Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 05Article 626893

Opinions of Friday, 5 November 2021

Auteur: Roly Londell Klein

Crise anglophone : voici pourquoi elles est une fausse crise de toutes les hypocrisies

Des armes saisies dans le cadre de la crise Des armes saisies dans le cadre de la crise

Dans une tribune publiée il y a quelques heures, Roly Londell Klein explique l'hypocrisie des Camerounais à travers ce qu'ils appelle la crise anglophone. Cette dernière. Dans cette sortie que la rédaction de CamerounWeb vous propose, l'auteur traite la crise de fausse crise.

---


"Voici l'entrepreneur Alain Jokeur , alors qu'il a gagné son marché pour rénover la Mairie de Bamenda II , il a engagé deux jeunes donc un soudeur pour l'initiative.

Ce matin , pendant qu'il se rendait a ce lieu de rénovation pour indiquer quoi des travaux aux quatre jeunes embauchés , ils on été stoppés par une groupe séparatiste armé devant la population qui leur demandait " pourquoi ils travaillent pour cette municipalité et de leur reverser tout cet argent" .

L'échange incompris et violent s'en est suivi et les séparatistes ont ouvert le feu sur eux en tirant des balles a la tête de Jokeur et deux de ses embauchés puis le quatrième jeune s'est miraculeusement échappé, blessé au bras .

Le véhicule de Jokeur était bel et bien immatriculé, et non fumé. Ils se sont arrêtés comme s'ils s'agit d'un contrôle de la police nationale et ont obéi aux ordres usuels Jusqu'à la mort.

EN SUITE QUE S'EST IL PASSÉ ?

Rien, rien ne s'est passé… Tout s'est passé devant un groupe de personne qui observait apeuré la scène Jusqu'à ce que les séparatistes se fondent dans la nature sans être " sifflet" pour dire inquiéter.

Il y a de cela deux semaines, MVOGO ACHILLE RIGOBERT celui que j'aime toujours appelé LE VAILLANT SOLDAT CAMEROUNAIS, s'est fait lyncher par, des commerçants, des femmes qui portaient un bébé, des chauffeurs de taxis, des écoliers, des cordonniers , des call boxeurs … qui chacun venait expérimenter sa capacité a fait bouger le cadavre de MVOGO ACHILLE comme un ballon du coup de son pied.

Nous avons par la suite vu des prêtres 20 minutes après l'incident parader dans la rue du Sud-Ouest Cameroun , témoignant leur amour et leur rage pour la vie d'un enfant qui ne sait pas comment on travail de l'argent pour mettre dans la caisse de Dieu comme MVOGO et Jokeur.

La population de Buea comme elle savent le faire , se sont rendues poitrine bombée, chez le gouverneur afin d'exprimer "leur macabo contre les soldats Camerounais en particulier MVOGO"

La toile Camerounaise s'est en flammée sous le Cadence Tibor Nagitique et Mantos surtout avec le bénédiction de jeunes Afrique et de Mefo :" UN GENDARME BATTU A MORTS A BUEA A CAUSE DE 500 F" . Comme savent relayer ceux qui sont habités par le logiciel de " Relayez sans VÉRIFIER" , les camerounais ont relayé avec fantaisie.

Les journaux Camerounais ont titré" Massacre d'un enfant a Buea" , les journalistes les moins violents ont titré :" EXÉCUTION D'UN ÉCOLIER A BUEA PAR UN COMMANDO DE L'ARMÉE CAMEROUNAISE ALORS QU'ELLE SE RENDAIT A L'ÉCOLE"

Le lendemain nous avons vu des femmes de BAMENDA brandir des pancartes pour dénoncer " les morts de trop et que ça doit cesser" (rire , dénoncé qui ? Qui doit porter l'arme ? Qui ne doit pas porter ?)

Chacun allait selon son degré d'hypocrisie et degré de haine contre l'armée Camerounaise.

Même les représentants de la nation Camerounaise se sont révoltés contre MVOGO avant de comprendre le pourquoi du comment.


DEMAIN LA PAIX .

Depuis huit heures de temps après le décès des trois Camerounais qui faisaient la fierté de leur famille et gagnaient leur vie , aucune ombre de la soutane dans la rue de Bamenda ni Buea,

Aucun journaliste n'en parle tous distraient la population Camerounaise avec les thèmes :" 04 NOVEMBRE AHIDJO DÉMISSIONNAIT, SON REMPLAÇANT PEUT IL FAIRE DE MÊME? " Ou " 2025 LE PRÉSIDENT VA -T-ARRIVER?" (Arriver où et comment ? Personne n'en sait, mais on parle qu'en même pour obscurcir LE TERRORISME DE BUEA)

Des thèmes et des débats qui éloignent les camerounais de la réalité de leur propre vie …

Plus de huit heures après Personne n'en parle… QUELLE HYPOCRISIE DE LA PART DES CAMEROUNAIS. "