Vous-êtes ici: AccueilActualitésDiaspora2021 11 08Article 627361

Diasporian News of Monday, 8 November 2021

Source: La Nouvelle Expression

Guinée équatoriale : retour sur la chasse aux Camerounais

Pourtant ce ne sont pas les moyens de pression et d’intervention qui manquent Pourtant ce ne sont pas les moyens de pression et d’intervention qui manquent

Plusieurs d’entre eux ont été arrêtés et détenus dans plusieurs geôles par les autorités policières guinéennes depuis le 1er novembre 2021 dernier.

C’est une peur bleue qui hante les Camerounais vivant en Guinée Équatoriale depuis quelques jours. Plusieurs d’entre eux selon des informations ne vaquent plus à leurs différentes activités par peur d’être arrêtés Pour des besoins de sécurité et de survie, beaucoup sont terrés chez eux pour fuir cette répression à outrance qu’il y a sur les Camerounais.

«Je suis à la maison depuis lundi 1er novembre 2021 et je ne sors pas. Il y a un contrôle de routine ici qui ne dit pas son nom. Les étrangers en Guinée sont en train de souffrir. Tous les commerces sont fermés. Je suis même malade. A force dé rester sur place on finit par mourir d’inquiétude. Il y a des factures à payer, il faut se nourrir. Et on n’a pas d’argent. Le bailleur attend son argent à la fin du mois. Il ne veut rien entendre», explique Caroline, une camerounaise résidente en Guinée équatoriale.

«La police traque tous les étrangers sans exception. Notre situation est critique», explique celle qui reconnaît que la majorité des espaces commerciaux sont fermés. Et ce depuis lundi 1er novembre 2021. «On ne sait même pas ce que la police recherche. Tous ceux qu’on a arrêtés depuis sont encore incarcérés. Notre situation est compliquée et très critique. On ne sait plus à quel saint se vouer», déclare cette camerounaise anxieuse. «Si tu me demandes ce que la police contrôle, je ne peux pas te le dire. Personne ne le sait. L’ambassade du Cameroun est au courant de la situation mais rien n’est fait», se plaint celle qui demande l’intervention urgente des autorités camerounaises.

«Presque toutes les boutiques sont fermées. Les poubelles sont remplies de vivres frais pourris. Il n’y avait personne pour les vendre, les boutiques sont fermées. La plupart des marchandises ont pourri. Ceux qui ont échappé à ces arrestations ne veulent pas sortir. Nous avons tous peur» précise cette dernière.

En effet, depuis le 1ernovembre 2021, la police de la Guinée équatoriale a lancé une vaste campagne de contrôle. Pendant cette opération, des Camerounais que l’on évalue à plusieurs centaines aujourd’hui ont été arrêtés et incarcérés. Leur proches n’ont pas de leur nouvelles et ne savent pas où ils sont.

En plus des Camerounais traqués, ce sont tous les étrangers vivant en Guinée qui sont pourchassés. Les maliens, les Centrafricains, les ivoiriens, plusieurs d’entre eux ont été arrêtés et retenus par la police. Des informations en provenance de ce pays de l’Afrique centrale parlent de contrôle de l’authenticité des papiers des résidents. Des papiers qui coûteraient 400000 francs Cfa l’an. Une somme pas facile à payer. Pour l’instant on parle de plus de 1000 à 2000 étrangers arrêtés et incarcérés.

Selon un ‘ communiqué de l’ambassadeur du Cameroun en Guinée Désire Jean Claude Owono Menguele qui confirme cette information, «des nombreux camerounais ont été interpellés et retenus au complexe multisports de Malabo aux côtés de nombreux autres ressortissants étrangers. Selon les informations reçus de Bata, une opération similaire se déroule sur la partie continentale depuis le 30 octobre 2021 et les étrangers retenus seraient gardés au stade omnisports de Nkoantama et dans divers postes de police de la ville de Bata», précise ce communique.

Interventions

Alors que des Camerounais vivant en Guinée Équatoriale se plaignent d’être abandonnés à leur triste sort, L’ambassadeur du Cameroun en Guinée Équatoriale annonce un geste de secoure à ses concitoyens.

Dans ce communiqué signé à Malabo le 3 novembre 2021, il annonce des actions entreprises par son ambassade. «L’ambassade une fois informée a immédiatement saisi les autorités du pays d’accueil à l’effet de solliciter des informations relatives à cette vaste opération d’interpellation des étrangers. En attendant les informations officielles sollicitées, l’ambassade a procédé aux premières mesures urgentes d’assistance consulaire aux compatriotes détenus à Malabo en leur fournissant le mardi 2 novembre 2021, notamment, des denrées alimentaires, des produits hygiéniques et sanitaires de premières nécessités.», exprime le communiqué.

Même si ce communiqué ne donne pas d’informations sur le nombre de Camerounais interpellés à Malabo et à Bata, il invite cependant les compatriotes à rester calme. Le temps de la finalisation des démarches consulaires entreprises.

Il faut du moins reconnaître que ce comportement de la Guinée équatoriale qui freine de manière drastique l’intégration sous régionale en zone Cemac et la libre circulation des biens et des personnes n’est pas nouveau. A plusieurs reprises, les Camerounais présents en Guinée équatoriale ont été menacés. Le pouvoir de Yaoundé a rarement tonné pour protéger ses concitoyens. Pourtant ce ne sont pas les moyens de pression et d’intervention qui manquent.