Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 10 29Article 625771

Opinions of Friday, 29 October 2021

Auteur: Devis DE Nsinga

Complot d'Etat: révélations sur un coup d'Etat intellectuel en préparation au Cameroun

'Nous devons plutôt l'épauler et proposer plus quel que soit nos sensibilités politiques' 'Nous devons plutôt l'épauler et proposer plus quel que soit nos sensibilités politiques'

Chers camerounaises et camerounaises. Depuis près de 2 ans, je ne cesse de vous alerter sur un coup d'état intellectuel qui se prépare contre notre président de la république son excellence Paul Biya par certains qui sont à l'intérieur de la machine institutionnelle de notre pays.

Il y a de nombreux indices qui sont apparus et qui apparaissent de plus en plus pour confirmer la thèse du complot. Pas besoin d'avoir des informations pour le savoir parce que ces indices sont assez suffisants. Financement du tribalisme dans le champ de la majorité présidentielle, mettre les camerounais à bout pour se fâcher avec le président etc..... Que je ne dirais pas ici. Pas besoin de voir les gens pour en savoir plus. Le portrait, les actes et les propos de quelqu'un suffisent pour en découdre.

Comme vous le savez. Ma ligne politique est : garantir durablement notre souveraineté, contribuer à l'amélioration de la vie dans notre société pour promouvoir le vivre ensemble.

Je suis souvent accusé de mettre la stabilité de notre pays en 1ere ligne au lieu de l'amélioration de la vie des camerounais...

C'est vrai et je l'assume parce que c'est la priorité pour tous les pays africains. Et je sais que vous me donnerai raison un jour. Et vous comprendrez pourquoi nous n'avons rien à perdre à attendre que Pa'a Biya finisse son dernier mandat. Je le répète. Comme je l'avais déjà dit à Calibri et ses collègues de la BAS-MRC à Lyon en 2019....

Nous devons plutôt l'épauler et proposer plus quel que soit nos sensibilités politiques.

L'opposition devait plutôt faire des propositions que les camerounais allaient soutenir et pousser le gouvernement à aller plus loin pour que le Cameroun gagne.

Depuis près de 12 ans le président de la république nomme des gens qui lui forcent la main depuis des dizaines d'années. Ils choisi ceux qu'il pense pouvoir faire confiance. Peu sont ceux qui ne le déçoivent pas.

Vu son âge et les tentatives de coups d'état intellectuel dont il a été victime ces dernières années, il ne peut plus se permettre de sortir facilement pour rencontrer d'autres énergies nouvelles qui pouvait l'aider à cette tâche pénible tâche de diriger un pays.

Même la brigade financière avec un bureau à Etoudi a trahi sa confiance même après avoir tripler les effectifs de cette unité de Brigarde Anti-Corruption.

J'ai fini par comprendre qu'il est rattrapé par la politique qui est de resserrer les rangs en tant de crise surtout que notre pays traverse la période la plus délicate de son histoire.

Mais ça n'a pas été facile pour moi de trouver cette réponse et logique de la politique qui est le banditisme légal

Ramener quelqu'un que l'on ne connait pas assez dans la machine institutionnelle d'un état a déjà détruit de nombreux pays, des partis politiques et le ou les dirigeants en place.

En France, j'ai vu des gens qui pouvaient devenir des présidents comme Chevènement, Pasqua, Bernard tapie etc... Mais, ils ont été tous écrasé. Mais personne n'a vu venir l'actuel président français Emmanuel Macron tout simplement parce qu'il ne faisait pas partie du système et à garder le secret jusqu'à la dernière opportunité. Après son contrat de 2 ans comme conseiller de François hollande, Emmanuel macron va en vacances avec sa femme et son conseiller dans le but de créer sa société de conseil. Pipipi le téléphone d’Emmanuel macron sonne après les démissions en cascade des verts et quelques socialistes qui aujourd'hui sont tous en retraite politique par l'effet macron qui les a brûlé et fait reculer le PS au 6ème rangs des partis politiques français. Le président Emmanuel macron décroche. C'est François Hollande qui lui demande de devenir son ministre. Il demande une heure de réflexion. Les unes de réflexion suffiront au jeune président qui réfléchit très vite à l'asiatique se fixer une aventure politique face aux deux principaux partis politiques français en ébullition.

Quand le vieux lion Pàa Biya voit tout ça, il sait qu'il est dans une logique de continuer avec en déplaçant certains qui ne font pas l'affaire dans des postes moins perdant pour le maintien du pays. Il grogne pour que les choses avancent sans relâche et tient en main certains dossiers pour que l'on n'y arrive à certaines améliorations par endroits. Il veut l'accélération de la décentralisation, la formation professionnelle et dans les métiers innovants. Maintenant le travail ce sont nos ministres et surtout nos administrateurs qui doivent faire appliquer les choses sur le terrain.
Nos régions perçoivent 15 pour cent du budget annuel au lieu de 5 pour cent comme par le passé.

Nos administrations doivent être plus actifs et mettre en application, les prescriptions du chef de l'état. Servir le peuple au lieu de se servir.