Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 01Article 626134

Opinions of Monday, 1 November 2021

Auteur: Chance Lion

Tout sur le projet ‘E-National Higher Education Network’ de 75 milliards piloté par Fame Ndongo

C'est un projet initié par le président de la république Paul Biya C'est un projet initié par le président de la république Paul Biya

Financé par Eximbank China à hauteur de 75 milliards F CFA, dans le but d’accélérer la transformation numérique des universités camerounaises, piloté et exécuté par Le Professeur Jacques Fame Ndongo, Ministre des Enseignements Supérieurs sous la très haute autorité de Monsieur le Président de la République PAUL BIYA.

Au lancement du Projet E-National Higher Education Network, les mauvaises langues et les Adeptes du Coup D'état ont tout fait pour torpiller le Projet en faisant croire à L'opinion publique que, le Cameroun s'était endetté à hauteur de 75 milliards pour l'achat de 500.000 ordinateurs de qualité et de capacité douteuse; je vous assure, même moi qui vous parle, j'y ai un instant cru.

Cependant, j'ai tout de même voulu comprendre de quoi il s'agissait dans le fond. Dans le fond et même la forme, le Projet E-National Higher Education Network est un vaste projet matérialisant la vision, la volonté du Président PAUL BIYA destinée à donner une impulsion décisive à l’enseignement à distance, à la numérisation de l’administration universitaire, au travail collaboratif en réseau et à l’interconnexion sécurisée des universités publiques et privées du Cameroun et ce Vaste projet comprend six volets :

1) Le don gratuit de 500000 ordinateurs portables aux étudiants camerounais des institutions publiques et privées d’enseignement supérieur,

2) La construction et l’équipement de 9 Centres de développement du numérique universitaire à:
- L'Université de Yaoundé 1 dans la région du Centre
- L'Université de Yaoundé 2 Région du Centre
- L'Université de Douala région du Littoral
- L'Université de Dschang région de L'Ouest
- L'Université de Ngaoundéré région de L'Adamaoua
- L'Université de Bamenda région du Nord-Ouest
- L'Université de Buea région du Sud-Ouest
- L'Université de Maroua région de L'extrême-Nord
- Un pour l’Université Inter-États Congo-Cameroun à Sangmelima dans la Région du Sud.
- Un centre de coordination central avec tous les centres à Yaoundé géré par le Ministère des enseignements Supérieurs.

3) La mise en place du Réseau national d’interconnexion numérique des Universités du Cameroun (RIC), ainsi que la construction et l’équipement du Centre national de gestion du RIC,

4) La construction et la réhabilitation des réseaux informatiques des campus principaux des huit Universités d’État,

5) Le développement du Système informatique de gestion intégrée en réseau de l’enseignement supérieur au Cameroun (SIGIRES)

6) Sur financement camerounais (2,5 milliards F CFA par an), la fourniture par CAMTEL d’un accès à l’Internet haut débit (9 gigabits) au RIC, au bénéfice des Universités d’État.

Dans le Premier volet, qui était celui de la distribution de 500.000 ordinateurs, le Ministre des Enseignements Supérieurs était chargé de la réception des ordinateurs, puis à leur mise à la disposition des Institutions universitaires dont 8 universités d'état, 1 université Inter-États (Sangmelima) et plus de 215 Instituts d'enseignement supérieur Privés pour distribution aux étudiants conformément aux listes d’étudiants préalablement transmises au MINESUP via un enrôlement biométrique effectif.

Je vous précise aussi que de nombreuses personnes déjà engagées dans la vie professionnelle, parmi lesquelles des agents publics, poursuivent leurs études dans des institutions universitaires publiques et privées et ont donc le statut d’étudiant qui en fait des bénéficiaires légitimes du don présidentiel, donc ne soyez pas surpris de retrouver ces ordinateurs entre les mains de certains fonctionnaires ou autres personnes déjà engagées dans la vie active.

Ce processus, émanant de la vision et de la Politique du chef de l'Etat, Président de la République Paul Biya s'est bien déroulé dans presque toutes les institutions universitaires de fort belle manière sauf à L'Université de Yaoundé 1 (La mère des Universités Camerounaises), serait-ce une volonté manifeste du Recteur Maurice Aurelien Sosso de la dite université de faire échouer la matérialisation de la Volonté, la vision et la politique du Président Paul Biya au sein de l'université dont il a la chargé, ceci malgré la faveur d'une prolongation de 2 ans accordé à lui accordée par Monsieur Le Président de la République Paul Biya ?

Comprenons ce qu'il s'est passé à L'Université de Yaoundé 1 avec la distribution des ordinateurs aux étudiants.

Dans une correspondance du Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République du 25 juillet 2016 (Cft images) dont nous avons eu copie, adressée au Ministre de l’Enseignement Supérieur, et répercutant les très hautes instructions de Monsieur le Président de la République PAUL BIYA, il est clairement détaillé le Projet E-National Higher Education. Dans cette correspondance, le Secrétaire Général de la Présidence de la République indiquait clairement que le Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA a instruit la mise en œuvre du projet suscité avec les spécifications suivantes.

* La fourniture de 500 000 ordinateur et
* La construction, l’équipement et la mise en exploitation de 10 Centres de Développement du Numérique Universitaire avec toutes ses composantes.

On s’acheminait ainsi vers la matérialisation d’un vœu du Chef de l’Etat, dont la mise en œuvre est en fait la réalisation de la coopération entre les Gouvernements du Cameroun et de la Chine.

Le 22 décembre 2017, les premiers ordinateurs sont accueillis avec faste et solennité à l’aéroport international de Nsimalen. Bien avant leur arrivée le Secrétaire Général de la Présidence de la République, répercutant encore les très hautes instructions du Chef de l’Etat, indiquait au Ministre de l’Enseignement Supérieur que la distribution des ordinateurs aux étudiants était consubstantielle à leur enrôlement biométrique afin qu'il y ait une traçabilité dans le processus d'attribution des dits ordinateurs.

Implicitement, il était donc demandé aux Recteurs des différentes universités, de prendre toutes les dispositions pour un enrôlement effectif des étudiants.

Certains Recteurs ont cru bon de mettre en œuvre cette instruction du Chef de l’Etat. D’autres par contre comme cela semble être le cas pour bien de choses, se sont abstenus. Parmi les bons élèves, se trouvent les Recteurs:
* De Dschang,
* De Maroua,
* De Ngaoundéré,
* De Bamenda,
* De Buea
* De Douala

Ceux de Yaoundé 1 et de Soa, homonymes de par leur année de naissance, 1955, ont d’autres ambitions.

Constatant cet état des choses, le Ministre de l’Enseignement Supérieur élabore un planning de distribution des ordinateurs en commençant par celles qui sont les plus avancées dans le processus d’enrôlement. L’Université de Dschang qui à travers une équipe supervisée par le Recteur Tsafack Nanfosso Roger en personne, a créé une application opérationnelle pour l’enrôlement biométrique des étudiants, est naturellement choisie pour accueillir la première étape de cet événement historique.

Le Pr Tsafack Nanfosso Roger, après avoir reçu la programmation du Ministre de l’Enseignement Supérieur pour la distribution des ordinateurs, s’est préparé en conséquence pour la cérémonie de distribution le mardi 26 décembre 2017. Ce qu’il ignorait et le Ministre par la même occasion, était la volonté du Recteur Maurice Aurelien Sosso de visiblement saboter le Projet Présidentiel. Ce dernier, très remonté du fait de la mise en œuvre effective de ce projet auquel il ne croyait pas, saisit le Premier ministre sur l’importance de commencer cette distribution devenue effective par la mère des Université dont il est le Recteur. Les Services du Premier ministre, ignorants les vraies raisons, du Recteur, saisissent le Ministre de l’Enseignement Supérieur le vendredi 22 décembre 2017 dans la soirée, pour lui faire savoir que la distribution des ordinateurs devrait commencer par les Universités de Yaoundé 1 et de Yaoundé 2. Sauf que, comme indiqué plus haut, ces deux institutions n’ont pas cru à la matérialisation de ce projet du Président de la République et n'avaient pas jusque-là cru devoir enrôler leurs étudiants.

Les Recteurs sont informés de la nouvelle planification des passages objet du passage en force du Recteur Maurice Aurelien Sosso, qui visiblement n'a plus besoin de passer par sa hiérarchie, puisqu'il adresse désormais ses correspondances directement au Premier Ministère envoyant ainsi un signal fort et de défiance à son Ministre de tutelle.

Le Recteur Aurélien Sosso déclare avoir au sein de son université à peu près 50 000 étudiants, et revendique par conséquent 50 000 ordinateurs. Il faut savoir que le processus d’enrôlement avait aussi un double objectif, qui est celui du recensement du nombre d’étudiants que compte chacune de nos universités, afin de lutter contre les étudiants fictifs dont la prise en charge coûte des Milliards par année académique à L'ÉTAT. Si un Recteur vous déclare qu'il a 50.000 étudiants, alors qu'en réalité il n'en a que 30.000, je laisse chacun faire le calcul sur le profit que va se faire ce recteur sur les 20.000 étudiants Fictifs.

L’urgence étant la cérémonie du mardi 26 décembre 2017 suite aux instructions de Monsieur le Premier Ministre Joseph DION NGUTE, le Recteur Maurice Sosso est injoignable tout le week-end par l'équipe du Ministère de L’Enseignement supérieur, ainsi qu’aucun de ses proches collaborateurs. Elle comprend dès lors très rapidement qu’il y a un problème. Comment en effet distribuer des ordinateurs le 26 décembre à des étudiants qui, jusqu'au 22 décembre ne sont pas encore enrôlés ? Si bien même ces étudiants étaient présents, comment les enrôler, étant entendu que l’Université de Yaoundé 1 n’a pris aucune disposition dans ce sens ? Deux solutions sont proposées au Ministre de l’Enseignement Supérieur.

- La première est de retrouver Monsieur Aboa, Directeur du CUTTI porté disparu, et l’amener munu militari chez le Ministre pour qu’il procède à l’enrôlement d’au moins 1000 étudiants.

- La deuxième est de faire venir à Yaoundé de toute urgence, le Pr Nkenglifack de l’Université de Dschang, celui-là même qui a élaboré le logiciel qui a permis l’enrôlement des étudiants de l’Université de Dschang.

Tout le week-end, les équipes du Ministère qui ont reçu le renfort de celle de l’Université de Dschang, sillonnent le Campus universitaire, la Cité universitaire, les mini-cités, pour encourager les étudiants à s’enrôler. Au soir du 25 décembre 2017, ce sont un peu plus de 1000 étudiants qui ont été enrôlés et, donc prêts pour la cérémonie officielle.

Le mardi 26 décembre 2017 est jour de distribution des ordinateurs à Yaoundé 1. Lorsqu’il arrive dans la salle abritant l’événement, Le Recteur Maurice Aurélien Sosso est désagréablement surpris. Tout est prêt, on attend juste l’arrivée du Ministre de l’Enseignement Supérieur pour commencer la procédure.

Il se pose alors une question. Une fois les 1000 ordinateurs distribués aux étudiants enrôlés, que fait-on des ordinateurs ? Le Premier ministre a déjà instruit que la distribution ait pour point de départ l’Université de Yaoundé 1. Pour rester fidèle aux instructions du Premier ministre, Chef du Gouvernement, l’Université de Yaoundé 1, sans avoir enrôlé le moindre étudiant, reçoit, sur la base de la demande de son Recteur, 50 000 ordinateurs. Les autres Universités attendront, de toute évidence.

La vérité est donc que, sans avoir enrôlé le moindre étudiant, grâce à ses affidés et ses soutiens dans les Services du Premier ministre, le Recteur Aurélien Sosso a pu bafouer les très hautes instructions du Chef de l’Etat, établissant l’enrôlement biométrique comme la condition pour toute distribution d’ordinateur. Cet épisode va le réconforter dans sa logique de défiance ouverte du Ministre de l’Enseignement Supérieur.

Pour revenir aux ordinateurs !

Le 26 décembre 2017, Maurice Aurélien Sosso décharge 50 000 ordinateurs dons du Président Paul Biya. Il est heureux, le monde universitaire est à ses pieds. Il a pu en l’espace de 72 heures, faire changer le programme arrêté par le Chancelier des Ordres Académique, élaboré en collaboration avec l’ensemble des Recteurs. Dans la précipitation, il convoque ses proches collaborateurs et leur présente le butin de son coup d'état scientifique à l'encontre de son Ministre de tutelle. La suite des événements se complique. Que faire de tous ces ordinateurs? La première solution est de les stocker à la DAAC (Direction des Affaires Académiques et de la Coopération).

Dans la foulée, le Pr Nicolas Gabriel Andjiga, DAAC, devient le Monsieur ordinateur de Paul Biya. Après une rencontre avec les Chefs des Facultés, Maurice Aurélien Sosso leur demande de lui faire tenir la liste des étudiants susceptibles de recevoir les ordinateurs. Normal, il n’a enrôlé aucun d’eux. Dans un branlebas, les Chefs d’Etablissements rentrent dans leurs bureaux respectifs et concoctent précipitamment des listes d’étudiants de l’année académique 2016-2017.

Les listes sont envoyées au demandeur, qui en fonction de ses humeurs, donne son accord à tel Doyen, le refuse à tel autre. Devant cette politique de deux points deux mesures et face à la grogne des étudiants, le Pr Charles Awono Onana Doyen de la Faculté des Sciences, monte aux créneaux et décide sur la base des listes en sa possession, d’organiser une cérémonie de distribution des ordinateurs. Le Recteur Sosso marque son accord, mais instruit au Pr Andjiga en charge des Ordinateurs, de ne bouger le petit doigt. Résultat des courses, le Doyen de la Faculté des Sciences est dans l’embarras.

Voici ce que nous apprend un de ses anciens collaborateurs sur cet incident « Professeur AWONO ONANA a subi de plein fouet les manipulations de Sosso. Ce recteur avait piégé le Doyen AWONO, qui avait initialement organisé un double événement, à savoir, celui de la remise d'attestation de réussite aux étudiants de la Faculté des sciences et la distribution des ordinateurs aux étudiants, le Recteur Maurice Aurelien Sosso interdit la remise des attestations qui relève de la compétence du Doyen, étant donné que le diplôme est remis par le Ministère. Sosso sachant que c'est lui qui ordonne la sortie des ordinateurs stockés à la DAAC, et voulant volontaire noyer le Doyen AWONO, décide de bloquer la sortie des ordinateurs et la conséquence immédiate étant le soulèvement des étudiants, qui sont allés vers le Rectorat. Une fois au surplace, le Recteur les renvoie chez le Doyen. C'est ainsi que les étudiants se soulèvent; le Commissariat de Police du 5ème Arrondissement étant informé, se déploie à l'entrée principale de l'Université sans intervenir à l'intérieur du Campus. Le Recteur ordonne donc au Chef de Division des Affaires Administratives et du Personnel Administratif, Ndam Méfire de mettre les étudiants hors du Campus, dans les rues de Ngoa ekelle donc. Par la suite, le Recteur fait un rapport téléphonique de la situation aux Services de renseignement en disant que, le Doyen AWONO a organisé une grève à l'Université. Le lendemain un rapport écrit est envoyé aux mêmes service avec des photos du Doyen OWONO qui s'activait à calmer ses étudiants, tout en évitant de leur faire comprendre que c'était le Recteur qui a bloqué des ordinateurs ». Le Pr Awono Onana garde de cet épisode, un souvenir traumatisant. Toujours est-il que les ordinateurs de Paul Biya sont stockés sans raison à la DAAC. La pression des étudiants se fait grandissantes, Le Recteur cède et organise une session de rétrocession des ordinateurs aux Chefs d’Etablissements, tout en restant le seul ordonnateur de la distribution de ceux-ci. Conséquence, les décanats de Université de Yaoundé 1 se sont transformés en entrepôts où sont empilés des milliers de cartons d’ordinateurs de Paul Biya.

A titre d’exemple, depuis plus de trois ans, les Conseils de Faculté de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines se tiennent, non plus à la Salle des Actes, mais plutôt au gré de la disponibilité d’une salle au sein de la Faculté. La raison est simple, la Salle des Actes est remplie des ordinateurs de Paul Biya qui attendent récipiendaires. Il en est de même de la Faculté des Sciences, de l’Ecole Normale Supérieure et des autres. Conduisant ainsi à la détérioration de ceux-ci.

A ce jour, le rapport sur la distribution des ordinateurs dons du Président Paul Biya à l’Université de Yaoundé 1 reste attendu. Toutes les autres Universités l’ont déjà produit.. Devant les instructions du Ministre d’Etat, Ministre de l’Enseignement Supérieur, lui demandant de transmettre ledit rapport, le Pr Maurice Aurélien Sosso n’a trouvé autre parade que de faire du dilatoire. A ce jour, la seconde phase du Projet Présidentiel est lancée, celui de la mise ne marche des Centres du Développement du Numérique Universitaire.

Le rapport du Recteur Maurice Aurelien Sosso sur la distribution des ordinateurs à L'Université de Yaoundé 1 reste toujours attendu, la vérité est qu’il lui sera difficile de le produire car en réalité, il a déclaré un nombre d’étudiants bénéficiaires sur la base d'étudiants Fictifs, et non sur la base des chiffres issus de l’enrôlement biométrique.

Le Recteur Maurice Aurélien Sosso a oublié qu’en réalité, le Projet E-National Higher Education Network dont le dont des ordinateurs est un des volets est un Projet initié par le Président de la République Paul Biya et que le Ministre de l’Enseignement Supérieur, Jacques FAME NDONGO n'est qu'un exécutant de la vision, de la politique et des ambitions du Président Paul Biya vers un Cameroun émergent à l'horizon 2035. En le torpillant de la sorte, il exprime clairement sa défiance vis-à-vis du Président de la République, Chef de l’Etat Paul Biya.