Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2017 10 09Article 422990

Opinions of Monday, 9 October 2017

Journaliste: lequatriemepouvoir.com

Cabral Libii-Akéré Muna: portrait croisé de deux adversaires de Paul Biya


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Les ambitions de Cabral Libii et la décision surprise de Me Akere Muna de participer à l’échéance 2018 alimentent les conversations. Un fait que n’a pas manqué de soulever le Journaliste, Grand reporter Souley Onohiolo, de sa nostalgie et opinion partagées.

Dimanche, 09 octobre 2016. Lundi, 09 octobre 2017. Il y a un an. Jour pour jour. Les deux hommes et moi, nous nous sommes retrouvés dans l'émission "L'arène" de Canal 2 Tv. Baobab du barreau camerounais, avocat de notoriété publique, mondialement connu l'ex Bâtonnier Me Akere Muna, était l'invité principal.

Sous l'arbitrage du modérateur Rodrigue Tongue, j'étais l'un des panelistes co-interviwer. Cabral Libii, avait fait un face à face de Duel éclectrique, avec l'ex Bâtonnier Me Akere Muna. Les deux protagonistes, étaient loin de penser qu'ils auraient une ambition présidentielle commune, qui pouvait les amener à négocier le fauteuil de Paul Biya, à la magistrature suprême.

Au cours de cette émission épique de l'arène de Canal 2 Tv, discret jusqu'au bout, le Bâtonnier qui s'est toujours dessiné un couloir exceptionnel, avait caché son jeu et son challenge à la présidentielle. Et voici qu'un an après, il annonce de manière officielle, ce lundi, qu'il est candidat à l'élection présidentielle de 2018. Il y a quelques mois, lorsque, dans une offensive qui annonce son engagement en politique, l'idée de sa candidature à l'élection présidentielle de 2018, avait traversé l'esprit de Cabral Libii.

Les deux dualistes de l'arène. Édition du 09 octobre 2016 se disent déterminés à tordre le cou, mieux, à mettre un terme à 35 années de mal vie, de dictature, de corruption, de courtisanerie, d'inconfort, d'incertitudes, d'incompétence et d'incapacité du système de gouvernance par Imprudence et Improvisations, du Renouveau qui n'a pas marché, ni faire franchir au Cameroun, le cap de la bonne espérance. "Moraliser l'incompétence et l'incapacité, est un combat vain. Inutile’’. Enseigne l'adage. Et si rendu à ses dernières heures, le Renouveau vivait le chant du cygne ?

Cabral Libih et Me Akere Muna, ont le même tempo. Extraordinaire de simplicité, d'humilité, de générosité et d'altruisme. L'un et l'autre, méritent d'être élevés sur le toit de la République. A la tête de la magistrature suprême. Pour Cabral Libih et Me Akere Muna, j'y crois. J'y vote. Je leur concède mon soutien. C'est pour cela que mon cœur, hélas. BALANCE.

Dans un an, au mois d'octobre 2018, le président de la République, Paul Biya, devrait logiquement, mettre un terme à son bail au palais de l'unité à Etoudi. Après 35 ans de règne sans partage, le "Messie de 1982" qui sortait d'un septennat à la fonction de 1er ministre (rappel de mémoire Paul Biya est fait 1er ministre par le président de la République, Ahmadou Ahidjo en 1975) est dépassé.

Après la passe du Septentrion, celle du grand bassin centre sud-est, Me Akere Muna, pourrait être le 3eme Recours. Pour régler définitivement le Contentieux anglophone. Me Akere Muna peut être également une alternative crédible, capable d'atténuer la crise des nerfs et les frustrations des anglophones, qui à les croire, sont victimes de duperie, du viol politique et de jongleries depuis la conférence de Foumban en 1961.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter