Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 01Article 626227

Opinions of Monday, 1 November 2021

Auteur: Christelle Nadia Fotso

A la découverte de Joseph Kamga II, le dernier Roi Bandjoun

Joseph Kamga mort le 29 octobre 1975 donc il y a presque tout juste 46 ans Joseph Kamga mort le 29 octobre 1975 donc il y a presque tout juste 46 ans

La fille de l'ex milliardaire Victor Fotso saisit l'opportunité de la célébration de la fête de "Toussaints" pour rendre hommage à Joseph Kamga II, décédé le 29 octobre 1975.

Ci-dessous, l'intégralité de la sortie

C'est la Toussaint... le jour des morts pour les Catholiques...sans croire en dieu, j'aime beaucoup ce jour qui force ceux qui savent entendre les silences à s'arrêter un moment pour se souvenir, saluer, respecter ou simplement se rattacher à une mémoire collective qui se désemplit. Le njitapage et ses conséquences.

En ce jour de Toussaint, je ne pense pas qu'à Fotso, je pense aussi au dernier roi Bandjoun, Joseph Kamga mort le 29 octobre 1975 donc il y a presque tout juste 46 ans. Mon père l'idéalisait admiratif devant ce qu'il avait pu réussir dans un Cameroun déjà hostile bien qu'étant mis sur un trône qui revenait à un autre par l'administration coloniale non pas pour le bien de son royaume mais pour le pervertir et ainsi détruire les fondamentaux des sociétés Bamilékés.
Alors que tout a été fait pour que la succession de Fotso II, le Roi Kamga a montré durant ses 50 ans de règne que ce qui faisait la force du pays Bamiléké : des valeurs et cette méritocratie hiérarchisée dans des sociétés structurées et structurantes qui permettaient aux meilleurs de grimper et au Roi d'être bien entouré et épaulé. Le Roi Kamga ne tombe donc pas dans le piège colonial parce qu'il sait ce que veut dire succéder : prendre la place du Fô sans être faux et prétendre le remplacer sans s'être fait et avoir fait. Il s'est fait et a fait en comprenant très vite le jeu politique pour connaître ses règles et accepter ce qui était impossible pour manager le réel en étant d'un pragmatisme ambitieux et efficace.

Hélas, l'histoire pour le moment tourne mal puisque depuis le décès du Roi Kamga, il n'y a de rois mais des chefs. Dans les Grassfields, quasiment toutes les grandes successions accouchent des successeurs qui ne sont que des succès-peurs et ne font jamais le poids en succombant à l'ère du temps en posant leur derrière sur la chaise royale en oubliant que pour ne pas le souiller, il faut le muscler ou au moins le nettoyer. Je ferai ici une parenthèse nécessaire en précisant que le Chef Fotué aurait pu devenir Roi mais qu'il n'a pas eu le temps et que le problème ici n'est pas individuel mais sociétal : il n'y a plus d'élites Bandjouns !

Oui comme partout ailleurs, il y a encore de belles individualités qui ont quelques fois de la grandeur et de la hauteur mais le collectif est mort puisqu'on ne s'unit plus que pour la tontine. C'est cela qui explique ce qui se passe depuis l'accident mortel de Fotué et ce qu'on a accepté pour le Dernier Bamiléké dont l'apothéose a été l'installation d'une maire qui n'a jamais pu réussi un examen dans des établissements scolaires locaux sans l'argent de son père épaulé par un charlatan.

Il n'y a plus d'horizons et pas de fond puisqu'il est toujours possible d'aller plus bas. Désormais même les parasites peuvent s'appeler Kamga ou Fotso sans avoir honte d\exhiber leur inculture et leur médiocrité qui rendent leur vulgarité et leur petitesse sidérantes. Le Roi Kamga savait qu'un enfant de Fotso II pouvait être con mais ne pouvait pas être inculte, paresseux et ne pas montrer l'exemple en oui s'efforçant d'être exemplaire...Ce qui est mort à Bandjoun, dans les Grassfields, au Cameroun et ailleurs est le culte de l'effort qui a été remplacé par celui de l'argent. Le Roi Kamga comme Fotso s'est beaucoup trompé mais il a travaillé sans relâche habité par des convictions : il savait que les privilèges sans obligations, devoirs et responsabilités sont nuisibles car ils pourrissent.

Je pense à Joseph Kamga ce 1er novembre 2021 en l'implorant de consoler Fotso et de l'aider à patienter sans trop souffrir en lui rappelant que son garçon manqué ne peut pas ne pas le venger puisque sa Maptué a les mêmes valeurs que sa Gamgne à lui.

PS : Je me dois de remercier un Fetue que je ne connais mais qui a fait anonymement un geste qui montre qu'encore une fois que le nec plus ultra Bandjoun se trouve dans les diasporas camerounaises. Monsieur Fetue, Maptue vous salue !