Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2017 12 05Article 427738

Opinions of Tuesday, 5 December 2017

Journaliste: Boris Bertolt

CNPS: échec total de l'assurance maladie de Mekulu Mvondo

“Pour la mise en œuvre du décret du 13 août 2013 du PM, et dans le souci d'exécuter les hautes instructions du PR à savoir, porter de 10% à 20% le nombre de travailleurs bénéficiaires de la protection sociale, le conseil d'administration de la CNPS a cru devoir en décembre 2015, créer 2 centres de prévoyance sociale spécialement chargés du secteur informel, c'est-à-dire de l'assurance volontaire dont 1 à Douala et l'autre à Yaoundé. S'en est alors suivie une véritable course aux chiffres où il fallait prouver absolument au PR que ses hautes instructions étaient appliquées. On assista alors à une véritable chasse aux chiffres, une espèce de ruée vers l'or, au point où lors d'un séminaire à Yaoundé sur la sécurité sociale, les organismes internationaux tels que AISS et CIPRESS n'ont pas manqué de féliciter la CNPS pour ses résultats exceptionnels en matière d'assurance volontaire, tant les statistiques avancées étaient glorieuses.

En effet, une simple comparaison avec les statistiques de certains pays de l'Afrique de l'Ouest où en 10 ans, ils avaient enregistré moins de 10.000 assurés volontaires et celles du Cameroun où en moins de 3 ans, nous étions à plus de 160.000 assurés volontaires, plaidait en notre faveur, au point où 1 prix a failli nous être décerné. Fort heureusement, celui-là nous a échappé car l'heure aujourd'hui est au déchantement: une simple analyse des statistiques a permis de constater que sur plus de 160.000 assurés volontaires enregistrés à la CNPS à ce jour:

1) plus de 10% sont des assurés fictifs dont l'immatriculation s'est effectuée à partir des photocopies des CNI égarées qu'on retrouve à gauche ou à droite, certains de ces assurés étant même décédés longtemps avant leur immatriculation;

2) près de 20% constituent des doublons c'est à dire 1 assuré volontaire immatriculé 2 ou 3 fois en modifiant juste 1 ou 2 caractères sur son identité;

3) plus de 30% sont des élèves ou étudiants âgés de plus de 14 ans, qui ne sont malheureusement dotés d'aucune capacité contributive, donc incapables de payer les cotisations et ne doivent pas être affiliés à l'assurance volontaire;

4) moins de 6% ont payé au moins une fois leur cotisation mensuelle attendue;

5) moins de 3% paient régulièrement leurs cotisations.

Face à ce constat désastreux, le DG lui-même après avoir décrié cette situation, vient de suspendre par mail du jeudi dernier, tout le personnel de ces 2 centres, des activités de dépistage et d'immatriculation des assurés volontaires. C'est dire tout simplement que lors du prochain conseil d'administration, ces 2 centres du secteur informel dont les chefs ont rang de sous directeurs, vont disparaître, sauf à réorganiser leur fonctionnement.

Quelle aberration!!! Déclarer que vous avez 160000 assurés volontaires alors que moins de 3600 cotisent régulièrement et sont donc actifs et que plus de 156000 sont à suspendre???

Faire fonctionner 2 centres (sous directions) pendant 2 ans avec des objectifs mal définis???

Affecter des personnels à ces structures et les payer gracieusement avec des missions et carburants faramineux, pour se balader à dépister des assurés qui ne sont pas volontaires puisque refusant ou incapable de payer leurs cotisations???

Être incapable de ressortir clairement les statistiques des paiements des cotisants volontaires???

Pour cette fois-ci, il faudrait quand même féliciter Mr Mekulu pour l'initiative qu'il a prise de stopper même tardivement, les activités de ces 2 centres; si seulement il pouvait faire autant en reconnaissant :

* les chiffres erronés des réserves de trésorerie et autres bilans financiers, communiqués;

* les statistiques erronées et incongrues de l'opération d'assainissement des fichiers publiées par la DFP cette semaine (nous y reviendrons);

* les nombreuses erreurs susceptibles d'être assimilées à des fautes de gestion et détournements des deniers publics par lui opérés.

Quel pays!!! Le mensonge est devenu la principale règle de gestion, pour recevoir des prix sur le plan international et tenter d'étouffer de nombreuses fautes de gestion et détournements relevés et avérés sur le plan national.

Quelqu'un répondra que Mekulu a modernisé la CNPS. Même au cas où ce serait vrai (ce qui est même faux), fallait-il qu'Il détourne autant avec autant de fautes de gestion?”