Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 13Article 628186

Opinions of Saturday, 13 November 2021

Auteur: Bertin Metsengue

Assassinat d'une fillette à Bamenda : ' Paul Biya laisse trop traîner la guerre au NOSO'

La fillette rentrait de l'école La fillette rentrait de l'école

Une fillette a trouvé la mort par balle ce jour à Bamenda capitale du Nord Ouest Cameroun. D'après les enquêtes de la DGSN, il s'agit d'une bavure policière. En attendant des clarifications dans cette triste et révoltante affaire , n'est il pas temps de décréter l'état d'Exception dans ces zones en crise ? Voilà l'inquiètude du journaliste Bertin Metsengue.


Une jeune fille a trouvé la mort ce jour à Bamenda tuée par balle dans les conditions encore non élucidées. Cela a provoqué le courrou des populations locales qui ont transporté le corps de la pauvre défunte jusqu'au service du gouverneur. Cette situation est semblable à celle vécue à Buea capitale du Sud ouest en mi-octobre dernier ayant causé la mort de deux personne une fillette et le gendarme lynché par la population en furie. Toutes ces situations sont la conséquence de l'insécurité grandissante qui y règne dans ces deux régions en proie à des mouvements terroristes maquillés en revendications séparatistes. Il.y a quelques heures seulement, le Campus de Molyko a Buea a été le théâtre d'un attentat à la bombe. Et pourtant l'État jusqu'ici continue de préconiser la voie de l'apaisement alors que les populations vivent dans une peur effroyable. Doit on continuer de jouer à la carte d'apaisement dans une zone devenue dangereuse pour les populations ?
Le gouvernement camerounais utilise tous les moyens pacifiques pour tenter de faire entendre raison à tous les acteurs de ce conflit.
Les groupes terroristes, les donneurs d'ordres et les Etats qui soutiennent subtilement ces acteurs. Pour les combattants terroristes, il leur est impossible de déposer les armes car piloté par leurs financiers et ceux-ci sont eux même tenus par certains Etats étrangers qui utilisent cette crise comme un outils de chantage pour négocier les prébendes économiques, géopolitiques ou géostratégiques.
Pourtant il se présente deux solutions au gouvernement camerounais:
La solution diplomatique qui consiste à faire pression à l'ONU pour que les pays concernés lâchent leurs protégés terroristes et financiers . Mais cette issue est peu probable au vu de la situation géopolitique mondiale . En revanche , Paul Biya a les moyens de décréter un Etat d'Exception, boucler les deux régions instaurer la loi martial pour permettre à l'armée camerounaise de faire son travail. Cela a trop durée Il faut libérer ces populations de ces terroristes d'un autre genre . Trop.c'est trop .