Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 10 04Article 621760

Opinions of Monday, 4 October 2021

Auteur: Mimi Mefo

NOSO : Mimi Mefo achève le chef Moja Moja

Mimi Mefo achève le chef Moja Moja Mimi Mefo achève le chef Moja Moja

La journaliste camerounaise Mimi Mefo critique vivement le chef traditionnel Moja Moja qui a procédé ce week-end a l’enlèvement de la femme et des enfants du général ambazonien No Pity.

Le chef Ewome Eko John alias Moja Moja est un soldat camerounais connu pour ses frasques et sa chasse aux ombres. Le chef du village de Bwassa, dans la subdivision de Buea, est également membre de l'unité militaire d'élite du Cameroun, le Bataillon d'intervention rapide (BIR).

Moja Moja s'est fait connaître au cours du conflit meurtrier qui a secoué les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays. Mais au lieu d'aller combattre les séparatistes armés là où ils campent, Moja Moja, après avoir bu jusqu'à la stupeur et s'être drogué, se délecte de divagations ennuyeuses.

Si jamais il y avait un doute, la mission de Moja Moja du bloc "Na We We" est de répandre la haine contre les gens de la région du Nord-Ouest, en particulier ceux qui résident à Buea. Il est connu pour avoir lancé un ultimatum de 24 heures aux personnes originaires du Nord-Ouest pour qu'elles quittent Buea. Il a également attrapé et battu un homme sur une vidéo simplement parce que l'homme était un indigène de la région du Nord-Ouest.
Comme la loi lui sourit alors qu'il la piétine, il en est maintenant arrivé à molester des femmes et des enfants innocents en prétendant qu'ils sont liés à des séparatistes.

Dans l'un de ses derniers coups d'éclat, Moja Moja est vu en train de frapper une femme qu'il prétend être la petite amie du général No Pity, chef de guerre séparatiste. On voit Moja Moja, un soldat analphabète, prendre en main le rôle de la police judiciaire, du procureur de la République et du magistrat.

Moja Moja s'est placé au-dessus de la loi avec la protection des graffiteurs de Bakweri et le soutien total du Premier ministre Joseph Dion Ngute, le chef traditionnel du village de Bogongo, division de Ndian de la région du Sud-Ouest.

Le Premier ministre avait déjà demandé à Moja Moja de "continuer à faire du bon travail" et lui a récemment assuré une protection sans entrave.

Si le Premier ministre peut protéger ceux qui violent les lois du pays, y compris la Constitution, alors nous sommes condamnés. Est-ce un crime d'avoir fréquenté ou d'être lié à un combattant séparatiste ? Ne sont-ils pas Camerounais et n'ont-ils pas eu une vie avant la guerre actuelle ?

Le silence des responsables judiciaires et politiques sur la folie de Mojo Moja témoigne d'une complicité. Le gouvernement semble avoir donné son approbation tacite à tout Camerounais pour qu'il attaque l'autre sans épuiser les voies de recours légales.Quoi qu'il en soit, leur fête au champagne prendra bientôt fin.