Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 11 11Article 627943

Opinions of Thursday, 11 November 2021

Auteur: Me Alice Nkom

39 ans de destruction: Me Alice Nkom détruit Paul Biya et le RDPC

'Paul Biya doit-il rester ou partir ?' 'Paul Biya doit-il rester ou partir ?'

Dans le cadre de la célébration du 39e anniversaire de l'accession de Paul Biya au pouvoir, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer la gestion "catastrophique" du pays par le régime de Yaoundé. C'est cette optique que la défenseuse des droits de l'homme, Me Alice Nkom vient de proposer à ses abonnés la lecture d'un article intitulé "39 ans de destruction" axé sur les échecs du bilan de Paul Biya.

La rédaction de Camerounweb vous propose, ci-dessous, l'intégralité de l'article

Lisez aussi les miracles :
1- La CAMBANK (Cameron Bank) pillée
2- La BIAO pillée
3- La SCB (Société Camerounaise des Banques) pillée
4- Le Crédit Agricole, pillé
5- La SOFIBEL a Bélabo dans l'est du Cameroun Pillé
6- La BCD (Banque Camerounaise de Développement) pillée
7- L’ONCPB, pillé
8- La CAMAIR (100% camerounais) pillée
9- La CAMSHIP (100% camerounais) pillée
10- La CAMRAIL (100% camerounais) pillée et vendue
11- La SONEL (100% camerounais) pillée et vendue
12- La SNEC (100% camerounais) pillée et vendue
13- La SOCAPALM (100% Camerounais) pillée et vendue
14- OCB (Office Camerounais de la Banane) pillé
15- La SNI (Société National d’Investissement) pillée
16- Le LABOGENIE, pillé
17- La SOTUC (100% camerounais) pillée
18- Le FOGAPE, pillé
19- La SODENKAM de Kondjock pillée
20- La CELLUCAM (Cellulose du Cameroun pillée
21- L’ONAREF (Office national de régénération des forêts) pillée
22- La CENADEFOR (Centre national de développement forestier) pillée
- INTELAR, détruit
– Institut Monthe, le plus grand collège privé de l’Afrique subsaharienne détruit pour laisser plus de visibilité à l’Institut Ndi Samba
– Plusieurs ministères incendiés.
– Assemblée Nationale incendié (Mystère mystère: Pourquoi n’avons-nous pas d’incendies sous le président Ahidjo ?)
Paul Biya et ses projets structurants pour l'émergence du Cameroun à l’horizon l'an 2035.

• Barrage hydroélectrique de Lom Pangar, première pierres posée par Paul Biya le 3 août 2012 : coût initial : 150 milliards ensuite 300 milliards + glissement de date

• La construction du barrage hydroélectrique de Menmvelé entamée en 2012 a couté officiellement 243 milliards de Fcfa, en plus des voies d’accès au site et l’infrastructure d‘évacuation de l‘énergie qui ont coûté 140 milliards de F CFA. Cette infrastructure a été financée à 15% par le Cameroun et à 85% par Eximbank China. Glissement de date

• Le barrage hydroélectrique de Mekim démarré en 2012, le ministère camerounais de l'Eau et de l'Énergie a finalement annoncé que la réception définitive du barrage de Mekin, dans le sud du pays, se fera le 15 janvier 2020. D'un coût total de 25 milliards de francs CFA -soit environ 38 millions d'euros-, la centrale hydroélectrique, implantée sur le fleuve Dja, disposera alors d'une puissance de 15 MW. Avant sa réception provisoire, fin janvier dernier, la plupart des problèmes avaient déjà été réglés par l'entreprise en charge du chantier, la China National Electric Engineering Corporation. S'il restait encore prudent, le ministère se félicitait toutefois de l'avancée du programme d'amélioration.
+ glissement de date

• Yard pétrolier de Limbé: Coût initial : 150 Milliards. Ensuite échec + glissement de date.

• Autoroute Dla - YDE : coût initial : 284 Milliards. Ensuite 822 Milliards + glissement de date

• CAN 2019: coût initial: 550 Milliards. Ensuite + de 1000 Milliards + glissement de date.

• CHAN 2020 et CAN 2021, on a accusé le Covid-19

• Lutte contre le Covid-19: 180 Milliard CFA + président invisible.

En 1982, nous avions une République UNIE du Cameroun. Paul Biya retire le mot UNI et introduit dans la constitution les termes “autochtones” et “allogènes, et ainsi débute la partition du Cameroun.
– Les femmes enceintes meurent abandonnées à l’entrée des hôpitaux, et certaines mères d’enfants sont prises en otage à l'hôpital central de Yaoundé pavillon maternité en ce moment.

– Les Anglophones sont opposés au pouvoir central de Yaoundé, et pour la première fois de l’histoire, une partie de notre pays est livrée à une guerre civile qui a fait plus de 12.000 morts, 500 000 déplacés, donc plus de 80 000 refugies au Nigeria, avec une armée qui se comporte comme une horde de barbares et qui massacrent jusqu’aux nouveau-nés.

– Les Bulus sont opposés aux Bamiléké, et des images et vidéos des autochtones faisant la chasse aux allogènes fusent de partout dans le Sud du pays (Sangmélima et EBOLOWA), et des boutiques et biens sont pillés, machettes, couteaux et gourdins a la main, sous les yeux complices de la police.

– Des militants du MRC sont interdits d’entrer dans la région natale de Paul Biya, et certains sont priés de descendre des BUS appartenant aux Bulus.

– Des compatriotes originaires de la région de Biya portent des T-shirts avec la mention “Je ne suis pas Bafoussam” et des cadres du RDPC publient sur Face book des messages regrettant qu’il y ait même eu des survivants lors de la tragédie de Ngouache

– Des chaines de télévision et radio ont vu le jour, comme Vision 4, appelant à la dératisation de ceux qui s’opposent au pouvoir de Paul Biya, que certains considèrent comme un pouvoir Bulu

– Des Groupes ont fait leur apparition sur Facebook: ” Parle que Beti” ” Parle que Bami” et toute personne originaire de la même région que Biya qui milite au MRC est considéré comme un traitre et menacé de mort.

– La fierté citoyenne a cédé la place au repli identitaire.

Le 6 novembre 2019, 37 ans après l’accession de Paul Biya au pouvoir, le constat est effrayant. Notre pays n’a jamais été aussi proche d’une guerre interethnique, et nous n’y sommes pas encore parce que les communautés victimes des agressions dans le Sud se retiennent pour ne pas répliquer la même chose “chez eux”.

C'est juste un extrait du bilan de Paul Barthélémy BIYA BI MVONDO en 37 ans de règne sans partage.
Complétez vous-même la liste
Parlez encore !
“ Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais qui peut “
Il n'y a que BIYA, nanti d’une force destructrice de l’expérience pour réussir l'exploit de ramener le Cameroun 50 ans en arrière. >>
Yes
Courage à ces enfants dont la mère atteint de COVID19, faute de soins a rendu l'âme à l'hôpital régional de Bertoua, dans cette vidéo qui circule, le père qui lui aussi est atteint est en contact avec des proches, imaginez la chaîne de contaminations !

Le RDPC dont les couleurs sont bien visibles dans cette tragique vidéo a échoué avec fracas, ils doivent laisser.

QUELQUES PROPOS CHOCS ET HISTORIQUES DU PRÉSIDENT BIYA :
_ Le Cameroun n'ira pas au FMI,
_ Je veux que l'histoire retienne de moi l'homme qui a apporté la #prospérité et la démocratie au Cameroun.
_ Demander le dialogue et imposer les termes du dialogue c'est refuser de dialoguer,
_ À quoi ça sert de construire sans entretenir sinon laisser dépérir ?
_ Le Cameroun sera prêt le jour dit j'en prends personnellement l'engagement...
_ L'éducation sera désormais gratuite au primaire...
_ Le déficit énergétique sera bientôt un triste souvenir...
_ Nous travaillons pour l'émergence du Cameroun en 2035,
#paul_biya_doit-il rester_ou_partir?#