Vous-êtes ici: AccueilActualitésDiaspora2021 11 14Article 628303

Diasporian News of Sunday, 14 November 2021

Source: www.camerounweb.com

Un écrivain camerounais accuse Alassane Ouattara d’être à l’origine de ses déboires en France

Franklin Nyamsi et Ouattara Franklin Nyamsi et Ouattara


• Il s’agit de l’écrivain Camerounais Franklin Nyamsi

• Ce proche de Guillaume Soro accuse Ouattara d’être à la source de ses
déboires avec la Banque française Société générale

• Son compte bancaire a été clôturé dans cette banque



L’écrivain Camerounais Franklin Nyamsi paye-t-il sa proximité avec l’opposant ivoirien Guillaume Soro ? C’est du moins ce que crois le concerné, lui-même suite à la clôture de ses comptes bancaires domiciliés à la Société générale de banque en France. Il doigte directement le président ivoirien d’être à l’origine de cette décision.

Franklin Nyamsi dans une récente publication sur son compte Twitter a fait savoir que la Société générale de banque en France "s'associe au harcèlement organisé par la dictature ivoirienne d'Alassane Dramane Ouattara en ordonnant sans motif la clôture" de ses comptes bancaires domiciliés depuis une décennie dans ladite banque. "Je dénonce cette discrimination grave", a-t-il dit.
L’écrivain Camerounais soutient que Mme Modard, agent à la Société générale, lui a fait savoir que sur décision de sa haute hiérarchie, il avait été décidé de clôturer ses comptes bancaires domiciliés dans cette banque depuis plus de dix ans.

"J'ai décidé de protester et de dénoncer publiquement cette mesure d'autant plus arbitraire que Mme Véronique Modard, la conseillère de la Société générale banque française, fortement représentée en Afrique, qu'il n'y avait pas de motif à cette décision", a ajouté le conseiller de l'ancien président de l'Assemblée nationale ivoirienne.

Franklin Nyamsi dénonce un harcèlement organisé contre lui depuis plusieurs années par des "dictateurs africains dont M. Alassane Dramane Ouattara".

L’ancien conseiller de Guillaume Soro ne compte pas se laisser faire. Il a décidé d'ester en justice et "d'appeler toutes les Africaines, tous les Africains, les usagers français, européens, à travers le monde, de la Société générale" à participer avec lui à la dénonciation de ce harcèlement" dont il est l'objet.