Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 12 17Article 633364

Opinions of Friday, 17 December 2021

Auteur: Arlette Framboise Doumbé Ding

Cameroun: 'nos dirigeants sont beaux dans leurs costumes, mais misérables dans la pensée'

Des ministres Des ministres

L'activiste Arlette Framboise Doumbé Ding ne partage pas le même enthousiasme qu'ont certain camerounais à propos de la CAN qu'organise le Cameroun en janvier prochain. Dans une tribune, elle crache ses vérités aux dirigeants et au peuple camerounais. A ce dernier, il demande de prendre ses responsabilités après la CAN.

---

"Le Cameroun à une école polytechnique depuis au moins 40 ans. Mais nous sommes incapables de fabriquer le rétroviseur d'une voiture. Plus de 60 ans après les indépendances, nous importons toujours les aiguilles du couturier et les couteaux de cuisine. Voilà notre niveau.

Nos dirigeants sont si beaux dans leurs costumes, étincelants dans leurs grosses voitures. Mais misérables dans la pensée.

La Can va se jouer bientôt au Cameroun. C'est une belle fête du football Africain. Mais n'oublions pas que le football n'a jamais développé un pays. Le divertissement est bien. Mais quand des dirigeants n'ont que le divertissement à offrir à un peuple qui manque de tout, c'est que leur place est dans le divertissement et n'ont dans la gestion du pays.

Oui il faut jouer la Can et il faut même que nos lions gagnent le trophée final pour la gloire du Cameroun. Mais après cette CAN , le peuple doit jouer le seul vrai match qui changera le visage du Cameroun. C'est le match contre la mal gouvernance et la dictature qui réprime les libertés, entrave le développement du pays du haut de son incompétence en compromettant à la fois le bien-être des populations et l'avenir de nos enfants.

L'écrasante majorité des Camerounais espérait la croissance économique pour nourrir et concrétiser leur rêve de bonheur. Un rêve finalement déçu qui a cédé la place à une croissance d'un autre genre : la croissance du tribalisme à la place de la croissance économique. Le tout dans un contexte où la fréquence du pillage des fonds publics est de loin supérieure à la fréquence des investissements. C'est cette réalité plutôt triste que la Can qui se joue dans quelques jours est sensée noyer sous le feu de l'effervescence général. C'est à dire que l'un des objectifs du régime dans l'organisation de cette Can c'est d'utiliser l'engouement populaire et l'euphorie générale qu'elle suscite pour détourner l'attention sur les vrais problème du Cameroun.

C'est pour cela justement qu'on dit que l'arme fatale de la tyrannie ce n'est pas le fusil. Mais plutôt le divertissement, la distraction, le bruit... C'est à dire tout ce qui peut empêcher un peuple de réfléchir sur son avenir. Tout ce qui peut inhiber la réflexion et faire tomber la vigilance. Car les tyrans n'aiment pas les peuples vigilants .

Oui il faut jouer cette CAN et la gagner a domicile . Mais absolument rien ne peut nous détourner des vrais problèmes du Cameroun. Nous serons toujours là pour les rappeler :

Violations massives et répétées des droits de l'homme.
Assassinat des prêtres et nombreux autres crimes jamais élucidés.
Absence de démocratie
Répression sauvage des libertés
Prisonniers politiques.

Silence gouvernemental sur la montée inquiétante du tribalisme.
Tribalisme d'Etat.

Incapacité du régime a résoudre la crise du noso

Épidémie de la corruption

Pandémie des détournements des fonds publics.

Inertie et incompétence du régime
Etc.
Oui il faut jouer cette CAN de football et la gagner. Mais après il faut jouer la vraie Can , la Can du développement, en gagnant le match contre la dictature et la mal gouvernance qui entravent le développement du Cameroun. Un pays qui ne sait pas fabriquer le simple rétroviseur d'une voiture et qui 60 ans après les indépendances importe encore les aiguilles du couturier et les simples ampoules d'éclairage".