Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 12 07Article 631861

Opinions of Tuesday, 7 December 2021

Auteur: Patrice Nouma

Sérail: triste histoire du Col Ewala Abessolo, maltraité par le Gal Ezo'o

Il a vu son salaire détourné durant des années par le Général Ezo'o Il a vu son salaire détourné durant des années par le Général Ezo'o

Après 31 années de loyaux services au sein de la grande muette, le Colonel Ewala Abessolo vient d'être admis à la retraite. Sa carrière de militaire a été marquée par des actes d'injustice qu'il a subi de la par certains officier supérieurs dont le Général Ezo'o. L'activiste camerounais Patrice Nouma nous relate, dans le texte ci-dessous, le triste parcours de cet ancien journaliste dans l'armée.

Le Colonel Ewala Abessolo s'en va à la retraite comme un clochard après avoir vu son salaire détourné durant des années par le Général Ezo'o.

Journaliste de formation, le jeune reporter de « Cameroon Tribune », Ewala Abessolo, passionné du métier des armes, va présenter le concours de l'armée en 1989 qu'il va réussir avec brio. Il fait partie de la même promotion que le fondateur du Quotidien «LE JOUR», HAMAN MANA.

Une fois dans l'armée, le jeune Ewala Abessolo va gravir difficilement les grades du fait des conditionnalités obscures imposées au sein de l'armée.

Malgré sa résistance, il va subir d'énormes pressions qui vont s'abattre sur sa famille dans l'unique but de le détruire.

Parmi ces nombreux bourreaux, un général du nom d'Ezo'o qui va faire main basse sur son salaire et tous ses soldes y compris les différents primes. "VRAIMENT L'HOMME BETI EST MÉCHANT".

Etant déjà colonel, ceux qui croisaient Ewala Abessolo au quartier Essos à Yaoundé se demandaient s'ils avaient affaire à un clochard ou à un fou. " VRAIMENT L'HOMME BETI EST MÉCHANT".

L'homme n'avait même plus de quoi se nourrir. Il y'a quelques mois, grâce au Ministre de la Defense Joseph Beti Assomo et au Colonel Bankui qu'il est allé personnellement rencontrer, il sera repris en solde, sauf que c'est à ce moment qu'on lui notifie sa mise à la retraite.

Âgé de 58 ans et totalement démuni, le colonel Ewala Abessolo ne désire que trois choses aujourd'hui :
1- Que le General EZO'O lui rembourse tous les mois de salaire et ses PRIMES qu'il a encaissé en son nom.

2- Qu'il lui soit reversé son rappel de toutes ces années où il est resté sans solde.

3- Qu'il lui soit minimalement organisé une cérémonie d'adieux aux armes pour sa mise à la retraite en tant qu'officier Supérieur.

En attendant, nous lui souhaitons une excellente retraite qu'il prendra le 30 décembre de cette année.


ASSASSINAT - TERRORISME: LE GENERAL EZOO MVONDO SEME LA TERREUR DANS UN VILLAGE A SANGMELIMA Boris Bertolt

Le Général Ezo’o Mvondo doit au contre-amiral Nsola son recrutement à l’EMIA
Il s'agit du Général Ezoo Mvondo Simon, commandant de la 1ere région militaire Centre-Sud. selon le témoignage publié par lelanceur d'alertes Boris Bertolt, il est accusé d’assassinat terrorise tout un village à Sangmelima.

Tout commence il y a à peu près deux ans. Le Général Ezoo Mvondo Simon, commandant de la 1ere région militaire Centre - Sud est allé détruire la maison de son grand frère consanguin un certain Meva’a Mvondo Salomon dans leur village Essam-Esse par Sangmélima avec les engins du génie militaire, et le Général Ezoo Mvondo Simon a profité de cette occasion pour envoyer les menaces à son grand frère lui disant je cite « je vais te montrer ce que c’est qu’un général au Cameroun j’ai détruit ta maison et si tu bronches j’envoie le commandant te foutre en cellule ».

Des mois plus tard la femme de son grand frère en question est morte de façon mystérieuse.
Il y a à peu six mois Mme EZO’O jeanne épouse du général EZO’O, ancienne employée de la BICEC en compagnie du colonel à la retraite MVONDO James, petit frère du Général EZO’O et le nommé ONONO blaise ont tabassé et torturé à mort un adolescent de ce même village. Le sang sortait par tous les orifices de ce jeune homme quand ils ont constaté que l’enfant était déjà mal en point ils ont appelé le général qui a demandé de le mettre en cellule à la brigade de gendarmerie de Sangmélima.

Le gendarme de garde ce soir-là ayant vu l’état du garçon leur a dit que la place de ce garçon était plutôt aux urgences et non en cellule on lui a répondu c’est un ordre du général. Le gendarme s’est exécuté c’est ainsi que 30 minutes après l’enfant décède en cellule tout de suite le général est informé et demande au même trio d’aller récupérer la dépouille et d’enterrer la même nuit en l’absence des parents et des ministres du culte.

L’enquête a été étouffée sous ses ordres avec un faux certificat de genre de mort. Malheureusement comme il n’y a pas de crime parfait le ministre de La Défense, Beti Assomo et le SED sont au courant de l’affaire. Ils envoient un colonel de gendarmerie depuis Yaoundé afin de faire la lumière sur cette affaire.

C’est ainsi que le colonel en service au SED va auditionner MEVA’A Mvondo Salomon et Mbame Mvondo François, frères consanguin du général EZO’O. Le colonel en mission va prendre également les dépositions du parent de l’enfant assassiné.

L’enquêteur dépêché par le ministère de La Défense fait le compte rendu à qui de droit de la réalité des faits sur le terrain. C’est donc là le début des malheurs de MEVA’A Mvondo et Mbame Mvondo frères du général parce qu’ils ont osé témoigner contre le général.

Le général Ezo’o Mvondo Simon pique une grande colère et promet le pire à ces derniers. C’est ainsi que plusieurs fois il va appeler le commandant de Sangmelima afin de mettre en cellule Mbame Mvondo. Motif: trafic d’ossement humain.

Après enquête le commandant remet l’accusé en liberté faute de preuves. Le Général Ezo’o Mvondo Simon se rendant compte que ses plaintes ne prospèrent pas va procéder à l’intimidation sur ses frères qui ont témoigné.

C’est ainsi qu’en date du 28 avril 2021 le Général EZOO va promettre la mort à Mbame Mvondo. Ce dernier ayant pris au sérieux s’en va voir leur grand frère consanguin MEVA’A Mvondo pour lui faire état de la situation.

Le 04 mai 2021 Mbame Mvondo est brutalement arraché à la vie de suite d’un accident mortel dans lequel il est déchiqueté à MEZESSE sortant de son village.
Meva’a Mvondo grand frère consanguin du général et du défunt Mbame Mvondo s’en va mettre son frère à la morgue pendant qu’il pleurait son frère il se serait exclamé en disant j’espère que le “ Général EZO’O va monter maréchal comme Mbame à qui il a promis la mort est parti”.

Tout de suite le Général EZO’O est informé des propos tenus par son grand frère. Il envoie son épouse déposé une plainte à la brigade de gendarmerie de Sangmelima à nouveau avec instruction au commandant de brigade de mettre son grand frère aux arrêts immédiatement dès réception de la plainte.

Le commandant trouvant cet ordre illégal ne va pas s’exécuter. Il va tout de même convoquer l’accusé l’entendre puis le renvoyer chez lui.

Le général très en colère que ses ordres ne sont pas exécutés va faire pression sur le procureur qui va céder à la pression qui après avoir entendu le prévenu va signer un bon de garde a vu à la brigade de gendarmerie qui va de nouveau le remet en liberté sous garant. Le secrétaire général du Sénat, Michel Meva’a M’EBOUTOU au courant de l’affaire s’oppose à l’emprisonnement de MEVA’A Mvondo. Car Meva’a M’EBOUTOU estime que le Général EZO’O va très loin. Estimant qu’il s’agit de “ la provocation de trop”.

Le Général EZO’O MVONDO entre dans une colère noire et promet le pire à toutes les personnes qui ont participé à cette enquête-il demandé au passage les matricules de tous les gendarmes en leur promettant le pire.

Rappelons que le Général Ezo’o Mvondo doit au contre-amiral Nsola son recrutement à l’EMIA. Mais c’est ce même Ezo’o qui va s’allier plus tard aux adversaires du contre-amiral Nsola, notamment Mebe Ngo’o pour détruire son ancien parrain.