Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 23Article 629761

Opinions of Tuesday, 23 November 2021

Auteur: Bertin Metsengue

Soutien au secteur privé : Belinga et Neossi méritent ils des appuis de Yaoundé ?

Belinga et Noessi ont aussi  droit aux subventions Belinga et Noessi ont aussi droit aux subventions

Un document devenu viral circule dans les réseaux sociaux faisant état d'une subvention de plus de 600 millions de FCFA au Groupe Scolaire Issam filiale du groupe l'Anecdote appartenant à l'homme d'Affaire camerounais Jean Pierre Amougou Belinga. Pourtant en 2015, le groupe Neo Industry SA d'un autre homme d'affaire Camerounais, Emmanuel Neossi avait reçu 1.2 milliards de Fcfa comme appuis pour la réalisation de l'industrie de transformation de Cacao de Kekem . Qu'est ce qui peut expliquer cette vaine polémique animée par certains ethnofascite ?

Quand le dirigisme fait place au néolibéralisme

Le Cameroun depuis 1987 , date de la mise en place du programme économique néolibéral du président camerounais Paul Biya pour le libéralisme communautaire basé sur la dynamisation et le développement du secteur privé, l'État du Cameroun a pris une autre orientation économique. Le pays qui jusque là était sous le régime dirigiste caractérisé par l'essor du public au détriment du privé à été remplacé par le phénomène contraire. Dès lors, le pays devait mettre en place des mécanismes visant à promouvoir le secteur privé. Ainsi donc, le régime de Yaoundé a commencé à mettre en place des mécanismes visant l'incitation de l'initiative privée. Plusieurs structures sont nées pour favoriser ce mécanisme. Notamment la facilitation de la création des Entreprises. Le temps de création a été réduit de plusieurs mois à 72h. De plus, la DGI mettait en place les centres de gestion agréés- CGA qui sont des structures visant à promouvoir la formalisation des initiatives informelles. A cela faut ajouter l'agence de promotion des investissements (API). qui vise à mettre en place des mécanismes incitatifs des investissements privés au Cameroun. Tout ceci a été fait pour permettre le développement l'entrepreneuriat.

La Mercuriale un outil de financement des entreprises privées !

Au-delà des structures que l'Etat camerounais a mis en place pour promouvoir l'entreprenariat et l'investissement il y a les.mecanismes de financement du privé. De ces mécanismes de financement, se trouvent en bonne place la mercuriale de l'État. En effet cet instrument a mis en.place une tarification très au-delà des seuils des marchés. Ce qui octroie donc aux prestataires de l'État une meilleure marge bénéficiaire. Celle-ci est donc un meilleur moyen de soutenir le secteur privé qui se veut être le premier pourvoyeur d'emploi. Car l'État dans sa mission de concourir au bien-être des populations se doit de redistribuer ses richesses pour le bon fonctionnement du secteur privé ce n'est qu'à ce prix qu'il.peut aisément juguler le sous emploi et le chômage.
Belinga et Noessi ont aussi droit aux subventions !

Amougou Belinga promoteur du groupe l'Anecdote a reçu de l'État camerounais un peu plus de 600.millions de FCFA comme soutien à l'une de ses filiales. Cela entre dans les subventions ou le soutien à ces investissements qui participent à promouvoir la formation au Cameroun. La quasi totalité des hommes d'affaires en reçoivent tout le temps. On peut citer par exemple Emmanuel Neossi qui a reçu en 2015, 1.2 milliards de Fcfa et d'autres exonérations fiscale douanières pour que voie le jour Neo Industry SA à Kekem. Cette industrie agro-alimentaire est d'une très grande importance pour le Cameroun en ce qu'elle transforme 30.000 T de cacao sur les 230.000 T que produit le Cameroun. 1700 emplois dont 700 direct. Avis à ceux qui n'ont pour seul métier qu'inciter à la haine tribale de se tenir à carreau des hommes d'affaires camerounais.