Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 15Article 628459

Opinions of Monday, 15 November 2021

Auteur: Bertin Metsengue

Résultats des concours de l'ENAM : l'école et son DG victimes des cabinets noirs

Soumbou Angoula, DG ENAM Soumbou Angoula, DG ENAM

Un document abondamment relayé sur la toile mettant en scène une liste de 16 noms dit du collectif des recalés de l'Enam ou encore la saisine faite par Guibai Gatama au Ministre de la fonction Publique et de la réforme administrative relance l'éternel problème de la fixation que certains camerounais font au sujet des résultats de l'École Nationale d'Administration et de Magistrature-Enam .


Chaque année et à la même periode cette école subit de la part de cette catégorie de personnes des récriminations vraies ou fausses qui ternissent son image . Pourquoi sur les dizaines d'écoles à recrutement direct dans la haute administration de l'État seule l'Enam subi cette mauvaise publicité ?
Depuis la publication des résultats définitifs de l'Enam , les voix ne cessent de s'élever pour dénoncer et contester les dits résultats. Certains baptisés les "recalés " ont même saisi le premier Ministre camerounais à l'idée de contester les résultats avec pour seul argument leurs multiples admissibilités obtenus aux précédentes éditions. Ceux-ci en ont fait copie aux représentations diplomatiques de certains pays étrangers, sans trop savoir le rapport ou le but recherché. D'un autre Côté, la requête de Guibai Gatama qui conteste les résultats avec pour argument le non respect des quotas des régions. À la même periode chaque année depuis pratiquement trois ou quatre ans , le Directeur de publication de l'Oeil du Sahel a toujours posé cette question du non Respect des Quotas régionaux à l'Enam Uniquement. Cette année encore il a recensé les pourcentages par filière obtenus par le " grand Nord " et est arrivé à la conclusion que ceux ci étaient en deçà des 30% " fixé".

Dans la pertinence qui est la sienne le journaliste du " Grand Nord " n'en a pas fait abstraction. Cependant, en consultant les quotas fixés on constate que les Quotas sont par Region et non par Grand Nord ou Grand Sud. Cette façon de poser le problème n'est pas anodine. Elle participe à tenter de bipolariser le pays à des fins de succession. Dans sa démarche, le journaliste tente de démontrer que les" Nordistes " ont eu moins de 30% pour plus de 70% pour le Grand Sud . Cette démarche est dangereuse et participe à construire progressivement des logiques d'affrontement Nord- Sud comme l'on a souvent vu dans d'autres pays comme la Côte D'ivoire avec les conséquences dramatiques que cela a causé de 2002 en 2011.
La diversité culturelle du Cameroun est un très grand atout pour ce pays d'Afrique centrale . Celle-ci est pour beaucoup dans sa stabilité. Ce d'autant que le travail fait par Guibai suscite plusieurs zones d'ombres . Tout d'abord le respect des quotas ne saurait être automatique. Car il.y a des contingences comme les notes éliminatoires, ou encore les notes seuils qui sont du genre à rendre difficile le respect des quotas . Le concours de l'Enam a une note seuil. 12/20 si au terme des oraux le nombre de candidats ayant eu au moins 12/20 est en deçà du quota fixé, les organisateurs ont le devoir de le compenser par d'autres régions. Ce principe s'applique à toutes les régions.

Pourquoi seulement l'ENAM?
plusieurs concours dans le septentrion ne respectent pas toujours cet équilibre régional. L'École des Mines de Ngaoundéré, l'École Normale de Maroua et bien d'autres . Ce non respect n'est pas toujours voulu par les organisateurs mais c'est le fait du mécanisme en vigueur qui peut laisser court à ces éventualités. Parfois cela profite aux candidats d'une région et pas à d'autres. Pour autant cela devrait il susciter des polémiques tendancieuses ? Non. Il faut que les leaders d'opinion camerounais pensent plus Etat et non Region , religion ou ethnie. Cela sortira le pays des conflits inutiles dont il n'a pas besoin .