Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 12 28Article 634411

Opinions of Tuesday, 28 December 2021

Auteur: Zona Coker

Justice: voici comment Maurice Kamto a sacrifié Olivier Bibou Nissack

Que qui va encore se jeter inutilement dans la gueule du loup ? Que qui va encore se jeter inutilement dans la gueule du loup ?

La condamnation d'Olivire Bibou Nissack et du Prof Alain Fogué par la Tribunal militaire de Yaoundé à 7 ans de prison ferme est diversement appréciée au sein de l'opinion publique camerounaise. Selon l'activiste Zona Coker, le seul responsable de cette condamnation reste et demeure le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), le Prof Maurice Kamto.

Un bon leader aurait dû lui-même donné le mot d'ordre de sa marche du 22 septembre 2020. Après avoir tourné jusqu'à ce n'était plus bon, « PA'A KAMTO » sous la pression de la « talinanie » et dans la peur de se retrouver à nouveau en prison, ou par complicité avec ses camarades de Yaoundé a décidé de sacrifier celui qui a échappé au NGATA la première fois. C'est la tontine, chacun a son tour se Njangui. Pour convaincre son porte-parole, il l'a couvert de cadeaux. Il lui a offert une promotion, une Nyang Nyang Prado et il a même doté sa femme et célébré son mariage qui s'est transformé en meeting politique. La jeunesse camerounaise étant corruptible, ça n'a pris que quelques millions pour convaincre Bibou Nissack. Après mes publications sur ce sujet et l'arrestation de ce dernier, Wilfried Ekanga qui devait être le prochain sur la liste des sacrifiés a évité de faire la même erreur que Bibou Nissack en refusant de donner le mot d'ordre de marche à la place de son président élu Maurice KAMTO. Depuis lors, la révolution a pris un tournant pacifique forcé. Que qui va encore se jeter inutilement dans la gueule du loup ?

N'avez-vous pas encore compris que la seule personne qui ne risque pas grand-chose dans votre révolution tribale ou le « non au hold up electoral » c'est votre président élu MAURICE KAMTO lui-même? Être un suiveur mouton de ce dernier peut te conduire à la mort. Oui, le « Kamto dit va je va » peut te coûter la vie. Michèle NDOKI a pris une balle à la cuisse, 6 mois de prison et l'exil. Paul Eric KINGUE a pris 9 mois de prison, un lynchage Facebook et la mort. Christian Penda Ekoka a pris 9 mois de prison, un lynchage médiatique et mort s'en est suivi. Wilfried Siewe a pris 2 ans de prison, Paul Chouta et Sébastien Ébala également. Plus le temps passe, plus les peines d'emprisonnement deviennent lourdes et absurdes; allant de 2 à 5 ans pour une simple marche et de 5 à 10 ans une opinion. Encore qu'il n'y a même aucune logique dans certains jugements. Dans deux ans nous verrons certainement les peines de prison allant de 10 à 20 ans, voire même à vie.

Voilà donc la solde d'un suiveur mouton dans notre pays. C'est pourquoi je suis contre tout combat moutonier. Quite à mourir, fais-le pour tes propres idées et convictions. Vous n'allez pas en prison pour libérer le Cameroun, mais pour les rêves de Maurice Kamto et de son peuple. Un patrice Nganang depuis les Etats-Unis te demande d'allé marcher à la poste centrale de YAOUNDÉ et tu le fais pour défier le système alors que tu t'appelles Ébala c'est que tu as un problème. Même si vous êtes bêtes, regardez au moins les déplacements de Boris Bertolt Sandjeu de Sangmelima qui travaille pour Yaoundé. Depuis l'arrestation de Bibou Nissack, il s'est repositionné. Il est aujourd'hui plus Sardinard que Talib's. Pendant que ses suiveurs sont à Kondengui privé de tout, Pa'a Kamto est chez lui à Yaoundé avec sa femme et profite de ses enfants. Il côtoie leurs bourreaux. Il est même libre de voyager. ABIM TÉ !