Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 08Article 627295

Opinions of Monday, 8 November 2021

Auteur: Remy Ngono

'C’est l’homme qui bombarde le kossovo, Gaelle Enganamouit va te laver au village'

Gaëlle Deborah Enganamouit play videoGaëlle Deborah Enganamouit

L'ex footballeuse camerounaise vit un moment difficile de son existence, plus difficile surement que son enfance qu'elle a maintes fois décrit comme insupportable. Les yeux accusateurs d'un grand monde sont fixés sur elle, sa famille sous le choc, ses proches ébahis. La jeune dame qui risque la prison au Cameroun, a pris la fuite pour ses pratiques homosexuelles. Joseph Odouguena lui demande simplement d'aller laver cette malédiction sur elle.


Quelques heures seulement après la démission précipitée de son poste de Team Manager des Lionnes indomptables, Gaëlle Deborah Enganamouit se retrouve dans un énorme scandale des vidéos de sextape.

En tenue d’Adam, on peut clairement voir l’ancienne Lionne en plein acte homosexuel avec une jeune dame surnommée Khalifa. Ces images, choquantes, ont fait le tour du monde en un temps record.

Annoncée sur le plateau de la chaîne de télévision Canal 2 samedi à 20 heures 30, Gaëlle Enganamouit a finalement annulé son passage et n’a toujours pas fait de déclaration, peut-être serait-elle encore sous le choc et la violence à laquelle l’expose le tollé que suscite l’affaire.

Sa mère, après avoir été informée du scandale, n’a pas pu supporter le choc et a été internée au Cury de l’hôpital central de Yaoundé.

Si cette situation met à nu une pratique bien soupçonnée depuis bien longtemps chez les footballeuses camerounaises, elle met un coup de pied dans la tanière des Lionnes indomptables. Selon toute vraisemblance, Gaëlle Enganamouit aurait senti l’étau se resserrer autour d’elle avant de jeter l’éponge. Khalifa, au centre du scandale, fille de l’artiste Jean Philippe Ahanda, aurait également entretenu les relations homosexuelles avec une autre célèbre internationale camerounaise, Nchout Adjara Njoya.

Depuis la diffusion de ces vidéos, des Camerounais jusqu’aux hommes politiques, n’ont pas manqué de faire des commentaires sur la toile. « Tout est pardonné mais ne refais plus ça! Tu as grandi aux rails et là-bas , c’est l’homme qui bombarde le kossovo à la femme. Le succès et l’argent peuvent souvent nous donner des envies sataniques: d’où c’est important de se rappeler de son passé et surtout de notre point de départ. Certains me diront, elle a droit à une vie privée. Mais non, du moins une fois devenue star et surtout l’icône de toutes les jeunes filles footballeuses », a écrit l’homme politique Joseph Odouguena sur sa page Facebook. Il conseille à la footballeuse d’aller se « laver au village ». « Et comme je le dis souvent ici: faites vos choses en cachette. Laisses donc cette vie diabolique grande sœur, car au Cameroun, on ne badine pas avec les us et coutumes: c’est l’homme qui bombarde le kossovo avec rage à la femme et non l’inverse. Va te laver au village ! », poursuit-il.

Jacques Maboula Mboya Président de l’Alliance Républicaine Liberté Dignité Patriotisme a produit un communiqué demandant la démission des sportifs et sportives impliquées dans ces sextapes. Ci-après son communiqué :

“Mes chers compatriotes, depuis quelques heures dans les réseaux sociaux certains responsables de notre sport roi donnent une très mauvaise image de l’encadrement de nos sportifs par des vidéos aux antipodes de nos valeurs morales, culturelles et Républicaines.

C’est un véritable scandale inadmissible pour la sécurité de notre jeunesse, le rayonnement et la survie de notre football en particulier et du sport en général.

Au vu d’un tel constat, les proncipales personnes impliquées doivent immédiatement démissionner de toute fonction au service de notre jeunesse et patrie afin que vive le sport et triomphent les valeurs morales, culturelles et Républicaines dans toutes nos disciplines sportives.

Aux dernières nouvelles, Gaëlle Enganamouit, meilleure joueuse africaine en 2015, aurait quitté le Cameroun la queue entre les jambes.