Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2018 03 31Article 436442

Opinions of Saturday, 31 March 2018

Journaliste: Michel Biem Tong

Opération Epervier: Biya complice des détournements d'Atangana et de Ngo'o


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’avocate basée à Yaoundé qui a requis l’anonymat interpelle le Barreau Camerounais qui, dans des pays comme la France, est une institution de service public et indépendant dont l’objectif est de défendre les valeurs républicaines telles que l’indépendance et l’impartialité de la justice, le procès juste et équitable, etc.

En France, par exemple, les Barreaux de ce pays s’apprêtent à manifester dans la rue le 11 avril prochain contre un projet de loi de programmation sur la justice. Puisse le Barreau Cameroun en prendre de la graine et s’ériger en digue de protection contre l’injustice judiciaire au Cameroun. Voici le coup de gueule que m’a fait parvenir l’avocate en question au sujet de la justice dans le cadre de l’Opération Epervier au Cameroun :

« Juridiquement, en droit camerounais comme en droit international, toute poursuite entachée d'illégalité est nulle et cette nullité est d'ordre public ! C'est le cas des affaires concernant ces prisonniers politiques encore détenus illégalement. Les mêmes causes entraînant les mêmes effets, c'est forcément le cas des nouveaux arrivants dont les arrestations et les mises en détentions sont ordonnées par dieu!

Que les camerounais qui considèrent que tout le monde est coupable avant d'être jugé qui plus est au cours de procès inéquitables sachent que dans ces conditions tous sont aussi coupables! On a monté les camerounais les uns contre les autres et ça marche et c'est triste .Car seul compte dans ce pays qui est le nôtre ce spectacle de la manipulation et de l'obscurantisme. Ça crève le cœur.

Je trouve dommage qu'aucun juriste même les plus illustres du pays ne développe cet argumentaire par peur de démolir les fondements juridiques de cette soi-disant lutte contre la corruption. Fondamentalement la corruption est un délit en droit camerounais (lire le code pénal !).C'est un délit à part qui ne se confond pas avec le crime de détournement de deniers public qui seul est de la compétence du TCS (dont la création elle-même est sujette à caution)

Alors pourquoi poursuivre et incarcérer d'office les personnes seulement soupçonnés de corruption devant le TCS? Pourquoi des ministres et DG maintenus en postes plusieurs années malgré les "soupçons " populaires sont arrêtés et emprisonnés simplement lorsqu'il est mis un terme NORMAL à leurs missions ??? Est-ce à dire que le Chef de l'Etat est mieux informé que la justice des crimes commis et fait obstruction à toute enquête tant que cela l'arrange???

Conclusion: la Justice qui compte au Cameroun est celle du chef. Dans ces conditions ne parlez plus de la Justice d'un Etat de droit puisque c'est au nom de la justice du chef que des personnes sont arrêtées et mises en détentions immédiatement après qu'il a mis fin à leur fonction. Si ce sont des prédateurs, il est soit le commanditaire soit le complice!!! Par conséquent on est face à une justice politique et non républicaine.

C'est l'Institution JUSTICE qui est en cause au Cameroun et c'est ce qu'il faut dénoncer. Tout le reste de problèmes et de cas individuels ne sont que distractions pour le Peuple qui en souffre mais qui y participe malgré tout par la force des choses. La corruption est généralisée, même les plus pauvres payent pour avoir un service à l'école, dans les hôpitaux, dans les greffes, partout dans la fonction publique ! En prison on paye tous les jours pour survivre...et vous pouvez le constater partout dans la société. Alors qui est coupable de quoi sinon ce système et sa tête ?

Il faut aujourd'hui et sans relâche poser ces bonnes questions tous les jours sans plus se laisser distraire par autre chose et par des cas individuels. Car c'est ce que souhaite ce système :distraire et se maintenir »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter