Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 16Article 628564

Opinions of Tuesday, 16 November 2021

Auteur: English Cameroon for a united Cameroon

Chaos à la FECAFOOT: voici ce qui bloque cette fédération d'avancer

Les leaders de la FECAFOOT Les leaders de la FECAFOOT

La FECAFOOT depuis des lustres a toujours ruminé ses problèmes de leadership, de détournements, de contracts fictifs. Quels sont les causes de freine la fédération nationale de football à être stable? Les éléments de réponse dans cette tribune ci-dessous!


1. Pour comprendre la nature des problèmes du Cameroun, il faut regarder le cas FECAFOOT. Les problèmes du Cameroun, comme ceux de toute la France-Afrique, se résument au non-respect ou à la manipulation des constitutions et autres lois ainsi qu'à la fraude électorale. Il faut garder à l'esprit qu'il n'y a jamais eu d'élections libres et équitables au Cameroun depuis que le peuple de l'ancien Cameroun méridional a librement choisi de se réunir avec l'ancien et éternel Cameroun français. La culture de la fraude électorale s'est enracinée au Cameroun avec l'aide de l'Église catholique, à commencer par des missionnaires/hommes politiques tels que Louis Paul Aujoulat et Mgr René Graffin qui ont joué le rôle de dissuader les catholiques de rejoindre l'UPC sous prétexte que l'UPC était un parti communiste. Il ne fait aucun doute que cette pratique a été affinée au cours de la dernière décennie par l'ancien séminariste catholique qui est en quête de l'élixir de vie et de pouvoir politique éternel.

2. Nous pouvons voir les problèmes électoraux et constitutionnels du Cameroun à travers le prisme de la FECAFOOT car une instance internationale est impliquée. Contrairement à l'Union africaine, au Commonwealth, aux Nations unies ou à l'autre club inutile qu'est la Francophonie, la FIFA dispose d'un tribunal international d'arbitrage du sport (TAS). Cela signifie que par l'inspection ou la référence des irrégularités par les parties lésées au Cameroun, les élections de la FECAFOOT peuvent être annulées. C'est précisément ce qui est arrivé aux élections de 2018 de l'exécutif actuel de la FECAFOOT, entachées d'irrégularités et de code électoral manipulé menant à ces élections.

3. Des associations sérieuses qui rassemblent de nombreuses personnes, élaborent un code de conduite déontologique, facilitant les affaires et la confiance. Pour cette raison, la FIFA a ses règles et toutes les associations membres devraient avoir des règles qui s'y conforment et réglementent également les affaires nationales du football. En cas de dérogation extrême à ces règles et d'incapacité à élire une équipe dirigeante de manière transparente, la FIFA peut assumer la gestion intérimaire d'une association de football en difficulté. C'est exactement ce qui s'est passé avant l'élection de la FECAFOOT 2018. C'était sous la direction intérimaire de la FIFA parce que le Cameroun sous Biya a perdu la capacité de traiter honnêtement et professionnellement dans n'importe quelle sphère de la vie. Même la religion est touchée. Les églises protestantes montrent maintenant des signes de cette corruption à grande échelle des mœurs.

4. Mais on pourrait penser qu'après une gestion intérimaire par la FIFA, l'humiliation enverrait un signal suffisamment fort au Cameroun pour qu'il organise une élection libre et équitable, respectant les dispositions existantes de la FIFA et de la FECAFOOT. Mais le régime de l'ancien séminariste catholique est irrémédiablement corrompu. Les élections de la FECAFOOT se décident à Etoudi ; on ne peut donc pas parler d'élections transparentes. Mais comme toutes les autres hautes instructions de la présidence, les instructions spécifiques sont forcément incohérentes avec l'ensemble du système des lois. Dans le cas du Cameroun, la constitution est tout simplement ignorée car, comme le soulignent Hegel et Montesquieu, le gouvernement par les lois n'est pas la force des systèmes catholiques. Le messie, monarque, papa rimsky, chef omnipotent bienveillant se dresse au-dessus de la constitution et de toutes les lois. Comme dirait fièrement le prodige de la pensée politique catholique, le leader se tient hors la loi et évoque des états d'exception auxquels sont subordonnées toutes les lois préalablement convenues.

5. On peut donc dire que la présidence camerounaise a initié la cascade d'événements qui pointent désormais vers une autre possible gestion par intérim de la FECAFOOT par la FIFA. Lors d'une élection présidentielle, si un candidat à la présidentielle escroqué peut faire descendre 1 à 3% des Camerounais dans la rue pour exiger la victoire de la majorité ou s'opposer aux victoires fabriquées à 70+% que nous voyons en France-Afrique, alors l'Union africaine et d'autres les organisations internationales peuvent au moins suggérer un recomptage ou l'annulation des élections. L'erreur naïve de M. Kamto a été de simplement compiler des documents et de les envoyer à l'Union africaine, dont il n'a encore rien entendu ou du moins, il se sent gêné de dire ce qu'ils lui ont dit. Ils ne peuvent pas agir sans foule dans la rue et une mauvaise organisation a fait peur à empêcher les manifestations. Pour la FECAFOOT et la FIFA, il existe une série de mesures légales non restreintes par la bande de voleurs dans la sphère politique appelée le conseil constitutionnel. C'est la voie empruntée par les candidats mécontents des élections FECAFOOT 2018 : Bell Joseph Antoine, Abdouraman Hamadou, Brigitte Mebanda, etc. Contrairement à ce que certains apologistes de l'anarchie disent, les manifestations pacifiques et l'utilisation maximale des constitutions et lois électorales existantes peuvent responsabiliser ceux qui ont été floués. par le système. Une série de mini victoires a finalement conduit à l'annulation des élections FECAFOOT 2018.

6. Comment lutter contre une injustice ? En utilisant la loi, y compris le droit de manifester. Vous ne pouvez pas faire comme les séparatistes du Cameroun occidental combattre maintenant le référendum inconstitutionnel de 1972 avec une autre violation, c'est-à-dire une tentative armée de perturber l'intégrité de la fédération du Cameroun uni. Cette lutte insensée contre une violation par une violation est défendue par le sénateur Mbida, dans le cas de la FECAFOOT. Son approche est une approche typiquement France-Afrique. Vous mettez en place un gouvernement parallèle et vous commencez à jouer une comédie au lieu d'épuiser les lois applicables. M. Mbida a menacé d'expulser la direction actuelle à laquelle la FIFA avait demandé de continuer jusqu'aux prochaines élections. Il a fallu le ministre de la fraude électorale pour mettre en garde M. Mbida contre ses menaces d'accès par la force à la direction de la FECAFOOT.

7. Les prochaines élections ne mettront pas forcément fin au chaos de la FECAFOOT. Si la faction autoconstituée de M. Mbida a été réduite au silence par le ministre, la prochaine élection est déjà qualifiée de farce dont le vainqueur est déjà désigné par le chef de l'Etat. Dans ce cas, l'alliance des Bamoun avec le régime contre l'intérêt général est un fait historique à préserver. Contre cela, la candidature de M. Eto'o, une candidature qui a été autorisée pour éviter une réaction populaire. M. Eto'o a une nationalité étrangère et contrairement aux demandes de modification de cette loi visant à limiter les dissidents politiques, le gouvernement du Cameroun utilise l'état d'exception de Carl schmitt. De nombreux ministres sont de nationalité française.

La loi ne s'applique pas à eux. Au moins, ce privilège peut être étendu à M. Eto'o. Mais M. Eto'o en demande-t-il trop pour tenter d'être président de la FECAFOOT ? Ne devrait-il pas se contenter d'avoir été autorisé à se présenter malgré son handicap de nationalité ? Une chose est sûre : tous les candidats à la présidence de la FECAFOOT savent que l'élection est un cérémonial de confirmation de la volonté du chef de l'Etat. Donc pour l'instant, ils sont à genoux en train de réciter leurs prières et de prêter allégeance à l'homme-dieu. Cela ne veut pas dire que si l'un d'entre eux perd, ils ne se tourneront pas vers le système d'arbitrage élaboré que propose la FIFA. C'est la voie la plus sûre vers une autre gestion intérimaire de la FECAFOOT par la FIFA.

8. Qu'est-ce que cela signifie pour la politique du Cameroun ? Cette hégémonie catholique est imprégnée de règles inconstitutionnelles et de fraude électorale. Comprendre cela fait partie de la victoire. Alors tu sais te battre. Combattez-les constitutionnellement et maximisez la taille d'une véritable victoire électorale afin que les irrégularités utilisées pour annuler les résultats soient suffisamment importantes pour faire descendre 1 à 3 % des Camerounais dans la rue. Les élections seront annulées et renouvelées. C'est comme ça que tu gagnes. Pour l'instant, Vive la FECAFOOT, le Cameroun en miniature, éternelle tutelle de la FIFA car nous ne pouvons pas conduire une élection libre et équitable.