Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2018 02 01Article 432119

Sports Features of Thursday, 1 February 2018

Source: cameroon-info.net

Les raisons des échecs successifs des équipes camerounaises de football

L’année 2018 ne démarre pas sous les meilleurs auspices pour le football camerounais. Durant le seul mois de janvier, toutes les équipes nationales engagées dans des compétitions internationales, ont été éliminées prématurément.

En déplacement à Cap coast au centre du Ghana pour un match d’accès direct à la phase finale de la Coupe du Monde France 2018 de football féminin des moins de 20 ans, l’équipe du Cameroun a pris de revers 0 but contre 3 le samedi 27 janvier 2018 devant son homologue du Ghana.

Après avoir affiché les premières velléités offensives au match aller à Yaoundé, les Lionnes du Cameroun se sont montrées étrangement inoffensives samedi au pays des Blacks stars.

Cette défaite de l’équipe du Cameroun féminine des moins de 20 ans, vient aggraver la série noire que traverse le football camerounais en ce début d’année 2018.

Les amateurs du sport roi camerounais ne se sont pas encore remis du coup de massue reçu suite à l’élimination précoce du CHAN Maroc 2018 des Lions A’, l’équipe entrainée par de l’emblématique Rigoert Song. Une grande première pour le Cameroun qui a toujours atteint le second tour de cette compétition quand il prend part à la phase finale.

La série noire pourrait se poursuivre si les Lionnes des moins de 17 ans sont éliminées en février prochain par le Nigeria dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde Uruguay 2018.

L’on émet aussi un fort doute quant à la capacité des Ambassadeurs camerounais en coupes africaines, New stars de Douala et Eding FC de la Lekie, de mettre fin à 37 ans de disette des équipes camerounaises dans les Coupes africaines interclubs de la CAF.

Ainsi, le Cameroun absent de la Coupe du monde senior Messieurs Russie 2018, absent de la Coupe du monde juniors féminine France 2018, éliminés prématurément du CHAN Maroc 2018, il ne fait aucun doute que 2018 est une année malchanceuse pour le Cameroun sur la scène internationale.

Mais l’origine de cette poisse n’est pas mystérieuse. Elle découle des tares qui gangrènent notre sport roi. Problèmes de structuration et de gestion. A la Mauvaise organisation des compétitions, sont venues se greffer, les batailles de positionnement à la fédération camerounaise de football.

Depuis cinq ans, des dirigeants se battent pour le contrôle de la vache à lait FECAFOOT, relayant au second plan, l’avenir du football local.

Ces batailles sont envenimées par les politiques, notamment le gouvernement qui tire les ficelles dans l’ombre. Plus grave et pour ne rien arranger, les différents comités de normalisation nommés depuis 2013 par la FIFA avec pour mission de trouver des solutions de sortie de crise, sont aujourd’hui incapables d’apporter la moindre solution qui fait l’unanimité.

Tout au contraire, les comités de normalisation présidés respectivement par Joseph Owona et Dieudonné Monthé, ont confondu le problème du football camerounais à des affaires de personnes. Ainsi, leur mandat respectif est avili par des Règlements de comptes et la chasse aux sorcières afin de positionner des poulains. Conséquence, les championnats régionaux sont au panneau stop dans les dix régions du Cameroun sans savoir quand ils seront relancés, le démarrage des championnats nationaux professionnels se fait au hasard, le football jeune et le football féminin souffrent de l’absence des compétitions et d’un véritable projet de développement …

Quand on a fini d’établir ce diagnostic, cela va de soi que le football camerounais se retrouve plongé dans un coma profond. Seul un véritable chantier de réforme pourrait le ressusciter. Donc, pour se relancer, il faut absolument taire les rancœurs et privilégier l’intérêt général.