Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 10 14Article 623272

Opinions of Thursday, 14 October 2021

Auteur: Dieudonne Essomba

Crises sanglantes au NOSO: 'Je suis accusé d'apologie de la sécession'

Dieudonné Essomba, Consultant sur B-News Dieudonné Essomba, Consultant sur B-News

Dieudonné Essomba a posté une tribune quelques minutes après l'annonce de l'assassinat d'une fillette au NOSO par un militaire, où il dénonce ses détracteurs qui l'accusent de l'apologie de la sécession. Il leur indique que la traque dont il est victime ne va pas l'empêcher de continuer à répéter que le pouvoir de Yaoundé doit opter pour le fédéralisme au Cameroun et non financer une guerre qui tue les fils du pays. "Je ne peux pas me taire, par crainte d’être accusé d’apologie de la Sécession, tout en sachant bien que cette guerre est un mauvais projet qui ne peut nous apporter que malheurs et misères !", déclare-t-il.


Certains s’imaginent qu’en m’accusant compulsivement « d’apologie de la sécession », je vais renoncer à ma posture de citoyen éclairé, obligé de dire la vérité au Gouvernement et au peuple camerounais !

La vérité scientifique est que le Cameroun ne peut pas maintenir de force les Anglophones dans l’Etat unitaire ! Je l’ai dit dès le départ, et je le maintiens !
Nous avons clairement fait fausse route dès le départ ! Face à ce mouvement séparatiste, il y avait une seule solution : la proclamation immédiate de la Fédération. Quatre avantages en découlaient :

-On asséchait l’idéologie sécessionniste, en lui retirant son argumentaire fondé sur la suppression dolosive d’ l’Etat fédéral en 1972 et en offrant aux Anglophones l’autonomie que l’écrasante majorité réclamait ;

-On réduisait la base de recrutement des Sécessionnistes, et l’annonce d’un recrutement de 2000 policiers régionaux au Sud-ouest et 3000 policiers au Nord-Ouest suffisait à casser ce mouvement, puisque même les enfants qui ont pris les armes allaient venir se faire recruter ;

-on opposait aux Sécessionnistes une police locale recrutée dans la population locale et qui maîtrisait l’environnement autant qu’eux et dont les modalités d’action allaient éviter les bavures, les forces fédérale venant en appui ;
-on compliquait le combat des Sécessionnistes, en conférant à l’Etat local les infrastructures de proximité, la Fédération se limitant à la préservation du patrimoine fédéral.

Le but de la Fédéralisation du Cameroun n’était pas de supprimer la Sécession, mais de la ratatiner à un niveau supportable en lui opposant une écologie très défavorable à ses activités et son évolution.

Malheureusement, plutôt que d’écouter ces sages conseils, le Gouvernement du Cameroun a suivi sans le moindre discernement la logique suicidaire des dogmatiques de « l’Etat westphalien tout puissant et imbattable », qui nous plonge aujourd’hui, lentement, mais irréversiblement dans l’épouvante et l’horreur !

Et cela, c’est la stricte vérité ! La crise anglophone va ébranler le Cameroun sur ses assises, casser tous les acquis, créer une longue et sanglante instabilité politique permanente et des guerres civiles à répartition.

Je ne vais donc pas, au motif de paraitre un bon patriote, adhérer aux thèses folles des va-t-en-guerre et encourager le Gouvernement dans cette équipée totalement insensée !

Et je ne peux pas me taire, par crainte d’être accusé d’apologie de la Sécession, tout en sachant bien que cette guerre est un mauvais projet qui ne peut nous apporter que malheurs et misères !

Une victoire militaire contre la Sécession anglophone, en restant dans l’Etat unitaire est tout simplement impossible ! Il ne sert absolument à rien de poursuivre ce projet ruineux et totalement idiot, qui va se traduire par l’effondrement du pays ! Je l’ai dit, je le répète : il faut immédiatement fédéraliser le Cameroun! C’set la seule espérance pour éviter l’abîme !

Maintenant, que mes détracteurs viennent m’arrêter, au motif que je fais l’apologie de la Sécession. On verra bien si leur folie va éviter le cauchemar au Cameroun.