle».

Les ouvriers pointent un doigt accusateur vers Eneo, rapportant que, quelques jours avant le drame, ses agents étaient sur le terrain pour repositionner ledit câble. Ce qu’ils n’ont pas fait. Du côté d’Eneo, Mutations révèle que c’est silence radio.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter