Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2022 01 02Article 634816

Opinions of Sunday, 2 January 2022

Auteur: A. Mounde Njimbam

Les Camerounais de la diaspora veulent lancer un satellite dénommé ‘Fako’

Les Camerounais de la diaspora veulent lancer un satellite dénommé ‘Fako’ Les Camerounais de la diaspora veulent lancer un satellite dénommé ‘Fako’

Dans une tribune publiée sur sa page Facebook, le journaliste Abdelaziz Moundé Njimbam annonce le projet de conception du premier satellite camerounais. Porté par les Camerounais de la diaspora, l’initiative prendra sa vitesse de croisière le 20 janvier 2022 après une réunion stratégique prévue à Paris. Le nouveau satellite camerounais s’appellera Fako.

Le pays d’Um Nyobé doit franchir le pas de l’aventure spatiale, dans le sillage de ces pays africains frères qui font honneur à notre continent depuis une dizaine d’années à travers la mise en place d’agences spatiales et le lancement de satellites. Je m'y suis, en effet, engagé : contribuer, de façon concrète, à la mise en œuvre des objectifs de la politique spatiale africaine, définie par l’Union Africaine en 2016, en favorisant le développement de la culture spatiale dans les pays africains et auprès des Africains de la Diaspora. Les enjeux du spatial étant devenus incontournables, notre quotidien étant, aujourd’hui, déterminé pour nos communications, déplacements, prévisions météorologiques, connexions, etc, par les satellites.

L’une des déclinaisons de cet engagement, outre un processus de spécialisation, sur le plan académique, dans le domaine du droit et des politiques de l’espace, est la contribution au développement d’un écosystème spatial au Cameroun. Qu’il s’agisse du lancement et de l’accompagnement d’initiatives publiques et privées.

Pour cela, un travail de concertation a été engagé, suite à l’initiative que j’ai prise de concevoir un 1er satellite camerounais, baptisé FAKO, du nom ancestral du Mont Cameroun. Cette démarche est menée avec des compétences basées au Cameroun et au sein de sa Diaspora, évoluant dans les domaines de l’ingénierie, de la mécatronique, du design des nanosatellites, des sciences et technologies et du numérique.

Notre rencontre du 20 janvier prochain, à l’Espace de la Maison des Camerounais de France, marquera une étape décisive pour le démarrage de ce projet, fort de symboles et utile à l’expansion de l’éducation spatiale au Cameroun et en Afrique.