Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 19Article 629224

Opinions of Friday, 19 November 2021

Auteur: Albin Michel Njilo

Echec sur échec: voici le bilan négatif de Seidou Njoya à la FECAFOOT

Seidou Njoya, candidat à la présidence de la FECAFOOT Seidou Njoya, candidat à la présidence de la FECAFOOT

La guerre virtuelle entre les partisans de Samuel Eto'o et ceux de Seydou Njoya durcit le ton. Dans une tribune, Albin Michel Njilo a décidé de dresser le bilan négatif de Seidou,, tout ce qu'il a pu réaliser durant son court mandat. Il a toutefois précisé que son équipe de campagne de Seidou saura le defendre .


Voici le Bilan négatif de Seydou à la FECAFOOT


Seidou, ,la personnafication de l'échec
Si la gestion de la FECAFOOT attise les convoitises, la gestion de cette institution n'est cependant pas aisée. En témoigne, les multiples échecs et déboires essuyés par l'exécutif "Présidé" (puisqu'il ne s'agit que d'une présidence intérimaire, celle principale ayant été annulée) par M. MBOMBO NJOYA, Président par intérim de la fédération. le Football camerounais a régressé en bientôt trois ans de règne du "Prince". Gabegie - Trafic d'influence - Incurie constitue la devise de la "mandature" Njoya.

Sur le plan Sportif, de nombreux constats intriguent :
- 2020- 2021: championnat national élite désorganisé, marqué de multiples interruptions, incapacités managériales, division des clubs d'élite, désignation administrative des représentants aux compétitions africaines, Incapacité à veiller à la mise en application du règlement sur le statut du Joueur, Championnat amateur absent, Championnat jeune incomplet, on pourrait s'étendre des heures, à relever avec emphase, de gargantuesques manquements, qui pourtant constituent l'essence de la mission d'un mandat fédéral.
- 2019- 2020: Championnat organisé un seul fait marquant: Détournement des fonds Covid.

2. L'aspect juridico-judiciaire est devenu le symbole de la "mandature" NJOYA; autrefois acteurs de l'ombre, les juristes sportifs sont devenus les stars des écrans, pour tenter d'expliquer les curiosités juridiques, administratives et managériales ayant cours à TSINGA. La mosaïque de procès amoncelés, rappellent si besoin est, comme a été problématique ce parcours :
- Procès contre lka LFPC perdu

- Procès contre des clubs d'élite perdus


- Procès contre l'ACFAC perdu

- Procès contre M.Maboang Kessack perdu

- Procès contre Benjamin Banlock perdu

- Procès en cours contre la CCA du CNOSC (en cours)

- 930 millions de FCFA (Officiellement ) dépensés dans les procédures (exceptées les procédures en cours); somme à laquelle on peut ajouter, les frais de mission, de voyage, et les enveloppes pour les arbitres du TAS.

C'est trop pour un pays au potentiel incroyable et à l'histoire unique. c'est cruel pour une fédération qui ne veille point sur ses licenciés, mais brille par attitudes improbables.

3. La Fecafoot "Version" Njoya s'est également administrativement débrouillée à faire ce qu'elle maîtrise le mieux: échouer.

-Insubordination vis-à-vis de la tutelle: le MINSEP;

- Violation plurielle de l'arrêté portant octroi et retrait des agréments aux associations physiques et sportives ;


- Violations des lois de la République et des conventions internationales sur l'éxécution des décisions de justice et des sentences arbitrales


- Trafic d'influence abusif du Scrétaire Général;


- Eviction de la LFPC suivie d'une incapacité à coordonner la tenue d'un championnat d'élite


- Trafic d'influence sur le processus électoral à l'effet d'obstruer à certaines candidatures

- Scandales à répétition dans la tanière relatifs aux primes ;

- Absence de recyclage des agents et intermpédiaires de joueurs

On peut se rendre compte du parcours fastidieux de M. NJOYA. On doit surtout pour l'amour du foot prendre en compte cela et apporter notre soutien pour convoquer de nouvelles énergies. Pour le bien du foot, cette bande là n'a plus rien à nous apporter.