Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 12 13Article 632728

Opinions of Monday, 13 December 2021

Auteur: Arlette Framboise Doumbé Ding

'Eto'o serait jeté en prison et accusé de tentatives d'insurrection, attroupement et révolution'

Samuel Eto'o Samuel Eto'o

Pour Arlette Framboise Doumbé Ding, Samuel Eto'o serait actuellement en prison et accusé de plusieurs délits dont une tentative d'insurrection...si l'élection à la présidence de la Fécafoot était celle de la présidence de l'Etat camerounais. L'activiste s'explique dans la tribune ci-dessous.

---


"Si c'était l'élection présidentielle, on aurait rejeté le bulletin unique, elecam et la cour constitutionnelle seraient entrés en mouvement pour voler la victoire de Samuel.

Ensuite, Samuel Eto'o serait jeté en prison et accusé de tentatives d'insurrection, attroupement et révolution. Des "politologues made in Cameroon" seraient montés sur les plateaux TV pour insulter les fans de Eto'o, les traitant de talibans, les invitants à respecter les institutions .

Pour revenir à l'actualité, j'ai fait deux posts pour féliciter Samuel Eto'o à la suite de sa brillante victoire à la présidence de la Fécafoot. Je pense qu'en tant sportif professionnel ayant vécu dans des environnements où les gens sont sérieux et rigoureux, il peut beaucoup apporter au football Camerounais qui n'appartient à aucun parti politique.

Cela dit, il y a toujours des leçons à tirer des aventures comme celle qui vient de conduire Monsieur Samuel Eto'o Fils à la tête de la fédération Camerounaise de football. Et la première de ces leçons c'est Samuel Eto'o qui doit la tirer lui-même.


C'est que si Bombo Njoya avait rejeté un système électoral crédible dans le but frauder comme le régime que Eto'o soutient, lui, Samuel Eto'o, ne serait jamais président de la Fécafoot même avec les faveurs de la majorité des électeurs. Il n'est devenu le nouveau président de la Fécafoot que parce que le système électoral qui à régi les élections d'hier rend l'alternance à la tête de la Fécafoot possible.

C'est pourquoi beaucoup de Camerounais n'ont pas compris qu'il soutienne un régime qui, par les fraudes et la répression, rend l'alternance impossible à la tête de l'Etat du Cameroun. Beaucoup de Camerounais sont vraiment remontés contre ce choix de soutenir un régime qui réprime les libertés , fraude aux élections et viole de façon répétée les droits de l'homme sous nos yeux.
Bien-sûr Samuel à le droit de soutenir le candidat de son choix comme l'exige les règles de la démocratie.

Sauf que Samuel Eto'o n'est pas n'importe qui pour les Camerounais. Pour des centaines de milliers de Camerounais, il est un modèle. C'est à dire qu'il à le pouvoir d'influencer des millions de personnes , d'agir sur leur comportement. Et c'est ici que commence les problèmes.

Samuel Eto'o veut-il vraiment influencer des milliers de Camerounais dans le sens d'accepter et de reproduire à leur niveau la tricherie et la violence qu'incarne le régime autocratique de Yaoundé, ou à contrario veut-il influencer ces milliers de personnes dans le sens de la défense des valeurs qui font avancer l'humanité ? Je pense notamment à la défense de la justice qui ne s'accommode pas des fraudes électorales telles que pratiquées par le régime de Yaoundé.

Vous comprenez que le soutien de Samuel à un régime autocratique qui triche aux élections et viole les droits de l'homme ne pose pas un problème de droit. Car il est libre de voter ou de soutenir qui il veut. Cependant, le problème que son soutien au régime de Yaoundé pause est d'ordre d'éthique ou morale. C'est le fait de soutenir un régime qui triche en tout, qui viole les droits de l'homme, qui n'a jamais rien fait face aux nombreux crimes rituels contre les enfants au Cameroun et qui laisse prospérer le tribalisme dans l'espace public par exemple.
Ne serait ce que pour ces raisons, Samuel aurait dû prendre ses distances avec le pouvoir de Yaoundé à défaut de se montrer discret… Surtout que parmi les victimes de ce régime, les propres fans de Samuel Eto'o se comptent en grand nombre.

La plupart des grandes stars mondiales mettent leur aura au service de la défense des valeurs qui font avancer l'humanité : la justice, la démocratie , le respect des droits de l'homme. C'est à ce titre d'ailleurs que Samuel Eto'o s'était engagé en 2017 en tant que ambassadeur de l'UNICEF à agir pour les enfants afin que "leur voix soit entendue et que leurs droits soient respectés".
Comment explique t-il donc son soutien à un régime qui ne lève pas le petit doigt quand de nombreux enfants sont sacrifiés dans des crimes rituels dans son propre pays, ou quand de milliers d'enfants vivotent en exile au Nigeria à cause de la guerre du Noso ?

Qu'on se comprenne bien. Je n'ai rien contre l'élection de Samuel Eto'o a la Fecafoot. Au contraire, je pense qu'il peut beaucoup apporter au football Camerounais. J'étais sans doute parmi les premières personnes à lui adresser des félicitations dès son élection hier. Et ceci dans deux posts successifs que vous pouvez consulter sur cette page. Et d'ailleurs, je continuerai à lui souhaiter plein succès à la tête de la Fecafoot parce que je ne suis pas une personne haineuse.

Mon problème avec Samuel Eto'o réside dans la défense des valeurs. Je n'ai pas compris qu'il soutienne un régime fraudeur qui réprime les libertés et viole habituellement les droits de l'homme au Cameroun. Je me devais de le lui dire .
Je serai toujours une admiratrice passionnée du très grand footballeur Samuel Eto'o Fils. Mais jamais du Samuel Eto'o qui soutient un régime autocratique violent".