Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 10 28Article 625459

Opinions of Thursday, 28 October 2021

Auteur: Bertin Metsengue

Combats au NOSO: l'ONU saisit, vers l'extradition des financiers des sécessionnistes

Au siège de l'ONU Au siège de l'ONU

Face à la montée des horreurs atroces contre les civils au Nord Ouest et Sud Ouest , la conseillère Régionale du Sud cathy Meba a choisi de saisir le Secrétaire général de l'ONU afin de lui demander plus d'implication dans la résolution de la crise interne dans son pays le Cameroun avec l'extradition au Cameroun des financiers des sécessionnistes. Quel peut-être la portée d'une telle démarche ?


Cathy Meba et Shedill Nganje étaient à la presse ce mercredi 27 Octobre à Yaoundé au quartier Bastos. Le conseiller du Sud Ouest et du Sud se sont donné la main pour présenter requête envoyée au Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guteres . Qu'on ils réellement demandé pour leur pays au patron de l'ONU.
La conseillère du Sud Cathy Meba et celui du Sud Ouest se sont donnés la main pour une cause patriotique et nationale. Ils ont emboîté le pas du premier des élus le Chef de l'Etat camerounais Paul Biya qui n'a eu de cesse d'exhorter les pays frères au Cameroun qui continuent d'héberger les donneurs d'ordre et financiers amba de les extrader ou de les arrêter. À sa suite les 61 parlementaires camerounais qui ont saisi le congrès américain pour la même cause . Les deux jeunes conseillers régionaux ont eux aussi choisi de saisir Antonio Guteres pour lui demander de faire plus .

La lettre que dit elle ?
La requête envoyée à Antonio Guteres le 13 Octobre demande clairement deux choses au patron de l'ONU.
- reconnaitre les terroristes amba comme tel
- faire pression sur les pays occidentaux qui hébergent les donneurs d'ordres afin de les traduire en justice ou alors de les extrader conformément aux lois des nations Unies en matière de terrorisme. La lettre a bel et bien eu un accusé de réception auprès de l'Auguste autorité des Nations Unies avec copie auprès de l'Union Européenne , l'Union Africaine, le conseil de sécurité, l'Assemblée Générale des Nations Unies, Human Right watch-HRW, Amnesty international mais aussi auprès de la Présidence de la République du Cameroun. Pendant une heure , les conseillers régionaux du Sud Ouest et du Sud ont fourni des explications à la presse camerounaise sur le contexte , le prétexte et les motivations d'une telle démarche.

Cette demande de Cathy Meba et Shedill Nganje a t'elle une chance d'aboutir ?
Certains septiques ont tôt fait de dire que cette démarche est purement stérile. Sans scruter l'historique des choses . A chaque fois qu'un Elu a formulé une demande à l'endroit de l'international concernant cette crise il y a eu un début de solution. À 3 discours du chef de l'Etat il a appelé ses partenaires internationaux à stopper les financements du terrorisme au Noso et que les parlements camerounais lui ont emboîté le pas , le Nigeria a fait arrêter 46 donneurs d'ordres et plusieurs trafiquants d,armes et les extrader au Cameroun en 2017 . Les Usa ont arrêté 3 financiers Ambaboys et ont dit expulser tous ceux qui menacent la paix au Cameroun. Mais cela n'est pas suffisant. Si les Usa et le Nigeria ont saisi l'appel des autorités Cameroun d'autres pays comme la France , le Royaume Uni , la Canada , la Norvège, d'Afrique du sud et le Ghana traine la.patte . D'où la saisine cette fois des conseillers régionaux pour plus d'actions .

La situation sur le terrain
Malgré ces contingences internationales assez ambiguës la situation sur le terrain va vers l'embellie. Les deux régions securitairement sous contrôle de l'armée camerounaise subissent depuis quelques jours le ratissage des forces de défense et de sécurité. Même s'il faut avouer qu'ici il est question d'un conflit asymétrique et donc les vulgaires criminels se confondent à la population et commettent des forfaits . Grâce à l'armée Camerounaise la très grande majorité des localités a été dépouillé de ces criminels. Certains ayant choisi de déposer les armes les derniers en date l'ont fait lors de la tournée du premier Ministre chef du Gouvernement en début du mois d'Octobre. D'autres ont été purement et simplement neutralisés. Les Conseillers régionaux restent donc dans l'attente d'une réponse urgente de Antonio Guteres.