Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 02Article 626326

Opinions of Tuesday, 2 November 2021

Auteur: Jeniffer DK

Assises de Toronto: révélations sur le financement et la stratégie mise en place par Dion Ngute

L'assise de Toronto est financée par le bureau de Dion Ngute par l'intermédiaire de Felix Mbayu L'assise de Toronto est financée par le bureau de Dion Ngute par l'intermédiaire de Felix Mbayu

Les Camerounais ont le regard tourné vers la ville de Toronto au Canada où se tiennent depuis quelques jours des assises pour la résolution pacifique de la crise sécuritaire qui secoue les deux zones anglophones du Cameroun. Plusieurs tendances sont présentes à ce rendez-vous. Selon les indiscrètions de l'activiste anglophone Jeniffer DK, ces assises seraient financées par le cabinet du premier ministre Joseph Dion Ngute qui ferait tout pour éviter un dialogue direct avec les "vrais acteurs".

La rédaction de CamerounWeb vous propose, ci-dessous, l'intégralité de ses confidences

Quelques heures à peine après la fin des assises controversées des dirigeants du Southern Cameroons au Canada, le rassemblement est devenue un sujet d'examen.

Considéré comme une étape importante vers la paix par certains fédéralistes et syndicalistes, le rassemblement a maintenant ouvert la voie au plus grand débat et à la controverse parmi les principaux mouvements ambazoniens.

Alors que des questions ont été posées sur les processus menant à la retraite et sur les acteurs impliqués, la plus critique de ces préoccupations se concentre sur l'identification des véritables entrepreneurs et sponsors d'un tel rassemblement. Ces préoccupations ont été exacerbées par le rôle dominant joué par certaines ONG sponsorisées par le Cameroun, et par les défenseurs d'un Cameroun unique avant et pendant la retraite.

Pour la plupart, de nombreux sceptiques ambazoniens voudraient présumer la main invisible du Cameroun derrière un tel rassemblement à un moment très critique où l'économie du Cameroun se dirige vers une chute libre. Cependant, il s'avère progressivement que cette présomption n'est pas un épisode imaginaire, mais plutôt un fait.

Le Cameroun revisite une fois de plus sa "stratégie du voile" pour influencer le caractère même de toute discussion menant à des pourparlers directs avec le peuple d'Ambazonie.

La stratégie du Cameroun prend un format amélioré.
1. créer des groupes mandataires
2. injecter de l'argent
3. organiser des conférences et ensuite
4. Rester neutre.

C'est l'escalier imaginaire vers le maintien de l'emprise du Cameroun sur le Sud du Cameroun.

La retraite des dirigeants canadiens est un exemple significatif de la manière dont ce schéma se manifeste. Mbayu Felix, ministre au ministère des relations extérieures chargé des relations avec le Commonwealth, est au centre du rassemblement canadien.

Mbayu Felix, dont les précédentes tentatives d'organiser une conférence de paix au Ghana ont échoué avant même sa création, voit dans la retraite du Canada une occasion de corriger les erreurs du passé.

Depuis le bureau du Premier ministre à Yaoundé, des millions de francs CFA ont été versés à M. Felix Mbayu pour coordonner les efforts menant à la conférence. Des sources au ministère des relations extérieures ont laissé entendre qu'une série de réunions se sont tenues au ministère avec certaines ONG et OSC présentes à la retraite.

Alors que la plupart des réalités concernant la retraite restent cachées au public, certains participants à la conférence ont ouvertement reconnu que leurs dépenses, y compris les billets d'avion et l'hébergement, étaient toutes gérées par les organisateurs de la conférence.

Si ces sentiments ne sont pas vrais, que feront les ONG humanitaires accusées de collaborer et même de fournir des armes aux Ambazoniens avec les premiers dans une conférence de leadership ?
Ces ONG font-elles partie de la lutte ?

Qu'est-il advenu des principes de neutralité, d'impartialité, d'indépendance et d'apolitisme qui guident le fonctionnement des ONG ?

N'est-il pas essentiel que les dirigeants des ONG n'aient qu'un statut consultatif plutôt que d'être armés pour des rôles de direction ou de prise de décision ?

En fait, certaines pensées radicales sont déjà en train de construire un argument selon lequel les participants du Cameroun à la retraite ont reçu d'énormes sommes d'argent pour leur participation. Bien que cet argument reste très peu fondé, il fournit également un espace clair pour la contemplation.


NOSO_Felix_Mbayu_Camerounweb