Vous-êtes ici: AccueilActualitésDiaspora2021 10 29Article 625615

Diasporian News of Friday, 29 October 2021

Source: AFP

Diaspora : l'Espagne forcée d'enregistrer le bébé d'une Camerounaise

L'Espagne forcée d'enregistrer le bébé d'une Camerounaise L'Espagne forcée d'enregistrer le bébé d'une Camerounaise

Une petite fille née pendant le voyage de sa mère du Cameroun vers l'Europe doit être enregistrée en Espagne pour éviter d'être apatride et lui garantir tous ses droits en vertu du droit espagnol, a décidé un juge.

Née le 27 mars 2020 dans un hôpital d'Oran, en Algérie, les autorités algériennes n'ont toutefois jamais enregistré sa naissance. La mère et la fille sont arrivées en Espagne lorsque l'enfant avait un an et deux jours. Depuis, les deux vivent dans un centre d'accueil de la province de Cordoue, dans le sud du pays. Un test ADN a confirmé que la femme est la mère.



"Nous avons un enfant qui n'existe pas pour la loi, car il n'a pas été enregistré", écrit le juge Francisco Ortega. "L'État algérien ne dispose d'aucun enregistrement de sa naissance. Il n'y a pas non plus de trace que l'État du Cameroun l'ait fait. L'enregistrement est directement exigé par la norme internationale qui oblige les États, dont l'Espagne, à enregistrer immédiatement tout enfant né qui n'a pas été préalablement enregistré dans un autre État."

Etat civil

Si l'Espagne ne reconnaissait pas la fille, a ajouté le juge, le pays "agirait de la même manière négligente que l'État algérien a déjà agi en n'enregistrant pas l'enfant." En Espagne, l'enregistrement à l'état civil est obligatoire pour garantir l'identification et, avec elle, faciliter l'accès aux soins de santé et à l'éducation.



Lorena García, une avocate qui a conseillé le ministère public dans cette affaire, soutient que l'ordonnance du juge était une première en Espagne. "Il s'agit d'une question de droits de l'homme au sens large et de la loi au sens strict. L'objectif est de protéger le mineur".

Traite d'êtres humains

La pertinence de l'affaire découle de son utilité potentielle dans la lutte contre les réseaux de traite des êtres humains qui exploitent les enfants vulnérables. "Si vous n'existez pas, vous ne bénéficiez d'aucun droit, et personne ne peut vous protéger", avance Lorena Garcia

De nombreux migrants subsahariens qui atteignent les côtes espagnoles depuis l'Afrique du Nord le font dans l'espoir de se rendre dans d'autres pays européens. Cela peut rendre plus difficile la protection des enfants. "Si leurs parents décident de changer de pays et qu'il n'existe aucun document qui les enregistre, personne ne peut les suivre", déclare l'avocate. "Ils disparaissent."