Vous-êtes ici: AccueilActualitésDiaspora2021 11 13Article 628240

Diasporian News of Saturday, 13 November 2021

Source: www.camerounweb.com

France : l’affaire une d’une Camerounaise, sous le coup d'une expulsion agite le pays

Bienvenue et un de ses soutiens Bienvenue et un de ses soutiens


• Elle se nomme Bienvenue et est agent de soins

• La justice va rendre une décision définitive sur son cas le 18 novembre

• Une manifestation est prévue ce 15 novembre pour soutenir la Camerounaise


Avec la montée fulgurante de l’extrême droite en France, les sans-papiers se retrouvent de plus en plus fragilisés. Une Camerounaise risque de se faire expulser dans les jours à venir. Une décision judiciaire est attendue dans le dossier.

Selon le site actu.fr, Bienvenue, Camerounaise, habitante de Noyal-sur-Vilaine, est menacée d'expulsion. Agent de soins depuis près de deux ans et intégrée à la société, elle sera jugée le 18 novembre.

Le site précise que la Camerounaise a reçu par courrier une obligation de quitter le territoire français (OQTF) en mai dernier. C’est après qu’elle a commencé par épuiser ses voies de recours afin de faire annuler cette décision.

« C’est une histoire très brutale. Au mois d’avril, j’ai reçu un courrier de la préfecture. Je ne savais pas trop ce que c’était. Je croyais que c’était un renouvellement de mon titre de séjour. Mais en ouvrant, je me suis retrouvée tétanisée. J’ai tout de suite compris que c’était une OQTF (Obligation de quitter le territoire français). Ma vie s’est écroulée… Tout est parti en fumée en quelques secondes », se rappelle encore avec douleur Bienvenue.

Après l’OQTF d’avril dernier, Bienvenue a engagé un avocat qui a déposé un recours lui permettant de rester quelques mois supplémentaires en France. Mais le délai arrive à expiration et elle sera auditionnée par la justice jeudi 18 novembre. « Aujourd’hui, la Préfecture me dit que je n’ai pas réussi à m’intégrer… Pourtant, après l’OQTF, j’ai demandé à la Préfecture une dérogation pour pouvoir continuer à travailler, je déclare mes impôts en France, j’ai un bulletin de salaire tous les mois, je paye mon loyer et je n’ai pas d’aide française. Qu’est-ce qu’il faut de plus ? », s’interroge Bienvenue, rapporte actu.fr

La Camerounaise n’est pas seule dans ce combat. Elle est soutenue par certaines personnes en France qui épousent sa cause. D’ailleurs, ce lundi 15 novembre, un rassemblement en soutien à la Camerounaise sera organisé à Noyal-sur-Vilaine, devant l’Ehpad Saint-Alexis.

Son sort est donc entre les mains de la justice française.